jeudi 14 mai 2015

Mon nez, mon chat, l'amour et… moi, Louise Rennison se bidonne comme une baleine


Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer ! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait partir vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, s'il n'y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage… son nez !


Georgiaaaa… Oooooh, Georgia on my miiiind ! Heu, pardon, je ne sais pas pourquoi monsieur Ray Charles se tape l'incruste dans le début de cette chronique, mais bon, je crois que le ton est donné. Ça va être du grand n'importe quoi, mais avec beaucoup d'enthousiasme et d'amour ! (Et de connerie, disons-le.)
Ma passion avec Georgia Nicolson remonte à… fiou, bien des années ! (Du haut de mes cinquante balais, bien sûr. Enfin bref.) Nous avons une histoire spéciale, elle et moi, parce que c'était ma grande sœur qui lisait cette série. Et qu'elle la kiffait grave. Alors, forcément, la p'tite cadette voulait faire pareil que sa sœurette et donc, quelque part entre mes premières années de collège et mes premiers boutons dans le dos, je me suis initiée au Nicolson-style. Et je me souviens que je m'étais bidonnée comme une baleine, toute prépubère que j'étais. Moult années plus tard, j'ai eu une envie pressante (quoique, dit comme ça, c'est un peu étrange) de relire ce premier tome. Je suis en ce moment prise d'une nostalgie pour les années 90, j'écoute en boucle les vieux tubes de Britney Spears, et j'avais envie de légèreté, d'humour et d'un bouquin rudement intelligent. Alors, comme un Angus révolté, j'ai sauté dessus. OK, la couverture originale a un poil mal vieilli, et Gallimard a ressorti la série dans sa collection poche (vous savez, celle qui a cet affreux dos jaune poussin). Mais je sais pas, je ne me reconnaissais pas dans ces nouveaux visuels. Pour moi, Georgia, c'est cette couverture déjantée. Mais bon, trêve de futilités, on la commence cette chronique, oui ou non ? C'est parti mon kiki !

Georgia Nicolson, je la kiffe méchant. Elle est GÉNIALE. Point. Parce que ce n'est pas qu'une ado à la fois ordinaire et cheloue, elle est bien plus que ça. C'est une idole, une star qui s'ignore. Parce qu'elle envoie du poney sévère. Sur toute une année scolaire, d'août à juillet, on se met ainsi dans ses baskets à travers son journal intime, à la plume acide et bigrement ironique. L'école, la famille, les amies, les amours, les problèmes : en un mot, cette phase joyeuse qu'est l'adolescence. On partage ainsi toutes les merdes qui arrivent à notre Georgia en se tapant de bonnes tranches de rire à chaque page. Parce que la plume de Georgia est extra, parce qu'elle est mordante à souhait, pleine d'humour et d'intelligence, mais aussi teintée d'une si mignonne naïveté propre à l'adolescence. Georgia passe d'un extrême à l'autre (« Je veux mourir. » à « Vive la vie ! »), nous embarque dans des montagnes russes émotionnelles, et nous livre son regard sans pitié sur le monde et sa vie. Croyez-moi, ça paie peut-être pas de mine comme ça, mais c'est trop de la balle. 


Mais que j'ai ri ! Que j'ai ri, bon sang ! À m'en faire pipi dessus ! J'ai eu l'impression de revenir à mes 14 ans, et je n'ai pas arrêté de glousser comme un cochon d'Inde en rut tout en traçant des milliards de petits cœurs au crayon à côté des phrases qui déclenchaient mon hilarité. C'est-à-dire à peu près chaque phrase du bouquin, qui est donc dorénavant couvert de petits cœurs. Parce que ce bouquin est GÉNIAL, au cas où vous ne l'auriez pas compris (admirez ce message subliminal très subtil). L'épisode de l'olive fourrée, les sourcils rasés, la signification cachée des « à plus »… Purée, j'en ricane encore bêtement ! D'ailleurs, j'ai été sur le cul de constater que je me souvenais de plein de scènes avec une acuité sidérante, alors que j'ai lu ce premier tome il y a peut-être dix ans. Preuve de la génialitude et de la brillantitude de ce bouquin qui marque à vie. Et il n'y a pas que l'humour, la palette de personnages qui gravitent autour de Georgia est tordante, elle aussi. Je me suis tellement retrouvée dans sa relation avec ses parents, notamment son père avec qui il y a une incompréhension totale et absolue. Quant à sa meilleure amie, Jas, j'ai adoré la détester, cette petite cruche qui se croit tout permis. Bien sûr, il y a S-C, alias Super-Canon. Et Angus, le chat ! Aaah, Angus ! ♥ J'ai adoré ce gros sauvage totalement maboul qui lacère tout ce qui lui tombe sous la patte et qui tient plus du tigre aux dents de sabre affamé que du matou tout mignon. Il me fait sacrément triper, ce chat, je l'aime.

Bref, Le journal intime de Georgia Nicolson, c'est TELLEMENT TROP GIGA COOL. J'arrive au stade où j'en perds même mes arguments et j'ai juste envie de vous hurler à la figure : « MAIS-LISEZ-LE-BORDEL-VOUS-ATTENDEZ-QUOI ?! ». Alors, vous promettez, hein ? Vous ferez ça pour moi, siouplé ? Question de vie ou de mort.

Mon nez, mon chat, l'amour et… moi (Le journal intime de Georgia Nicolson, T. 1), Louise Rennison.
Gallimard Jeunesse, Scripto, 2002, 192 pages.

20 commentaires:

  1. Moi je veux être ton amie alors je te lis. VOILA

    * part lire et finira son commentaire après*

    PUTAIN JE LE VEUX VRAIMENT MAINTENANT. Je viens d'acheter Colleen Hoover alors que j'avais déjà promis à l'Homme de ne PAS acheter de livre donc ça craint. Je vais attendre la prochaine paie, et en juin BAM je l'achète.
    La couverture me donne des boutons mais ça a l'air tellement coolos qu'il me le faut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ça va, tu reste mon amie alors. Mais promis le mois prochain, tu le lis, hein ? Sinon ça va barder ! Chuis sûre que tu vas kiffeeeeeer ! Et l'Homme ne pourra que s'incliner.
      Ouais t'as vu, les couvs piquent un peu les yeux... Celles de la réédition en poche sont plus sympas, si tu veux garder ta santé visuelle.

      Supprimer
  2. J'étais fan de cette série dans mon adolescence aussi ! Tu viens de me donner un coup de nostalgie, là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah, ça remémore plein de bons souvenirs, hein ? Ca m'a rappelé le bon vieux temps, héhéhé.

      Supprimer
  3. Je suis MEGA d'accord avec toi, cette saga est tellement cooooooooool !! Georgia est absolument tordante. Une des meilleures sagas de ma jeunesse ! :p ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras, Pauline ! Vive Georgia, she's the beeest ! ♥

      Supprimer
  4. Je ne connais pas du tout cette saga ! Oups =}
    En tout cas, tu m'as permis de la découvrir, et ça c'est super-cool ! ^^ Je pense acheter le premier livre et puis voir après !
    En tout cas, ta chronique est super ! ^^

    Big bisous papillon <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, chouette ! Je suis ravie d'avoir pu te faire découvrir cette série ! ^^ Elle a un peu perdu en célébrité, c'est donc pas forcément anormal de ne pas la connaître. :) J'espère que tu aimeras le premier tome, je croise les doigts !
      Des bisous !

      Supprimer
  5. Tu me donnes vraiment envie de replonger dans ma jeunesse !! bon j suis pas vieille (pas trop ) mais j ai tellement besoin de légèreté et de rire que je vais craqué.Merci et bon long week end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop bien, je suis tellement contente que tu craques pour Georgia ! Je suis sûre que tu ne vas pas le regretter, et c'est idéal pour retomber en adolescence. :) Bonne découverte et bon week-end à toi aussi !

      Supprimer
  6. En voilà une chronique qui fait du bien de bon matin!! Et oui, promis, je vais le lire! (Mais j'ai un peu peur des effets secondaires après la lecture de ta chronique je dois reconnaître... lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahah, mais non, on est tout à fait normal après cette lecture, je t'assure ! Juste un peu plus zinzin, peut-être. ^^
      Aaaah, merveilleux, je suis ravie que tu tentes l'aventure ! N'hésite pas à m'en dire des nouvelles. :)

      Supprimer
  7. Ahhhhhh Georgia, Goergia ! Cette jeune fille est tout simplement génial et tordante de rire ! Que de bonne humeur. De rire. Parce que oui, comme tu le dis, qu'est ce que l'on se marre avec elle ! Ta chronique me donne envie de sortir les tomes 4-5 ou 6 et 5 de ma PAL, très très vite !
    Le film, est tout aussi drôle ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Team Georgiaaaaa ! Elle est trop cool, c'te fille. Je suis super contente de te donner envie de la retrouver, pour ma part, je vais me dégoter les tomes suivants en vitesse ! :)
      J'essaierai de voir si je peux trouver le film, je suis curieuse du coup ! ^^

      Supprimer
  8. Georgia est un sacré phénomène ;) Ravie que cette relecture t'a tout aussi enchantée que la première fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rah, ça, tu l'as dit, un sacré phénomène ! Je crois que je ne me lasserai jamais de Georgia... :)

      Supprimer
  9. JE. VEUX. MAINTENANT.
    Fière de toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OH QUE OUI. :D
      (VAS-Y, VAS-Y, VAS-Y, FOOOOONCE !)

      Supprimer
  10. Je l'ai dans ma PAL depuis au moins trois ans. Impossible de me motiver de le sortir. Ma meilleure amie a adoré au collège. Mais j'ai vraiment peur que ce soit devenu trop jeunesse. Cependant tu as ravisée mon intérêt pour cette lecture. A bientôt Flora. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, sérieux, Béa ? Il faut le dépoussiérer vite fait ! N'aie pas peur pour la jeunesse, il n'a pas pris une ride. :) J'espère que tu vas lui donner sa chance !

      Supprimer