jeudi 28 mai 2015

Les filles sauvages, Pat Murphy fait un tour dans les bois


Joan vient d'emménager avec sa famille près de San Francisco, à la lisière d'un bois. Là, elle rencontre une fille étrange qui prétend s'appeler Renarde et vit seule avec son père dans une maison délabrée, au cœur de la forêt. Les deux filles deviennent amies et participent ensemble à un concours de nouvelles. Elles remportent le premier prix et sont invitées à suivre un stage d'écriture pendant l'été. La porte d'un nouveau monde s'ouvre alors pour Joan : un monde merveilleux, plein d'ombres et de contradictions, mais aussi de lumières et de possibles.


C'est une certaine Renarde, du nom de Margaud Liseuse, qui m'a donné envie de découvrir ce roman. Margaud avait craqué pour Les filles sauvages pour des raisons évidentes : une jeune fille rousse, et une petite frimousse de renard sur la couverture, jolie et envoûtante. À moi non plus, il ne m'en fallait pas plus, et son avis très enthousiaste a fini de me convaincre. C'est donc pleine de curiosité que je me suis plongée dans ce petit roman particulier, à l'empreinte singulière et sauvage.

Ce qui est sûr, c'est que le roman n'a pas fait long feu entre mes doigts. On y découvre Joan, une jeune fille de douze ans, bonne élève, pas super populaire et un peu en marge, qui vient d'emménager en Californie. Là-bas, elle va rencontrer Renarde, une jeune fille qui aime se peinturlurer le visage de peintures de guerre, pêcher des salamandres dans la rivière, jeter des cailloux et qui se prend pour la Reine des Renards. Les deux vont se lier d'amitié, et s'inventer des histoires merveilleuses dans le bois où vit Renarde et son père, jusqu'à ce qu'elles décident d'écrire une nouvelle à quatre mains et remportent un stage d'écriture l'été suivant.


Les filles sauvages, c'est avant tout une histoire d'amitié, et si Joan m'a laissée quelque peu indifférente au départ, je suis immédiatement tombée sous le charme de Renarde, cette jeune fille sauvage qui vit dans les bois, à l'imagination fertile, et qui s'invente tout un monde de féérie et de magie. Pour masquer la laideur de la réalité, Renarde tisse des contes enjolivés qui m'ont touchée et conquise, et qui nous embarquent en même temps que Joan. En outre, j'ai adoré Gus, le père de Renarde, ce gars un peu marginal qui arbore un tatouage et écrit des bouquins de science-fiction dans sa maison délabrée et désordonnée, mais qui a le cœur sur la main. Du côté de la famille de Joan, le tableau est moins reluisant, avec des membres qui se déchirent chaque jour un peu plus. On prend peu à peu conscience du climat néfaste et tendu dans lequel évolue Joan, entre les disputes quotidiennes de ses parents et la terreur qu'exerce son père. Mais au fil du temps et de son apprentissage, Joan découvrira le monde sous un prisme différent, notamment grâce à l'écriture, qui lui apprendra à regarder les choses sous de nouvelles perspectives. L'écriture occupe ainsi une place fondamentale dans ce récit d'apprentissage, et c'est l'un des aspects qui m'a le plus séduite. De la nouvelle emplie de féérie que Joan et Renarde écrivent à quatre mains jusqu'aux différents exercices que leur professeur leur assigne durant leur stage d'été, on observe les deux filles changer, se questionner, prendre des risques. Grandir, en un mot. Et ça m'a donné très envie de prendre, à mon tour, une plume et un carnet, et d'écrire.

Ainsi, c'est une bien belle histoire d'amitié et d'apprentissage que nous livre Pat Murphy au travers de ces deux jeunes filles touchantes, emplies d'émotions, de doutes et de peurs mais qui, grâce à l'écriture, finiront par trouver leur voi(e)x et prendre leur envol.

Les filles sauvages, Pat Murphy.
Bayard Jeunesse, 2014, 348 pages.

13 commentaires:

  1. J'ai tellement envie de lire ce roman, que j'ai aussi découvert grâce à Margaud Liseuse. Le commentaire que tu en fais me donne encore plus envie de lire cette histoire, que le résumé de quatrième de couverture dans sa présentation. Cela fait plusieurs mois que je le recherche, mais impossible de le trouver en librairie, je vais devoir commander. Mais je le ferai un jour, c'est certain!
    Et quelle jolie photographie, cette jeune fille portant un renard dans ses bras!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, c'est embêtant que tu ne parviennes pas à le trouver en librairie... J'espère que tu cèderas à la tentation, il est vraiment chouette ! Et c'est un bon livre pour l'été. :)
      Cette photo est sublime, hein ? Cette photographe fait de vraies merveilles...

      Supprimer
  2. Ce n'est pas la première fois que j'entends parler de ce livre, et déjà auparavant, il m'avait fait très bonne impression. J'aimerais bien l'avoir entre les mains!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il gagnerait à être plus connu, alors j'espère que tu te laisseras tenter ! :)

      Supprimer
  3. ça a l'air d'être un très beau livre, je le note ^^ (en plus, j'adore la couverture ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sage décision, héhéhé. ^^ (La couv est sublime, hein ? Je l'adore !)

      Supprimer
  4. Juste à cause de la couverture je tenterais bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, je me suis fait la même réflexion au début. :) Et l'histoire est très mignonne, pleine de poésie.

      Supprimer
  5. C'est un très beau livre et l'histoire à l'air vraiment pas mal je prends note !

    RépondreSupprimer
  6. La couverture est sublime *_* Et ta chronique me tente diablement, c'est le moins que le puisse dire <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as vuuuu ! Elle est trop belle, c'te couv. Mouhahaha, quant à la tentation, je ne répondrai rien... :D

      Supprimer
  7. J'ai été attirée par la couverture(que j'ai vu sur internet par hasard) , j'ai lu le résumé derrière et j'ai dit a mes parents : "je veux ce livre pour mon anniversaire!"
    J'ai donc lu ce livre et j'avais l'impression que Joan , c'était moi! Elle me correspond vraiment!

    Adèle

    RépondreSupprimer