dimanche 11 janvier 2015

Belle, Robin McKinley voleuse de rose


Belle s'est toujours sentie à part. Dépourvue de toute beauté physique malgré ce que son prénom suggère, elle préfère fuir les mondanités de la ville pour galoper à dos de cheval ou se réfugier dans les livres anciens qu'elle aime tant. Ainsi, lorsque la ruine soudaine de leur père vient les dépouiller de leurs biens et les force à se retirer à la campagne, Belle n'en a cure. C'est pour elle une nouvelle aventure. Elle trouve même un certain bonheur dans cette existence simple et sans fard. Mais le malheur les frappe à nouveau quand son père revient d'un périple avec une bien sombre nouvelle. Car dans le bois qui jouxte leur maison, vit une Bête dans un château enchanté. Et leur père lui a fait une terrible promesse, scellant à jamais le destin de Belle…


Depuis toujours, La Belle et la Bête est mon conte favori, et vouant un amour passionné aux contes et à leurs réécritures, il m'était impossible de résister plus longtemps à cette beauté signée Robin McKinley. Sobrement intitulé Belle, ce roman m'a séduite de par ses si beaux atours et sa couverture absolument somptueuse. Nombre d'éloges me sont ensuite parvenus, décuplant mes attentes. Hélas, là où je pensais trouver une réécriture audacieuse, je n'ai trouvé qu'un pâle reflet du conte et de ses nombreuses ramifications… S'il ne faut pas oublier que le roman a été écrit en 1978, il apparaît toutefois d'une certaine fadeur, à la lumière d'aujourd'hui et des nombreuses adaptations qui en ont découlé.

Car ce que j'attendais en premier lieu, c'était d'être surprise. Étonnée, sidérée, voire même choquée par ce que la plume de Robin McKinley aurait pu imaginer pour découdre le conte original afin de lui insuffler une nouvelle âme. Mais au fil des pages, aucune surprise n'est venue faire chavirer mes attentes, et ma lecture s'est lentement faite au pas, comme un cheval docile, sans jamais s'emballer. L'histoire déroulée par Robin McKinley dévie trop peu à mon goût du chemin bien tracé du conte, et dès lors, l'intrigue ne recèle plus aucun secret. Certes, elle ne fait pas que que poser des mots différents sur une histoire bien connue, et certaines petites choses viennent ajouter une touche d'inattendu, à l'image de la gentillesse des sœurs de Belle, véritables harpies dans le conte. Mais pour avoir été bercée par les adaptations de Cocteau et de Walt Disney depuis toute petite, je n'ai pas retrouvé cette magie, qui m'était déjà si familière.

Cette première déception acceptée à regret, ce manque d'originalité ne m'a pour autant pas empêchée de savourer ma lecture et de redécouvrir avec plaisir ce conte sous une autre plume. Car dès la première ligne, quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver confrontée à une narration à la première personne ! Si l'auteure a su me désarçonner et prendre mes attentes à rebours, c'est bien grâce à cette focalisation que je n'attendais pas, et j'ai trouvé que donner la voix à Belle était un merveilleux choix.


Car ce qui m'a le plus charmée, c'est bien le personnage de Belle. Loin de la belle jeune fille bonne et généreuse du conte, la Belle de Robin McKinley ne l'est que par son prénom, car son apparence est bien moins flatteuse que celle de ses sœurs. Une fois n'est pas coutume, notre princesse en devenir est ainsi terriblement ordinaire, et je dois avouer que j'ai été séduite par ce choix aussi inattendu qu'audacieux, tout comme le fait de lui octroyer un autre prénom. À l'origine, notre héroïne se prénomme ainsi Honneur, un nom qui lui sied à ravir mais qu'elle rejette, faute d'en saisir la véritable teneur. J'ai beaucoup aimé cette petite entorse au conte, car elle prend toute son ampleur au fil du récit. Simple, honnête et courageuse, Belle se révèle d'une grande force, et son obstination tout autant que son goût pour le travail nous la rendent extrêmement attachante. (Son goût des livres n'y est certainement pas étranger non plus !)

Quant à la Bête, que dire à part qu'encore une fois, je cèderais volontiers à la malédiction ! La Bête de Robin McKinley se montre incroyablement humaine, tendre et douce, emplie de bonté à l'égard de Belle, qu'elle aime éperdument. Chaque soir, la Bête lui pose inlassablement la même question : « Voulez-vous m'épouser ? » Une interrogation lancinante qui vient instaurer une tension palpable entre les deux personnages et reflète de façon subtile l'évolution du lien qui les rapproche peu à peu.
Autour de la Bête, le château enchanté se révèle envoûtant à souhait, comme un véritable rêve éveillé, bien loin du sombre et effrayant château de l'adaptation de Walt Disney. Que ne donnerais-je pour m'y installer à jamais, avec ses jardins emplis de fleurs parfaites et de petits ruisseaux, son intérieur richement décoré et son époustouflante bibliothèque (qui possède ici une magie proprement incroyable) ! Dans les pas de Belle, j'ai parcouru ses couloirs et ses salles mystérieuses avec beaucoup de curiosité, rencontrant ici et là les domestiques invisibles et les objets enchantés qui préfigurent certainement certains personnages de l'adaptation de Walt Disney.

Ainsi, ce roman avait tout pour me plaire et c'est déjà séduite que je m'y suis engagée, mais si Belle se savoure sans peine et avec un certain plaisir, la plume de Robin McKinley ne recèle hélas ni surprise ni magie, et ne parvient pas à raviver l'étincelle qui rendrait cette histoire véritablement belle.

Belle, Robin McKinley.
Mnémos, 2011, 242 pages.

9 commentaires:

  1. Arf, quel dommage d'avoir autant d'attentes et d'être déçue ! Il ne me tentait pas plus que cela, et je pense que je vais passer mon chemin, car je risque de tiquer sur les mêmes points que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment dommage ! Mais je crois bien que j'en attendais trop... Ou plutôt, il devait être franchement chouette dans les années 70/80, mais aujourd'hui, il a un peu perdu de sa lumière. Quand on connaît bien le conte et ses différentes adaptations, ça vaut moyennement le coup.

      Supprimer
  2. Ton avis me donne envie de relire cette adaptation <3 J'en garde un excellent souvenir mais il me semble que la fin m'avait semblé trop brutale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin ne m'a pas trop marquée de mon côté, voire m'a même laissée indifférente... Quoiqu'elle arrive assez vite, c'est vrai ! Je suis ravie si je te donne envie de le relire, en tout cas, ça prouve que ton souvenir est vraiment bon !

      Supprimer
  3. Quel dommage d'être ainsi déçue... Mais c'est le risque quand on attend beaucoup d'un ouvrage :( Il me tentait beaucoup, je te l'avoue, et je saurai désormais à quoi m'en tenir <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment décevant... mais je n'aurais peut-être pas dû en attendre autant ! Enfin, enfin, il a su plaire à d'autres lecteurs, Margaud Liseuse en a fait l'un de ses "livres lumières" après tout !

      Supprimer
  4. Rahhhh c'est dommage! Les points négatifs sont quand même très très négatifs!^^ Pourtant c'est quelque chose qui aurait réellement pu m'intéresser mais je crois que je vais préférer m'abstenir! Aucune envie d'investir et d'être déçue :/
    Et puis ce n'est pas comme si je n'avais pas déjà une WL de 160 livres sur Amazon................ :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raaaah, je suis bien d'accord, j'attendais tellement de ce livre ! Honnêtement, je crois qu'il valait carrément le coup à sa parution, mais aujourd'hui, avec toutes les adaptations qu'il y a eu, il n'apporte plus grand-chose au conte.
      Héhé, je vois que la WL vient concurrencer la PAL ! Nous sommes si faibles (mais c'est si bon).

      Supprimer
  5. Oh dommage ! La Belle et la bête est aussi mon petit chouchou !

    RépondreSupprimer