dimanche 5 avril 2015

La Dernière Terre : L'enfant merehdian, Magali Villeneuve magistrale


Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles. Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre. Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux mœurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées. Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres. Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?


Si j'admire depuis un certain temps l'art de Magali Villeneuve, que j'ai connue grâce à ses illustrations absolument fantastiques du Seigneur des Anneaux, et que je bave frénétiquement devant chacune de ses couvertures pour Bragelonne, j'étais bien moins familière avec l'autre outil de son art ; sa plume. Au fil des avis dithyrambiques que j'ai découverts sur La Dernière Terre et avant même de poser le pied dans les Cinq Territoires, je frémissais déjà d'impatience, car je pressentais que j'étais sur le point de mettre au jour un véritable monument. Et en franchissant les frontières des brumes éternelles, c'est bien ce que j'ai trouvé : un joyau de fantasy grandiose, magistral. D'une puissance à couper le souffle. (Sans vouloir vexer la frêle constitution de Cahir.)

Il est très rare qu'un livre me captive dès les tout premiers mots. Avec L'Enfant merehdian, ce fut le cas. J'ai été soufflée par ce prologue de toute beauté, et dès les premières pages, je me suis maudite d'avoir tant patienté avant de me plonger dans cette aventure. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre concernant l'intrigue, la quatrième de couverture étant assez nébuleuse, mais je la trouve finalement parfaite, car j'ai adoré me plonger dans l'inconnu et c'est pourquoi je n'en révélerai pas trop sur l'intrigue et l'univers. Je dois avouer que, si j'ai été surprise et un poil déroutée par le peu d'action qui parcourt ces quelque 450 pages, je n'ai pas ressenti une seule pointe d'ennui. Certes, dans toute ma naïveté, je pensais trouver quelques combats ou du moins, une action typique du genre de la fantasy, et s'il ne se passe qu'un seul grand événement qui fait chavirer l'intrigue au milieu du récit, mon léger désarroi a vite été jeté aux oubliettes face à la grandeur de l'univers façonné par Magali Villeneuve.

Je suis souvent chagrinée lorsque les univers de fiction ne sont pas exploités à leur paroxysme et je râle souvent dans mes chroniques à ce sujet, mais là, force est de constater que j'ai trouvé mon maître ! Je n'ai jamais — ô grand jamais ! — été confrontée à un univers aussi riche, foisonnant de détails et vibrant d'authenticité. Géographie, paysages, décors, gouvernements, mœurs, traditions… Le monde créé par Magali Villeneuve est tout bonnement époustouflant, et je pèse mes mots (même que je les souligne, tiens !). J'ai été subjuguée par les différentes contrées, notamment les Hautes-Blanches, mystérieuses et effrayantes, mais surtout par les brumes éternelles et tout ce que l'on ignore à leur sujet… Finalement, ma seule frustration a été de ne pas en apprendre davantage sur ces Cinq Territoires et le mystère qui les entoure, car si l'auteure prend son temps pour tisser son univers et nous le dévoiler petit à petit dans ce premier tome introductif, de très nombreuses zones d'ombres persistent et je brûle, brûle, brûûûûle de mettre au jour tous ces secrets !


Si l'univers bâti autour des Cinq Territoires se révèle exceptionnel et bouillonnant d'originalité et de mille possibilités, le premier tome de La Dernière Terre est aussi — et je dirais même avant tout — porté par ses personnages. Et quels personnages ! À eux seuls, ils portent le roman, en sont l'âme, le cœur et la lumière et je les aimés tous, que ce soit d'amour ou de haine. Si j'ai été un peu perdue au tout début au vu du foisonnement de personnages et de noms à retenir, j'ai découvert chaque personnalité avec une curiosité dévorante, car tout comme l'univers, le passé de chaque personnage nous est révélé au compte-gouttes, et avec une lenteur parfois insupportable tant l'envie de savoir nous démange, les pièces du puzzle se mettent peu à peu en place.

Si la pseudo-perfection de Ghent m'a peu touchée, au contraire du reste de sa famille (notamment Dorgah et Gayle) dont la chaleur m'a mis du baume au cœur, je me suis violemment entichée de Cahir, ce Giddire honni par les Agrevins en sa qualité d'étranger et de sauvage, dont le franc-parler dérange mais m'a ravie. L'abysse de son passé est aussi celui qui cache le plus de secrets et a aiguisé ma curiosité. J'ai également succombé au charme de Reghia, qui m'apparaissait hostile et franchement désagréable au début, mais que j'ai appris à apprivoiser. Mais à la fin, mon cœur va à Melgar Cenerianh, masque de froideur et de neutralité, mais dont le vernis cache une émotion frémissante, un cœur de pierre qui ne cherche qu'à se réchauffer. C'est lui qui m'a le plus bouleversée, et j'en reste encore toute chavirée. Ah, cette fin ! Bon Dieu, elle m'a brisé le cœur. Et Le prendre pour le garder n'a fait que le réduire un peu plus en miettes.

Ainsi, La Dernière Terre m'a conquise, absolument et entièrement. Car, en plus de nous faire miroiter un univers d'une richesse sidérante et un panel de personnages d'une diversité et d'une profondeur rares, ce premier tome est porté par une plume de toute beauté. Chaque phrase est comme un joyau taillé à la perfection, et nous ensorcelle de sa poésie. J'ai rarement été aussi subjuguée par une plume comme je suis tombée sous le charme de celle de Magali Villeneuve. Je n'ai désormais qu'une hâte, me plonger dans la suite pour éclairer les zones d'ombres qui me taraudent tant. Je reste ainsi résolue et enflammée à l'idée de découvrir la continuité de ce joyau d'albâtre et de lumière.

L'Enfant merehdian (La Dernière Terre, T. 1), Magali Villeneuve.
L'Homme Sans Nom, 2012, 464 pages.

26 commentaires:

  1. Oh oui qu'il est bien ce premier tome ! Et ta chronique lui rend tout fait justice.
    Je n'ai également qu'une hâte, me plonger dans le tome 2, mais j'attends d'avoir vraiment beaucoup de temps devant moi pour m'immerger complètement dans cette lecture sans devoir être interrompue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dévoré ce premier tome en ayant quelques jours de relâche et j'ai bien fait, en effet, car c'est si riche et dense que je pense que je ne l'aurais pas apprécié à sa juste valeur de façon fractionnée... Du coup, j'attendrai comme toi d'avoir quelques jours devant moi pour m'attaquer au tome 2 et le savourer comme il se doit ! :)

      Supprimer
  2. Salut :)
    Chouette quelqu'un d'autre qui a lu la Dernière terre ! Je ne comprends pas pourquoi ce livre n'est pas plus connu. D'autant plus, que tous ceux que je connais à l'avoir lu ont eu un coup de coeur...
    En tout cas contente que tu es aimé cet univers, ses personnages et cette plume. Je suis entièrement d'accord avec toi, la plume est superbe et les personnages très travaillés (et réalistes).
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la sphère de l'imaginaire, LDT commence sérieusement à gagner ses lettres de noblesse mais en-dehors de cette bulle assez close, c'est vrai que la série n'est pas très connue... en tout cas, pas assez ! Et je dois dire que les avis (dont le mien) sont unanimes : c'est tout simplement brillant !

      Supprimer
  3. Je suis vraiment contente que tu es aimé ce premier tome. Maintenant la mission, si tu l'acceptes, c'est de dévorer le deuxième tome pour pouvoir replonger les moments de purs bonheurs un peu plus longtemps *-*
    Lire ton avis me redonne envie de lire la saga. Vilaine fille xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mission acceptée, chef, héhéhé. J'attends d'avoir plusieurs jours devant moi pour savourer le deuxième tome comme il se doit (et de recevoir mon exemplaire, c'est mieux pour le lire, hahaha), mais que j'ai hâte, nom de Dieu !
      Et je plaide coupable pour être une vilaine fille si ça te donne envie de relire la saga. :D

      Supprimer
  4. rhalala + 1 dans ma wishlist, c'est parti ! Super chroniique (comme d'habitude, j'ai envie de dire ^^) bisous et bonne lecture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiiiiii, tu m'en vois ra-vie ! J'espère que tu succomberas (enfin, déjà que tu trouveras un exemplaire sur le marché ^^) et que tu adoreras !

      Supprimer
  5. Tu donnes vraiment envie de découvrir ce livre ! :) Hop, dans ma wish-list :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, chouette ! J'espère que tu tenteras l'aventure car elle vaut vraiment le coup ! :D

      Supprimer
  6. OUIIIIII <3 Tu es définitivement une personne avec des gouts très surs huhu. Et quelle beeeeeeelle chronique <3 #TeamMelgar ici aussi, bien sûr, parce que je suis aussi une personne avec des gouts très surs vois tu.
    Mais nous parlerons de LdT aux Imaginales où j'espère bien te croiser et te recroiser et te re recroiser et tout et tout ! à très vite :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh yeah, #TeamMelgar tope-là cousine !
      Ouiiiiii, je sens que je vais vous coller aux basques, à toi et Bouchon, de toute façon donc pour sûr qu'on va se croiser, mouhahahah. Même que t'en auras marre à la fin, hihihi !

      Supprimer
    2. J'oublie toujours de cocher la petite case en bas à droite qui doit m'informer de quand on me répond, donc pardon, je réponds huit mois plus tard maiiiiiiiis :
      Melgar a trop le swag, laisse tomber. J'te la tope et j'te la retope !

      Et sinon J'AI TROP HÂTE D'ETRE AUX IMAGINALES AAAAAAAAH !

      Supprimer
  7. ça fait pas mal de temps qu'il est dans ma WL, il faudrait que je songe à l'en sortir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh làlàlà, mais oui, sors donc cette petite pépite qui n'attend que de conquérir ton petit coeur ! :D

      Supprimer
  8. J'ai lu le premier tome il n'y a pas longtemps et comme toi Melgar est un personnage qui m'a beaucoup touché. Je suis pas contre un peu douchée par le fait que la série ne soit plus éditée et se poursuivra en auto-édition. Du coup le tome 2 est introuvable mis a part d'occasion et parfois à des prix prohibitifs :'(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que tu aies adoré (et plus particulièrement Melgarichou) ! C'est vrai que les prix des occasions peuvent vite atteindre des sommets, mais il y a parfois de bonnes occasions, il faut garder un oeil attentif sur les sites de revente. :)

      Supprimer
  9. Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu AHHHHHHH !! Ta chronique vient de faire ma journée ♥ Je suis tellement heureuse que tu aies été conquise toi aussi. Ton avis à lui seul me rappelle ce sentiment de bonheur pur que j'ai ressenti à la lecture et à la fin, en refermant la dernière page et serrant le livre tout contre mon cœur. De la bombe, ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mooooh, comme tu m'as fait rire ! Je vais devenir toute rouge moi, avec ces compliments adorables :D Je dois dire que ta chronique m'a motivée à sortir LDT de ma PAL, où il prenait la poussière depuis plus d'un an... Donc merci ma chère Alice ! De la bombe, je ne peux que plussoyer. ♥

      Supprimer
  10. Qu'elle est belle, cette chronique ! Qu'elle est juste ! Qu'elle me donne envie de me replonger dans cette pépite, encore et encore !! Fiou, ma petite Flora, tu m'as donné des frissons. Oui oui.
    Et Melgar, mon diiiiiiiieu Melgar <3 Tu n'es pas au bout de tes peines, mon petit <3 <3 Garde une boite de mouchoirs à portée, sait-on jamais ! <3 <3 (Il faut absoluuuuuement que tu me tiennes au courant de ta lecture du deuxième tome. Je veux TOUT savoir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Houuuuu, comment je suis trop fière de t'avoir donné des frissons ! Flora, donneuse de frissons, mouhahaha. *_* Bref, revenons sur Terre. Ah noooon, me dis pas ça pour Melgar, je sens que je vais chialer toutes les larmes de mon p'tit corps dans le tome 2... Et promis, je te tiens au courant bichettounette ! Tu sauras TOUT.

      Supprimer
  11. Flora a été conquise, absolument et entièrement ? Wouaouh, ça ressemble à une grosse déclaration d'amour ça ! Si je ne savais pas qu'on parle bouquins par ici, je me demanderais bien qui est l'heureux élu ! :D
    C'est cool quand on fait ce genre de lectures, être emporté(e) à ce point, c'est vraiment particulièrement plaisant. Content pour toi. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouhahaha, oui, j'ai un nouvel amant... livresque. :p
      Cet univers est tout simplement incroyable, j'espère être aussi emportée dans les tomes suivants mais je n'en doute pas un instant ! :D

      Supprimer
  12. Et +1 dans la wish-list ! Voilà voilà. Je devrais raisonnablement arrêter de fréquenter ton blog, huhu ^^ (mais je pense qu'on approche de la mission impossible, de fait).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouhahah, je vais faire ma grosse intolérante pyscho-rigide dictatrice : IL FAUT QUE TU LISES CE LIVRE, SIA. OK ? Allez, si tu craques, il faut que ce soir pour celui-là. :p

      Supprimer
    2. En plus il sera aux Imaginales. Mi-sère ! (Je fais la voix de la conscience, mais tout le monde sait qu'elle est en minorité ^^).

      Supprimer