vendredi 6 mars 2015

The Book of Ivy, Amy Engel, une tuerie !


Il y a cinquante ans, la Terre a bien failli y passer. Après une guerre nucléaire dévastatrice, seule une dizaine de milliers d'hommes a survécu, et celle-ci s'est reconstruite, petit à petit, au sein d'une nouvelle ville où deux familles se sont affrontées pour prendre le pouvoir. Ivy Westfall fait partie de celle qui a perdu, et aujourd'hui, la voici forcée d'épouser le fils du président Lattimer, Bishop, pour perpétuer la tradition et maintenir la paix entre les deux familles rivales. Sauf que la mission d'Ivy n'est pas d'être l'épouse sage et docile de Bishop ni de lui donner des héritiers. Sa mission, depuis toujours, c'est de le tuer.


PUTAIN DE BORDEL DE MERDE. (Toutes mes excuses, il fallait que ça sorte.) Non, mais les éditions Lumen ont décidé d'attenter à ma vie, ou quoi ? Parce qu'avec toutes les bombes qu'ils nous balancent en ce moment, mon petit cœur frôle la crise cardiaque et je risque de clamser avant la fin de leur catalogue, c'est moi qui vous le dis !

The Book of Ivy, c'est une claque de la mort qui tue. Du genre de celle qui vous décolle la tête et laisse votre cœur en miettes. Avec toute la curiosité que l'éditeur a su attiser en amont de la publication de cette nouvelle pépite, notamment par le biais de mails énigmatiques et d'un véritable faire-part de mariage (que je chéris aujourd'hui plus que tout au monde, mon précieux ! ♥), je dois vous avouer que j'étais sacrément intriguée par ce livre. Déjà, parce que les quelques lignes du résumé promettaient du post-apo (my favourite !) entrelacé à de la dystopie (youhou) et à une histoire de haine, d'amour et de vengeance avec un petit air de Roméo et Juliette. Le tout étant porté par une couverture absolument divine, signée Mélanie Delon (quand je vous dis que cette artiste a un talent fou !). Mais qu'est-ce qu'il vous faut de plus, honnêtement ?

Ce que j'ai aimé dans The Book of Ivy ? Tout. Du premier au dernier mot. C'est aussi simple que ça. L'univers façonné par Amy Engel m'a harponnée dès les premières lignes, et c'est à la fois captivée et horrifiée que j'ai mis les pieds dans Westfall, où l'on découvre le quotidien des survivants de la guerre nucléaire. Ces hommes et femmes qui ont résisté, et qui goûtent de nouveau à une vie relativement normale. Sauf que lorsqu'on gratte ce vernis chatoyant de sécurité et de paix, on met au jour les dérives d'un système régi par un président despotique, et toutes les horreurs qui vont avec, à commencer par les mariages « arrangés », qui lient tous les ans de force des adolescents des deux parties de la ville. Si les hommes travaillent et œuvrent au bien de la cité, les femmes se plient quant à elle au seul but d'enfanter. Bien entendu, personne n'a son mot à dire dans toute cette histoire, sous peine d'être expulsé manu militari. Et autant vous dire que personne ne survit très longtemps de l'autre côté de la barrière qui encercle la ville…

Westfall est ainsi un monde qui fait sacrément froid dans le dos, poisseux et chaud, dénué de confort mais surtout, qui prive ses habitants de leur liberté de penser et d'agir. Sous ses airs post-apo-dystopiques séduisants qui promettent un bon divertissement, The Book of Ivy met ainsi en lumière une réflexion intelligente sur le libre-arbitre et l'importance des choix que l'on fait. Mais c'est aussi un récit teinté de féminisme, qui interroge la place de la femme dans une société où elle n'est bonne qu'à procréer. Car la mission d'Ivy a pour but de libérer toutes ces jeunes filles forcées de se marier. Mais parviendra-t-elle à privilégier le bien commun plutôt que ses désirs personnels ? Quel choix peut-elle faire, alors qu'elle sera forcément perdante quoiqu'elle décide ?


Forcément, lorsqu'on rencontre Ivy, cette jeune fille d'à peine seize ans qui se voit contrainte d'épouser le fils de l'homme qu'elle hait le plus au monde, on ne peut que se ranger de son côté et embrasser sa cause, ainsi que celle de sa famille qui souhaite renverser le gouvernement de Lattimer. Ivy, je l'ai adorée, elle m'est rentrée dans la peau dès ses premiers mots. J'ai aimé son manque d'assurance, ses doutes, ses peurs, sa rage, le fait qu'elle souhaite changer les choses mais doute d'en être capable. Contrairement à sa sœur, Callie, véritable tueuse dans l'âme à qui elle envie la force de caractère, et qui ne cesse de lui renvoyer sa propre faiblesse en comparaison. Ivy veut être à la hauteur, rendre sa famille fière d'elle, mais la tâche qui lui revient est bien plus dure qu'elle ne le pensait au départ.

Parce que Bishop. NON MAIS BISHOP, QUOI. Bishop, c'est un peu l'amour de ma vie et j'en suis tombée raide dingue (bats les pattes, tout le monde, il est À MOI !). Maintenant que les choses sont claires entre nous, où en étais-je ? Oui donc, le fils du président ne ressemble pas à son père et si Ivy s'attendait à rencontrer un jeune homme imbus de lui-même, violent et détestable, force est de constater que Bishop n'a rien d'un despote en herbe. Lui aussi se sent démuni face à son manque de liberté, lui aussi rêve d'une autre vie. Tous deux vont apprendre lentement à s'apprivoiser, à se connaître, à se dévoiler. Et le lien qui se renforce peu à peu entre eux est aussi surprenant qu'émouvant. Et ouh làlàlà, cette tension de fou furieux ! J'en ai eu des papillons dans l'estomac. Amy Engel nous fait sacrément languir, mais je dois dire que c'est parfait comme ça. C'est magique. Bref, l'histoire de ce bouquin est géniale, mais Bishop… Bishop is the best.

Vous l'aurez compris, The Book of Ivy est une pure bombe, et la fin… nous explose littéralement à la gueule. NON MAIS C'EST QUOI CETTE FIN ? JE PROTESTE ! Honnêtement, j'avais envie de chialer, une grosse boule coincée dans la gorge, l'estomac noué, et j'ai cru que je n'allais pas sortir vivante de ce bouquin. Les derniers mots m'ont laissée soufflée, détruite. Amy Engel nous plante un couteau en plein cœur, et s'il n'y avait pas de suite prévue, je crois que je ne l'aurais pas supporté. Je serais allée la menacer, parce que ça n'aurait pas été possible. Voilà. Vous êtes prévenus, accrochez-vous.

Ainsi, The Book of Ivy m'a tuée. Mais je l'ai adoré. J'ai eu l'impression de me retrouver entre le compte à rebours effréné de Dualed et le survival bourré de tension d'In the After, deux bombes post-apo signées Lumen que je vénère (et si vous ne les avez pas lues, mais qu'attendez-vous, sacrebleu ?!). Je vais désormais mourir à petit feu en attendant The Revolution of Ivy… Parce que je n'en peux déjà plus. Bref, The Book of Ivy, c'est une tuerie.

Dévoré en lecture commune avec mes adorées Les petits mots de Saefiel et La Bibliothèque aux mille et une vies. N'hésitez pas à découvrir ce qu'elles ont pensé de cette bombe !

The Book of Ivy (T. 1), Amy Engel.
Lumen, 2015, 352 pages.

27 commentaires:

  1. Waaa je ne lis que des avis dithyrambiques concernant ce livre ça me rend dingue! Je crois bien ne pas en avoir vu un seul négatif! J'ai prévu son adoption (oui moi j'adopte) au salon du livre alors ça va je n'ai plus longtemps à attendre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est dingue, il mérite d'avoir un petit autel pour le vénérer, et si tu ne le lis pas, tu vas le regretter toute ta viiiie ! Sage décision, donc, que de l'adopter au SDL. :) Tu verras, il va te tendre ses petits bras et tu ne pourras plus le lâcher de toute ta vie.

      Supprimer
  2. Ahah une tuerie avec une belle phrase d'introduction :D Cela fait deux gros mots, tu dois 2€. Et bien, cela a l'air d'être une sacrée claque ! Est-ce une trilogie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, décidément, je deviens de plus en plus vulgaire, mais que m'arrive-t-il ? :p L'émotion ! J'ai été bien vilaine, je vais au coin.
      De mémoire, il me semble que c'est une série en deux tomes, mais je ne voudrais pas te dire de bêtises... Donc, en plus, ce n'est pas une série à rallonge, on a le droit de s'y plonger !

      Supprimer
  3. Eh ben, il nous a toutes fait craquer ce Bishop ♥ J'ai aussi aimé dès les premières pages, je le sentais que ça allait être un coup de coeur ^^ Ça va être looooong d'attendre la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaah, Bishop... ♥ Je crois qu'on va toutes se foutre sur la gueule pour l'obtenir, héhéhé. Me raconte pas, l'attente va être une véritable torture !

      Supprimer
  4. Bishop... Rien que d'y repenser j'ai envie de le serrer dans mes bras ! Ce livre m'a fait craquer, j'avais une boule dans le ventre énorme quand je l'ai lu ! Grande découverte pour moi et je n'attends qu'une chose : La Suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bishop... ♥ *long soupir* Purée, il m'aura fait passer par toutes les émotions ! Il est génial, ce mec. Raaah m'en parle pas, j'avais le ventre tout serré aussi, j'ai cru que j'allais clamser à la fin. Mais vivement la suiiiiiiite ! On l'aura dans tellement longtemps, c'est atroce... Va falloir se serrer les coudes.

      Supprimer
  5. Je BAAAAAVE trop sur le faire part. Je le veuuux :'(
    Et j'aime ta chronique, d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Rah, je te comprends tellement, je dois bien t'avouer que je suis méga gaga avec mon faire-part... Il est trop beau, et, il y a un peu de Bishop à l'intérieur, quoi. :p

      Supprimer
    2. Emily me l'a envoyééééé! Elle est trop gentille WESH

      Supprimer
  6. Tu vois, le seul regret que j'ai quand je lis cette chronique c'est qu'on est dimanche et que les librairies sont fermées. *pars en pleurant*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha ! Allez, file vitre en librairie ma belle, Ivy t'atteeeend !

      Supprimer
  7. Et bien... j'avais déjà vu ce livres de nombreuses fois mais n'avais jamais été tentée. Ton avis m'a finalement fait changer d'avis ! En te lisant j'ai déjà commencé à me prendre d'affection pour Ivy (étrangement sa sœur aussi même si tu ne fais que la citer je pressent qu'elle doit cacher des choses) et m'énervé par sa situation x) Et tu me donnes bien envie de découvrir Bishop ;) Par contre d'où vient ce nom ??
    Je vais le rajouter à ma wish-list :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je suis super contente d'être celle qui te fait changer d'avis ! *proud*
      Ivy est top, et la réflexion de ce roman est vraiment surprenante et déroutante. Et puis Bishop, mais il faut que le découvres tout de suite, nom de Dieu ! Oui, c'est vrai que le nom n'envoie pas trop du pâté. Mais je pense que c'est symbolique, comme Ivy, et Westfall. Et puis t'inquiète, on s'y fait très vite, crois-moi, face à Bishop, on oublie tout. :p
      Bonne lecture !

      Supprimer
  8. Ok, déjà qu'il m'intriguait, tu me donne envie d'aller l'acheter tout de suite ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je t'en prie, à ton service, mouhahahah. J'ai rempli mon devoir, donc. :)

      Supprimer
  9. Ah, je suis impatiente de le lire :D après quand je pourrai, je ne sais pas, la torture risque de durer longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rah, comme je te comprends, à ta place, je n'en pourrais plus ! ^^ Courage, et dévore-le bien quand tu pourras !

      Supprimer
  10. Je ne lis que des avis super positifs !!! Moi qui suis fan des dystopies, je n'ai qu'une hâte c'est de le lire ! et VITE ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est normal, c'est une pure bombe, pas étonnant qu'il séduise tout le monde ! :) Si tu es fan de dystopie, tu vas A-DO-RER ! N'hésite pas une seconde, saute dessus !

      Supprimer
  11. Salut ! Je tiens à te remercier pour avoir fait une critique de ce livre, car du coup je l'ai acheté hier et je l'ai fini... hier. Je l'ai lu d'une traire, m'arrêtant à peine pour manger hier soir aha. Du coup j'attends le deuxième tome avec beaucoup d'impatience ! Sais-tu quand ce prochain tome est prévu ? Merci encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Gaëlle ! Aaah, tu m'en vois absolument ravie, je suis vraiment heureuse que tu aies cédé à l'appel d'Ivy et que tu aies été aussi conquise par le livre, au point d'oublier de manger, héhéhé ! Je considère que j'ai rempli ma mission. ;) Que je te comprends pour le tome 2, je crève d'impatience aussi ! Hélas, il va nous falloir patienter sagement, car le tome 2 sortira en version originale en novembre 2015... Je pense qu'il nous faudra patienter encore plusieurs mois pour la traduction en français !

      Supprimer
  12. Je ne vois que des avis positifs concernant ce livre, plus je lis des avis différents plus ce livre monte dans ma wishlist, je n'ai qu'une envie c'est de courir en librairie pour me le procurer. Je trouve le concept étudié dans cette dystopie assez original et surtout j'ai envie d'en connaître davantage sur le personnage d'Ivy et le dilemme qui s'offre à elle. Très bon article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci ! Franchement, si ce livre te fait déjà envie, fonce sans réfléchir, c'est une pure bombe ! L'univers est très intéressant et sort un peu de tout ce qu'on a vu, donc c'est que du bon ! Bonne découverte ! :)

      Supprimer
  13. Je l'ai fini hier soir, que cette fin est cruelle, poignante et frustrante ! Tu me crois si je te dis que j'ai eu beaucoup de mal à m'endormir après avoir refermé le livre :D ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AAAAH ! Comme je suis contente que tu aies aimé ! T'as vu cette fin ? C'est un peu inhumain ? C'est clair que pour t'endormir après ça, t'es mal barrée ! :p

      Supprimer