mercredi 8 octobre 2014

Élizabeth Bàthory, Pascal Croci & Françoise-Sylvie Pauly se délassent dans un bain de sang


C'est une histoire sanglante tristement célèbre, de celles qui traversent les générations pour devenir légendes. Longtemps recluse dans l'ombre de l'aura mythique de Vlad Tepes, une figure oubliée mais non moins fascinante a peu à peu reconquis la lumière des projecteurs ; la comtesse Erzsébet Bàthory, dite « la comtesse sanglante ». Un doux surnom qui annonce la couleur de son histoire et de ses méfaits, teintés d'un rouge profond…
J'ai découvert cet obscur personnage il y a de cela quelques années, et je dois avouer que, peut-être encore davantage que Vlad Tepes, « banalement » célèbre de nos jours, la comtesse exerce sur moi une réelle fascination. Je m'étais tout d'abord intéressée à son histoire à travers l'ouvrage passionnant de Marjolaine Boutet, Vampires : au-delà du mythe, avant de prendre une gifle visuelle et émotionnelle en visionnant l'œuvre cinématographique de Julie Delpy, La Comtesse, d'une grande beauté, et qui a le mérite de montrer une Bàthory humanisée. Enfin, c'est par hasard que j'ai découvert une bande dessinée sobrement intitulée Élizabeth Bàthory, et dont la couverture, belle à se damner, m'attirait de tout son magnétisme.

Avant toute chose, il me semble important d'avertir ceux qui, comme moi, ne connaissent pas l'œuvre de Pascal Croci, car cet ouvrage prend place au sein d'une trilogie vampirique dont les deux premiers tomes sont consacrés à Dracula. Mais n'ayez crainte, on peut sans peine découvrir ce troisième volume sans avoir connaissance des deux précédents, même si vous aurez quelques surprises. En effet, j'ai été quelque peu étonnée de rencontrer dans les premières pages le personnage de Jonathan Harker, et j'ai légèrement peiné à me situer dans l'histoire à son commencement, entre rêve et réalité et mêlant différentes époques.


La plume de Jonathan, qui s'intéresse ici au personnage de la comtesse pour mieux comprendre celui de Dracula, laisse bien vite la place à celle plus acérée de Bàthory. Et là commence son histoire. Son enfance, particulière, puis sa rencontre avec celle qu'elle appelle sa « cousine », son alter ego, son âme sœur, son seul amour. Avec elle, Bàthory commencera ses sanglantes expériences, pressant de jeunes vierges comme des citrons pour se baigner dans leur sang afin d'obtenir la jeunesse éternelle. Jusqu'au point de non retour.

Malgré ma désorientation première, j'ai plongé sans effort dans les eaux troubles de l'histoire de la comtesse, qui nous est présentée ici sous un éclairage original que j'ai beaucoup apprécié. Nous découvrons l'enfance bizarre et violente de la comtesse, puis ses jeux devenus encore plus cruels jusqu'aux premiers meurtres, mais c'est surtout sa compagne qui se révèle pleine de surprises. En effet, Croci et Pauly ne convient pas seulement la figure mythique de Bàthory mais invitent également une célèbre figure de vampire, elle aussi légèrement oubliée dans l'ombre de Dracula, et qui m'a ici prise par surprise. Cet angle s'avère ainsi très intéressant et offre une perspective inédite sur l'histoire de la comtesse. Néanmoins, bien que la révélation finale soit finement orchestrée, l'histoire est bien trop courte pour la savourer à sa juste valeur, et je l'ai refermée avec un sentiment de frustration, comme si elle n'avait été que survolée.


Heureusement, les illustrations viennent rehausser et combler ce récit un peu hâtif. Si j'avais été subjuguée par la beauté de la couverture, j'ai été déçue par le style des personnages présentés à l'intérieur, qui est sensiblement différent et moins à mon goût. En outre, bien que le sujet annonçait une certaine violence — que Croci matérialise à merveille avec moult figures horrifiées, corps décharnés, violentés et vidés —, je ne m'attendais pas à trouver des scènes où la sexualité et la nudité des corps sont révélées sans retenue. Les paysages, à couper le souffle, parviennent toutefois à insuffler une grande beauté à l'ouvrage, Croci traçant des décors de montagnes enneigées et de forêts enchevêtrées qui laissent entrevoir le lugubre château dans le crépuscule. Ces paysages, extrêmement soignés et d'un grand esthétisme, instaurent une atmosphère lugubre à souhait, pleine de fantômes et de présences à peine perceptibles. Ayant dévoré cette histoire à la nuit tombée, je dois dire que l'effet angoissant était délicieusement réussi.

Avec Élizabeth Bàthory, Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly livrent ainsi une vision étonnante et choquante de l'histoire de la comtesse sanglante, révélée ici dans toute sa cruauté, en réunissant deux légendes du vampirisme et en faisant fi de toute pudeur. Âmes sensibles, passez votre chemin. Âmes perdues, plongez dans le bain chaud et pourpre de la comtesse.

Élizabeth Bàthory, Pascal Croci & Françoise-Sylvie Pauly.
Emmanuel Proust Éditions, 2009, 68 pages.

 

10 commentaires:

  1. Malgré tes quelques réserves, je note. As-tu lu Comtesse Bathory, de Patrick McSpare ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que rien que pour les dessins de paysages, il vaut le détour, ils sont simplement magnifiques. En effet, j'ai Comtesse Bathory de Patrick McSpare dans ma PAL depuis bientôt... un an. Il serait peut-être temps de l'en sortir ! Tu l'as (et peut-être lu ?) également de ton côté ?

      Supprimer
  2. Juste pour les dessins, il doit valoir le détour ! Je le note donc malgré qu'il soit expéditif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, les dessins sont très beaux, tout particulièrement les paysages qui sont à tomber par terre (rien qu'à la première page, j'étais conquise !). Malgré ma déception quant à l'histoire, cette bande dessinée est tout de même une bonne découverte, et ça m'a donné envie de m'intéresser aux deux premiers tomes consacrés à Dracula. Si ça te tente, n'hésite donc pas ! ☺︎

      Supprimer
  3. Oh, ça a l'air sympa. Et j'aime bien le dessin, je me le note dans un coin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympa, je ne sais pas si c'est le terme, vu l'aspect sanglant et morbide de la chose ! :P Mais c'est très intéressant. J'espère que tu l'apprécieras !

      Supprimer
  4. Quelle ambiance, et de très beaux dessins, c'est vraiment très tentant! Je ferme les yeux sur le fait que l'histoire soit trop courte. Je connais un peu l'histoire de la comtesse mais je ne l'ai jamais approfondie. Il faudrait que je m'y attelle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça oui, l'ambiance est très réussie, je ne faisais pas la fière au fond de mon lit... Parfait pour Halloween, donc !
      Ici, l'histoire de la comtesse n'est pas détaillée, tu n'apprendras donc peut-être pas grand-chose si tu en connais les grandes lignes car elle est plutôt survolée, mais avec une interprétation très particulière et justement extrêmement intéressante... A découvrir, donc ! ;) Et n'hésite pas à me donner ton avis quand tu l'auras dévoré !

      Supprimer
  5. J'ai reconnu le style de Croci que j'avais découvert avec Adolphe. Ton article me donne envie de découvrir cet album.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, pour avoir vu quelques planches de cette autre bande dessinée, le style semble presque identique et la comtesse Bathory ressemble à s'y méprendre au personne féminin d'Adolphe. Tu avais aimé cette lecture ? J'espère que tu apprécieras Bathory si tu t'y intéresses !

      Supprimer