mercredi 3 septembre 2014

Witch Song, Amber Argyle susurre une mélodie enchanteresse


De sa voix enchanteresse, la jeune Brusenna commande les quatre sœurs. Terre, eau, lumière et végétation répondent à son chant envoûteur, car dans ses veines, coule la sorcellerie. Une bénédiction pour une poignée d'hommes éclairés, une tare pour le reste de la populace apeurée. Vivant recluse avec sa mère à l'abri de la forêt, la jeune fille s'offre à la haine et au mépris des hommes à chacune de ses sorties au petit village de Gonstower. La vie de sorcière est un chemin tortueux, et Brusenna l'apprend à ses dépens lorsque sa mère part rejoindre les leurs afin de lutter contre la Sorcière Noire, qui maltraite les éléments et s'acharne à annihiler toute sorcière refusant de se soumettre à son pouvoir. Et lorsque sa mère échoue, Brusenna devient la dernière sorcière, l'ultime espoir, et se voit pourchassée par d'infatigables Chasseurs. N'ayant d'autre choix que d'embrasser son devoir, la jeune fille fuit sa terre natale afin d'aller affronter la Sorcière Noire... et son implacable Destin.


Certains livres sont une évidence. Le titre, mélodieux, sonne avec délice jusqu'à vos oreilles, l'histoire que vous entrapercevez commence de faire battre votre cœur, et la couverture, douce et veloutée, offrant un somptueux visage, vous envoûte du bout des doigts. Witch Song est de ces livres. Comme un papillon ne pouvant échapper à l'attrait de la lumière, j'étais déjà séduite par l'aura de cet ouvrage avant même d'en lire les premières lignes. Et lorsque le chant de Brusenna s'est enfin offert à mes yeux, j'ai été irrésistiblement ensorcelée.

La jeune Brusenna, aux cheveux de blé et aux yeux d'or, dont les talents sont encore fragiles et incertains, m'a charmée dès ses premiers pas. Dès l'ouverture du récit, l'affection se niche dans notre cœur, et l'on découvre avec horreur et compassion son quotidien dans le village de Gonstower, où la jeune fille se heurte à la rancœur et aux humiliations des hommes, que sa nature emplit de haine et de peur. Rares sont les amis des sorcières, et Brusenna en fera le douloureux apprentissage. Lorsque le seul repère de son existence défaille et que sa mère la quitte pour combattre la terrible Sorcière Noire, dont elle ignore tout, Brusenna se retrouve seule et sans défense, livrée aux noirs desseins des hommes et des Chasseurs. Ses seuls alliés seront Bruke, son fidèle chien, et Joshen, le fils d'un ami proche de sa mère, qui jure de la protéger dans sa quête. Si l'on rencontre une jeune fille craintive et apeurée à l'ouverture du récit, on assiste au fil des chapitres à la métamorphose de Brusenna en jeune femme et en sorcière affirmée, emplie d'un courage nouveau. Mais bien que sorcière, Brusenna ne cesse de douter, à la fois de ses pouvoirs et de l'issue de l'inévitable combat vers lequel elle se dirige. C'est dans sa peur et son espoir vacillant que son humanité résonne en nous comme le plus émouvant de tous ses chants. Amber Argyle nous offre ainsi une héroïne à la fois d'une grande fragilité et d'une incroyable puissance, qui nous vole notre cœur au premier regard et l'emporte dans l'aventure qui l'attend.


Car nous avons à peine le temps de reprendre notre souffle que Brusenna nous entraîne à sa suite, dans la terrible chevauchée qui la conduira jusqu'à la Sorcière Noire. La plume d'Amber Argyle, légère et mélodieuse, nous fait découvrir un univers riche et étendu, qui laisse miroiter une foule de possibilités et de secrets à dévoiler. De sa Néfalie natale, Brusenna va prendre la mer jusqu'au Refuge des sorcières (où l'on fait la connaissance d'une étrange créature nommée Pogg, probablement le personnage qui m'a le plus touchée et a fendu mon petit cœur par sa solitude et sa générosité un peu bourrue) pour enfin débarquer en Tartennie, le territoire de l'ennemie. Au fil de son escapade, nous voyageons ainsi au sein de paysages et de décors disparates, où la sécheresse laisse place à la jungle. Durant leur épopée, les deux jeunes gens apprendront ainsi à se connaître, et la sorcière à laisser ses barrières céder, peu à peu, sous le poids du lien indéfectible qui noue leur existence. Pour autant, la romance sous-jacente ne prend jamais le pied sur la quête de Brusenna, véritable noyau du roman, et reste au second plan, ce que j'ai particulièrement apprécié.

Amber Argyle livre ainsi un premier récit extrêmement riche, où l'aventure est aussi rythmée que le chant de Brusenna. Car le pouvoir du roman réside dans l'univers de la sorcellerie façonné par l'auteure, et que l'on découvre avec une insatiable curiosité et un émerveillement toujours croissant. Le monde des sorcières est ainsi régi par les Créatrices, les quatre entités divines qui incarnent la terre, l'eau, la lumière et la végétation, incitant les sorcières à œuvrer au maintien de l'équilibre du monde, à force d'enchantements, de potions et de graines. Brusenna ne déblatère guère de vulgaire formules, elle les chante, et les vers qu'elle déclame de sa jolie voix — et que j'interprétais personnellement comme le doux son de l'œuf de l'épreuve du lac dans Harry Potter et la Coupe de feu — semblent réellement porteurs de magie (saluons à l'occasion le travail du traducteur, qui nous offre de très jolies sentences). L'univers créé par Amber Argyle se révèle ainsi d'une grande richesse, de la géographie du roman (concrétisée par la carte présente au début de l'ouvrage) aux reliefs de la sorcellerie mise en lumière.

Du premier au dernier mot, la plume d'Amber Argyle signe ainsi une aventure merveilleuse et poétique que l'on abandonne à regret car, une fois ce bel ouvrage refermé, la magie cesse hélas d'étinceler entre nos doigts.

Witch Song (T. 1), Amber Argyle, 2011.
Éditions Lumen, 2014, 457 pages.

12 commentaires:

  1. Superbe chronique ! Pour un peu, tu me donnerais envie de le relire ! J'ai immédiatement pensé à la chanson de l’œuf dans HP moi aussi (la version brise-tympans en moins, évidemment).
    J'ai particulièrement aimé la place que prend Senna au sein des sorcières : ça change un peu des poncifs du genre. Même s'il y avait un peu trop de romance à mon goût (sans toutefois être trop envahissante), j'ai passé un très bon moment de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sia, je suis toute flattée ! ♥
      Tiens, c'est drôle qu'on ait pensé toutes les deux à la chanson de l'oeuf de HP (enfin celle dans l'eau, car c'est bien plus agréable) !
      Je suis bien d'accord sur la place de Senna, et c'est intéressant de voir comment s'organise le clan des sorcières, notamment entre les Maîtresses et les novices. Quant à la romance, je ne l'ai pas trouvée trop présente, car je m'attendais à bien pire (il faut dire qu'on la voit arriver de très très loin et du coup, j'avais peur qu'elle prenne une place importante). Un excellent moment de lecture pour moi aussi, donc !

      Supprimer
    2. Non mais cherche pas, je suis anti-romance. J'ai un GROS faible pour les histoires tragiques.
      En fait, j'ai lu trop de YA qui était de la romance sauce SFFF et du coup, maintenant, ça me gonfle direct. Dès que j'en vois pointer le bout de son nez, je me dis "Allez, c'est reparti, youpi youpi".
      Maintenant si c'est une belle histoire, je peux me laisser fléchir =) (là ça va, c'était mignon, parfois un peu niais à mon goût mais mignon dans l'ensemble).

      Supprimer
  2. Ta chronique est juste magnifique ! Il est déjà dans ma PAL et tu me donnes encore plus envie de me lancer dedans :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mi Nestronette, ton compliment me touche beaucoup ! J'ai essayé de faire en sorte que la poésie et la beauté de ce livre transparaissent dans ma chronique, je suis donc ravie si tu y as été sensible !
      Et si je peux te rendre service en mettant Witch Song sur le dessus de ta PAL, c'est encore mieux. :)

      Supprimer
  3. Je ne peux qu'être d'accord avec toi et c'est vrai que je n'avais pas remarqué que Brusenna était porteuse d'humanité, malheureusement j'ai trouvé les personnages un peu trop lisses, un peu trop pâles mais cela n'empêche la magie et le rêve, la poésie et la douceur de l'histoire de faire son effet (c'est pas que le thriller que je lis là et qui est tellement barbare).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour avoir relu ta chronique après avoir refermé le bouquin, je vois qu'on est sur la même longueur d'onde. Il est vrai que certains personnages sont moins fouillés que d'autres, et que certains gagneraient à être plus "taillés dans le vif", mais Brusenna a une jolie évolution qui rattrape ce léger défaut. Enfin, on passe vraiment un très bon moment avec la jeune sorcière et l'atmosphère est incroyablement envoûtante !

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Je te comprends parfaitement, j'espère que tu pourras la concrétiser sous peu et la savourer pleinement !

      Supprimer
  5. Un livre qui a l'air enchanteur. Et la couverture est magnifique !

    RépondreSupprimer
  6. Ce livre me donnait très envie (notamment à cause de sa sublime couverture) mais le flot d'avis négatifs (voir très négatifs) qu'il a connu m'avait refroidie. Je suis donc enchanté d'enfin en voir un positif ! Surtout que tu y vas plutôt fort dans les compliments, ce qui donne très envie de découvrir ce livre :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah, cette série, je l'aime ! C'est curieux car j'ai vu très peu d'avis négatifs dessus (mais je ne les ai pas cherchés, en même temps ^^) et beaucoup d'avis positifs ou neutres. C'est vrai que le premier tome a quelques défauts, mais le deuxième est meilleur et la série se bonifie au fil des tomes ! Je te le conseille donc à fond, car c'est un univers fantastique ! :)

      Supprimer