lundi 9 mars 2015

Divided, Elsie Chapman nous embarque dans un final explosif


PAS DE SPOILERS, VAS-Y L'AMI !

Dans la ville fortifiée de Kersh, la vie reprend lentement son cours normal pour West Grayer après la terrible épreuve à laquelle elle a été confrontée. Mais, alors qu'elle croit que le pire est derrière elle, West se trouve face à un nouveau dilemme. Le Conseil lui fait une offre qu'elle ne peut refuser, et lui propose de redevenir chasseuse en échange d'une contre-partie inespérée… Acceptera-t-elle de replonger en enfer pour cet ultime contrat ? Mettant une fois de plus en péril tout ce qu'elle a de plus cher, West va se frotter aux manigances du Conseil et de chasseuse, va redevenir proie. Prête ou non, le compte à rebours a recommencé.


Go, Grayer, go ! Je ne m'étais pas rendu compte à quel point West Grayer m'avait manqué jusqu'à ce que je remette les pieds à Kersh, et en me plongeant à mes risques et périls dans Divided, j'ai eu l'impression de retrouver une vieille amie. Je m'étais pris une sacrée claque avec Dualed, le premier tome, qui m'avait fait l'effet d'une bombe à déflagration, et j'étais donc à la fois terriblement excitée et sacrément anxieuse à l'idée de me plonger dans le second et ultime volume, brûlant de retrouver West mais aussi déchirée à l'idée de lui dire adieu. Une chose était sûre : cette aventure allait secouer et pas qu'un peu. Je ne savais pas si j'étais prête ou non, mais je me suis lancée dans la course.

Et quelle course ! Encore une fois, Elsie Chapman nous concocte un parcours du combattant qui part dans tous les sens et qui ne nous laisse aucune seconde de répit. J'ai adoré retrouver ce rythme haletant, bourré d'action, de rebondissements et de suspense, et comme le premier tome, j'ai eu un mal fou à lâcher Divided, que j'ai parcouru en mode sprint. J'ai retrouvé la même fluidité de plume, accrocheuse, sèche et directe, comme une rafale de mitraillette qui va droit au but, et l'effet page-turner est aussi réussi que dans Dualed. Bref, le pied à peine posé dans Kersh, j'étais déjà embarquée à fond dans l'action et je n'ai pas lâché West d'une semelle. Et heureusement, parce qu'au rythme du récit, elle n'a pas le temps de s'arrêter et d'attendre son lecteur, pas de temps à perdre.


Je me suis à nouveau lancée sur les traces de West avec un plaisir fou, car l'héroïne tient toutes ses promesses dans ce second volume. Éprouvée comme jamais dans le premier tome, elle nous apparaît plus stable au début du récit, mais sous ce vernis de normalité, on découvre peu à peu des fissures importantes. Son passé la hante, le sang qu'elle a sur les mains l'obsède, et lorsque le Conseil lui propose de reprendre du service, elle ignore si elle est capable de tuer à nouveau. Si West était percluse de doutes et de peurs dans Dualed, ce n'est pas une super-warrior que l'on trouve dans Divided, et c'est ce que j'ai apprécié. C'est une héroïne bourrée de failles et de séquelles, et la peur lui noue toujours les entrailles, même si elle continue de foncer tête baissée. Cette deuxième aventure est néanmoins celle de la maturation, et si West a toujours voulu faire cavalier seul, elle va apprendre à demander de l'aide, et à se reposer sur ceux qu'elle aime. À commencer par Chord, son roc, sa bouée de sauvetage. Leur relation s'endurcit et s'embellit dans ce second récit, et si le jeune homme m'a semblé un poil moins charismatique (en même temps, c'était pas facile de passer après Bishop dans The Book of Ivy), il m'a beaucoup émue (c'est quand même un sacré petit ami).

Mais l'héroïne n'est pas la seule à maintenir le niveau, l'univers nous dévoile lui aussi de nouvelles facettes inexplorées, et si j'étais restée un peu sur ma faim dans le premier tome, avec de nombreuses questions qui me taraudaient sur le fonctionnement de la cité fortifiée, Divided tient ses promesses et nous offre les révélations tant attendues, notamment sur la fondation de Kersh, l'organisation et les secrets du Conseil. J'ai pris un plaisir inouï à me glisser dans les rouages de cette cité qui fait froid dans le dos, et à percer les mystères de cette instance gouvernementale toute-puissante. Elsie Chapman démontre à nouveau qu'elle maîtrise totalement son univers, et fractionne les pièces du puzzle pour mieux nous surprendre à la fin.


Justement, la fin, bien qu'un peu trop rapide à mon goût, est néanmoins explosive et l'ultime scène de combat m'a collé des sueurs froides, au point que j'en avais les mains moites de tension. La scène du labyrinthe de miroirs me restera longtemps en mémoire, car cette idée est simplement brillante ! Pas étonnant qu'elle figure sur la couverture — sublime, par ailleurs. Franchement, elle pète, non ? Je la trouve encore plus géniale que celle de Dualed, qui me bottait déjà à fond. (J'ai l'impression de toujours dire la même chose sur les couvertures, mais c'est pas ma faute si Lumen fait des trucs de ouf. Allez vous plaindre chez eux.) Quant aux derniers mots, ceux-ci m'ont paru parfaits. Et terriblement frustrants. Mais il devait en être ainsi. Elsie Chapman nous livre une fin ouverte, qui pourrait tout à fait appeler un troisième tome, mais j'aime le fait que leur avenir reste en suspens, avec un large horizon de possibilités.

Bref, Divided est encore une fois une petite bombe qui vient gentiment nous exploser à la figure, et se révèle à la hauteur de Dualed pour conclure la série en beauté. Avec un final aussi explosif, ce second et ultime tome confirme la série comme une petite pépite post-apocalyptique qui restera gravée en moi pour de nombreuses années comme l'une de mes séries chouchoutes. C'est avec un gros pincement au cœur que j'ai quitté West et Kersh pour toujours, une petite boule au ventre mais le cœur plein d'espoir.

Divided (Dualed, T. 2), Elsie Chapman.
Lumen, 2014, 377 pages.

7 commentaires:

  1. J'ai a-do-ré la fin ! Toutes ces possibilités, c'est super !
    J'ai également trouvé ce second volume plus mature et approfondi. Mais je regrette que Chord ne soit pas plus présent (j'aurais adoré avoir son point de vue de temps en temps en fait). Et comme toi, j'aime le fait que West soit affreusement humaine et réaliste, ça change et ça fait du bien. Bref, une dystopie qui dépote :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaiiiiis, cette fin est vraiment géniale ! C'était vraiment ce qu'il fallait, une clôture doublée d'une ouverture beaucoup plus large...
      Oui, c'est un poil dommage pour Chord, qui paraît plus en retrait et qui subit l'action plus qu'il n'agit... Mais ça reste un personnage super.
      Cette série envoie du pâté, voilà. :D

      Supprimer
    2. Vi. Mais un spin-off, ce serait cool, hein =D

      Supprimer
  2. Salut ^^
    Ouahh la couverture est superbe ! Je n'ai toujours pas lu le tome 1 qui est dans ma PAL depuis sa sortie (ou presque) mais le rappel de son existence me donne envie de m'y réintéresser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! :) Tu as vu cette couv de fou ? Elle est géante, je l'adore et je n'ai pas arrêté de la dévorer des yeux ! Rooh, il faut que tu te plonges dans Dualed si tu l'as dans ta PAL, West n'attend que ça. :p Bonne lecture !

      Supprimer
  3. Vite Vite que je lise cette suite alors :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'y encourager, fonce ! :)

      Supprimer