dimanche 18 janvier 2015

Exil, Shannon Messenger déploie ses ailes


À peine remise des sombres événements qui ont mis sa vie en péril, Sophie doit affronter une nouvelle épreuve : la rentrée à Foxfire, l'académie prestigieuse qui fera d'elle une elfe accomplie. Mais ses soucis se corsent encore davantage lorsqu'elle découvre une alicorne, la dernière capable de sauver cette espèce sacrée, et qui va donner du fil à retordre à la jeune fille. Entre les préparatifs de sa rentrée scolaire et l'entraînement de l'animal, Sophie doit faire face à un troisième problème : les énigmatiques messages laissés par le Cygne Noir… Qui la conduiront une nouvelle fois sur le chemin du danger.


Eh oui, notre Sophie est encore une fois dans de beaux draps ! Il faut dire que la jeune fille n'a pas son pareil pour s'attirer des ennuis… pour notre plus grand plaisir ! Si les Gardiens des Cités perdues, le premier tome de la série de Shannon Messenger, avait été une très belle découverte, j'ai replongé en Atlantide avec un plaisir infini et une curiosité redoublée. En effet, le titre de ce deuxième tome, Exil, me faisait froid dans le dos et m'intriguait bigrement, et sa magnifique couverture, avec cette majestueuse alicorne, promettait encore plus de magie.

Après un prologue empli de noirceur qui nous fait miroiter un danger imminent, à l'image de celui du premier tome, nous retrouvons notre petite Sophie Foster, et c'est un peu comme retrouver une amie d'enfance. Si j'ai eu quelques soucis à remettre toutes les pièces du puzzle en place, le monde créé par Shannon Messenger fourmillant de mille détails, j'ai adoré retrouver cet univers elfique si singulier ainsi que ces personnages auxquels je me suis terriblement attachée. Dans ce deuxième tome, la filiation est plus que jamais au centre de l'intrigue, et c'est avec beaucoup d'émotion que l'on observe la famille elfique un peu boiteuse de Sophie s'apprivoiser et se faire confiance. En effet, les liens qui unissent Sophie à ses tuteurs, Grady et Edaline, se renforcent considérablement, même si les blessures du passé se révèlent encore à vif. Si la douce et fragile Edaline a moins touché ma sensibilité, ayant la larme trop facile, je me suis incroyablement prise d'affection pour Grady, dont la peine et la culpabilité m'ont émue et retournée au plus profond de mes tripes.

Toutefois, le personnage phare d'Exil est bien Silveny, l'alicorne découverte par Sophie. Ce mélange de pégase et de licorne est une créature fascinante qui m'a émerveillée de par sa beauté et son mystère, et représente la plus belle surprise du livre à mes yeux. Cela étant dit, Silveny est une sacrée tête de mule, et elle va bien compliquer la tâche de Sophie. Mais le lien télépathique qui les unit est poignant. Mon petit cœur a fondu devant la solitude de l'animal, son besoin d'amour et de liberté, mais elle m'a également fait pouffer de par son entêtement, son crottin pailleté et son béguin envers Keefe.

Eh oui, comme la couverture le laisse présager, le jeune homme campe un rôle prépondérant dans cette nouvelle aventure. En effet, Sophie voit ses amitiés évoluer de façon inattendue, et se heurtant à un Dex jaloux et à un Fitz distant, c'est vers Keefe que la jeune fille va se tourner. Et je dois dire que, si Dex était mon petit chouchou jusqu'ici, Keefe vient sérieusement le concurrencer. Beau parleur, Keef use de son humour avec moins de lourdeur que dans le premier tome et m'a fait glousser à plusieurs reprises ! Mais c'est avec étonnement que l'on découvre une autre facette de son personnage, un Keefe sérieux, courageux et sensible. Bref, comme Silveny, je proclame : « Keefe ! Keefe ! Keefe ! »

Ce deuxième tome réserve ainsi de nombreuses surprises et quelques révélations de taille, bien que Shannon Messenger garde de nombreux mystères non résolus. Curieusement, si je lui ai trouvé un rythme assez inégal, Exil ayant à mes yeux le même défaut que le premier tome en concentrant l'action à la toute fin du livre, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Bizarre, mais vrai ! Les aventures de Sophie l'entraîneront en effet dans un monde obscur, glaçant, et terrible : Exil. Si le monde chatoyant des elfes est moins développé que dans le premier tome, un tout autre pan de l'univers s'offre à nous, bien plus sombre et intrigant. Ce lieu caché où les elfes à la mémoire brisée sont confinés est littéralement effarant, et modifie sensiblement notre vision du monde elfique, dont la perfection vole soudain en éclats. La mémoire, le passé et la télépathie se trouvent étroitement entremêlés dans ce tome, et j'ai trouvé cet enchevêtrement très intéressant. Quelques indices nous sont enfin livrés sur le Cygne Noir, mais je suis tout de même restée diablement frustrée à la fin, car l'auteure se joue cruellement de notre curiosité et mes questions me brûlent la langue ! J'attends donc le troisième tome de pied ferme.

Je me suis ainsi régalée avec cette deuxième aventure sur les traces de Sophie, pleine de magie et de féérie, et je dois bien avouer que si l'on me proposait un ticket pour l'Atlantide, je n'y réfléchirais pas à deux fois : j'y sauterais sans attendre ! Avec Exil, Shannon Messenger nous livre un deuxième tome bourré de surprises et nous étonne en sculptant un peu plus ses personnages, qu'il s'agisse de Sophie, de ses tuteurs, de Silveny ou de Keefe. Sans la brider, l'auteure laisse sa plume galoper pour prendre son plus bel envol…

Et percez tous les secrets des Gardiens des Cités perdues 
en lisant l'entretien avec Shannon Messenger !


Exil (Gardiens des Cités perdues, T. 2), Shannon Messenger.
Lumen, 2015, 566 pages.

10 commentaires:

  1. Aaaah Keefe *soupir*... J'ai beaucoup aimé Silveny moi aussi, j'aimerais bien avoir une alicorne ;-) (au passage, l'illustration que tu as mise est sublime <3). C'est vrai qu'en y repensant, je me dis qu'on a pas eu beaucoup de réponses dans ce 2e tome et pourtant, comme toi, je ne me suis vraiment pas ennuyée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, je me joins à ton soupir : Keefe ! ♥
      Tiens, vi, je ne cracherais pas une alicorne non plus comme animal de compagnie. D'autant que ce serait pas mal pour aller bosser au lieu de prendre le métro, hahaha (et puis ça en jette).
      C'est fou ça, en effet, j'ai trouvé le rythme lent, et finalement, qu'il ne se passait pas grand chose, mais c'est passé tout seul. Bizarre, mais ça prouve que l'auteure est douée et c'est une sacrée prouesse !

      Supprimer
  2. Il s'agit vraiment d'une excellente saga :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec toi ! L'univers est vraiment top ! :)

      Supprimer
  3. Cette série à l'air superbe!!! il faut absolument que je la lise!!=)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te la conseille en effet, fonce, elle est d'enfer ! :)

      Supprimer
  4. J'avoue que Keefe est à son avantage dans cet épisode (et Fitz est un vrai petit con, mais je reste sur mon idée première ^^).
    Je t'accorde que l'arrivée au boulot en alicorne est très classe (au même niveau que celle en hippogriffe ou en Magyar à pointes, je dirais. Peut-être moins flippante que celle en Magyar).
    Et je suis complètement d'accord avec vous ! Finalement, il ne se passe pas grand-chose, on rame toujours sur le Cygne noir mais... on ne voit pas le temps passer. Chapeau ! (Dire qu'il faut attendre pour le tome 3.... snif !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouhahah. KEEFE ! Ahem, oui, Fitz est un sacré crétin dans ce tome, mais je pressens qu'il aura le beau rôle dans le tome 3... Tu devrais te régaler ! ^^
      J'espère qu'on n'aura pas à attendre trop longtemps pour le tome 3... Prions ensemble !

      Supprimer
  5. Je suis moi aussi en pleine lecture de ce tome et j'espère qu'il sera tout comme toi à la hauteur du premier que j'avais adoré !!! *_*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh chouette, j'espère que tu apprécies le livre jusqu'ici ! Mais si tu as adoré le premier tome, je ne me fais pas trop de souci... ^^ Bonne lecture ! :)

      Supprimer