dimanche 7 septembre 2014

La Mécanique du cœur, Mathias Malzieu fait battre le nôtre


Alors qu'Édimbourg voit mourir lentement le XIXe siècle, ses ruelles étroites et emberlificotées se figent sous le froid le plus grand que le monde ait jamais connu. Dans la drôle de baraque du Docteur Madeleine, un petit être aux allures d'oiseau voit le jour, prénommé Jack. Mais à peine le nouveau-né ouvre-t-il les yeux que son cœur, pris au piège du gel, voit ses battements s'amenuiser. Pour le sauver, le Docteur Madeleine traficote une horloge qu'elle plante dans sa poitrine, et dont le tic-tac s'harmonise au « boum-boum » de son cœur. Pour continuer à vivre, Jack devra remonter chaque jour son horloge-cœur, et suivre trois règles strictes : ne jamais toucher à ses aiguilles ; maîtriser sa colère ; et ne jamais — au grand jamais — tomber amoureux, au risque de voir son cœur s'emballer et exploser. Mais lorsqu'une petite chanteuse andalouse vient affoler le tic-tac de Jack, le petit garçon oublie vite le danger de la bombe à retardement emprisonnée dans sa poitrine.

❄︎

Mes engrenages de lectrice s'étant bloqués durant une poignée de jours, en proie à l'hésitation et ne sachant dans quel livre me plonger, j'ai jeté mon dévolu sur un petit bouquin tout maigrelet dans le but d'ouvrir mon appétit livresque. Pour la première fois, j'ai ouvert un roman signé Mathias Malzieu, dont l'univers m'attirait de son doux chant depuis fort longtemps. C'est à pieds joints que j'ai plongé dans sa Mécanique du cœur, l'histoire de quelques heures. Aussitôt commencé, aussitôt dévoré. J'ai englouti cette belle histoire sans presque m'arrêter et j'en suis ressortie toute chamboulée, une petite boule dure coincée dans la gorge et les yeux embués.

J'ai été emportée dès les premières lignes, qui nous emmènent dans la si jolie ville d'Édimbourg, lors du jour le plus froid du monde. L'atmosphère, un peu étrange et peuplée d'ombres, m'a charmée de suite, et je me suis instantanément amourachée de Jack et de son curieux cœur-horloge, rythmé par ses « Coucou » impromptus. Ce qui maintient en vie cet infortuné est aussi ce qui est susceptible de la lui ôter au premier battement amoureux, et c'est avec compassion et affection que l'on suit notre petit garçon dans sa découverte du monde et de l'amour, sous les traits de Miss Acacia, petite chanteuse espagnole qui se cogne partout. Prêt à risquer l'implosion de son cœur, Jack s'élancera dans un périple un peu fou afin de retrouver sa dulcinée dans son Andalousie natale, un périple pendant lequel mon cœur de lectrice s'est toujours un peu plus emballé. En véritable touche-à-tout, Mathias Malzieu multiplie les décors en passant d'Édimbourg à Londres, puis de Paris à Grenade, mais aussi les personnages, les influences et les arts. Quelle ne fut pas ma surprise en croisant Jack l'Éventreur ou Georges Méliès au détour d'une page ! Mais le charme de ce beau roman aux airs de contes noirs réside avant tout dans la musique de ses mots.


Dès les premières lignes, j'ai été frappée par la plume si particulière de Mathias Malzieu, dont la mélodie et le rythme n'étonnent qu'à moitié lorsque l'on connaît sa facette musicienne. Habitué à faire rebondir les mots, l'auteur nous charme par la poésie de son style, nous offrant de jolies métaphores, jouant des rimes et créant des phrases belles et bizarres. Et tout à coup, la poésie laisse place à une petite insulte, une légère vulgarité qui surprend et m'a arraché plus d'une fois un gloussement. Ce mélange des styles, cette bizarrerie de l'écriture pourraient choquer ou ne pas s'imbriquer, mais le mécanisme marche à merveille. Moi qui aime tracer des petits cœurs au crayon à papier dans la marge lorsqu'une phrase me percute ou me séduit, je me suis retrouvée à parsemer le livre de mes nombreuses traces d'affection.

Avec La Mécanique du cœur, Mathias Malzieu crée un merveilleux petit bijou mécanique, dont la brièveté nous épargne d'éventuelles longueurs et nous offre une aventure palpitante. Ma seule déception, si je dois en dévoiler une, est la fin de ce joli roman, qui nous balance la réalité à la gueule et fait voler nos espoirs et notre imagination en mille morceaux. J'aurais aimé que la magie dure pour toujours, mais Mathias Malzieu la rompt d'un tour de clef final. Jusqu'à la fin, mon petit cœur ému et brisé aura battu au rythme du tic-tac de cette belle et cruelle mécanique.

La Mécanique du cœur, Mathias Malzieu, 2007.
Édition J'ai lu, 2009, 155 pages.

19 commentaires:

  1. Quelle belle chronique pour un si joli livre ♥
    Je suis amoureuse de la plume de Malzieu ! J'ai lu trois livres de lui pour le moment, et trois livres que j'ai trouvé envoûtant. Sa poésie est sublime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ? Voilà une raison qui me donne encore davantage envie de découvrir le reste de son œuvre, qu'il me tarde de découvrir après cette très belle lecture ! Je vais certainement me laisser tenter par Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, qui semble aussi très poétique ! En tout cas, comme toi, j'ai été vraiment charmée par sa plume, un vrai délice pour les yeux.

      Supprimer
  2. Quand j'ai vu que tu avais lu La mécanique du coeur à l'instant j'ai sauté dessus ! Maintenant je vais lire ton avis et je reviens... Heureusement que je ne me souviens plus de la fin alors... Parce que l'histoire d'amour est tellement touchante et le style est tellement percutant... unique ! J'adore d'amour cet auteur et si tu veux découvrir un autre de ses ouvrages je ne peux que te conseiller Le plus petit baiser jamais recensé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que monsieur Malzieu a son fan club, et il le mérite, honnêtement, je suis vraiment séduite !
      Je ne m'attendais vraiment pas à une fin telle que celle-ci et ça m'a brisé le coeur, je dois bien l'avouer, j'étais toute triste. Enfin, c'est beau quand même. Quant au style, j'approuve : il est unique ! J'ajoute Le plus petit baiser jamais recensé sur ma liste, merci du conseil !

      Supprimer
  3. Coucou Flora !

    J'ai moi aussi beaucoup apprécié ce livre ! Comme tu n'y fais pas allusion dans ta chronique je ne sais pas si tu es au courant, mais il faut savoir que Mathias Malzieu a d'abord sorti un CD avec cette histoire en chansons qui est absolument génial ! Il est accompagné par Olivia Ruiz, Grand Corps Malade et plusieurs autres artistes. Si tu en as l'occasion je te conseille de l'écouter, mais peut-être connaissais-tu déjà ces chansons ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Maïlys !

      En effet, je suis au courant de l'existence de ce fameux disque (dont provient la très belle illustration, il me semble ?), même si je connais très mal l'oeuvre de Dionysos en général, je dois bien l'avouer. Cela dit, cette première incursion dans l'univers de Malzieu m'a vraiment donné envie de me plonger dans sa musique, d'autant plus si tu as trouvé cet album particulier génial ! Merci pour ce conseil ! :)

      Supprimer
  4. Une chronique très bien écrite et touchante sur un merveilleux livre ! La Mécanique du coeur <3 J'aime beaucoup les livres de Mathias Malzieu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emeline pour ce joli retour qui me fait très plaisir ! A vrai dire, je n'ai qu'une hâte : découvrir le reste de l'oeuvre de Malzieu, tant j'ai été charmée par cette première approche, et l'enthousiasme général ne fait que renforcer ce désir.
      Merci d'être passée par ici et au plaisir de te lire à nouveau ! :)

      Supprimer
  5. J'ai de plus en plus envie de découvrir ses livres. Ca a l'air plein de poésie et de douceur. Pas l'habitude par contre de lire des livres courts (ils sont courts pas vrai?^^) mais ce serait l'occasion de changer mes habitudes! :D Ta superbe chronique va me faire craquer, je le sens... Enfin APRES MON CHALLENGE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout juste, tu as parfaitement cerné le coeur de l'univers de Malzieu : poésie et douceur (et bizarrerie, aussi). Le voyage vaut le détour, je ne peux que t'encourager à y plonger les yeux fermés !
      En effet, ses livres sont très courts (moins de 200 pages, c'est même que dalle !), mais je dois dire que ça fait un bien fou entre deux pavés, et ça se dévore tout seul. Et puis le format est parfait, ce n'est pas trop court car on a le temps de se plonger dans l'histoire et les personnages, et c'est sans longueurs. Parfait, tout simplement ! ♥
      Hahaha, c'est une motivation pour le challenge, la lumière au bout du tunnel ! Courage ! :)

      Supprimer
  6. C’est drôle, car en ce qui me concerne, j’ai d’abord écouté la musique, puis vu le film, et ton bel article me donne bien évidemment envie de me plonger dans le livre. Si tu as un iPad, je te conseille également « l’Homme-Volcan », plus qu’un ebook, c’est un OVNI : on retrouve de belles illustrations, ainsi que la musique de Dyonisos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, c'est un parcours différent en effet, mais il me semble que la musique vient en premier donc finalement, c'est peut-être plus cohérent ! :) Je n'ai pas encore vu le film mais j'ai écouté le disque après ma lecture, et j'ai beaucoup aimé, c'est vraiment tout à fait dans l'atmosphère que j'avais ressentie.
      Rah flûte, je n'ai point d'iPad (mais je peux peut-être le télécharger sur mon Mac ?)... Je n'ai jamais entendu parler ce petit OVNI, en plus, mais le nom me plaît beaucoup et savoir que c'est bien barré m'attire encore plus !

      Supprimer
  7. Hélas il n'est pas sur Mac, car il s'agit d'une application. Ce n'est pas grave, j'amènerai mon iPad à Epinal aux Imaginales histoire de te le montrer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, quelle bonne idée ! Ce qui m'oblige à venir aux Imaginales pour cette excellente raison. Héhéhé, plus de dérobade possible ! ;)

      Supprimer
  8. Je garde un assez bon souvenir de ce livre, pour son côté poétique aussi... J'ai lu du même auteur "le plus petit baiser jamais recensé" mais c'était différent... Tu l'as lu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, La Mécanique du coeur était mon premier Malzieu, je n'ai pas encore lu Le Plus Petit Baiser jamais recensé, mais ça ne saurait tarder, car vu le bien que j'en lis, il me donne très envie également. Tu as aimé de ton côté, malgré sa différence ?

      Supprimer
  9. Je suis ravie si ce petit bijou t’a plu également ! C’était également mon premier Mathias Malzieu et depuis, je suis totalement envoûtée et je trépigne comme une gamine en librairie dès que je vois une nouveauté avec son nom dessus~

    Ça me rappelle ton article « ce livre, c’est de la merde » : oui, lire du Marc Lévy, c’est toujours lire et c’est bien… Par contre, là où je grince des dents, c’est quand ces auteurs deviennent plus populaires que des poètes nés comme Malzieu, quand la « philosophie de comptoir » surpasse le lyrique moderne, peaufiné et chanté par un oiseau rare. Oui j'avoue : Malzieu, c’est devenu le p’tit chouchou français que je conseille vivement à ceux qui sont à la recherche d’un insoupçonnable chef d’œuvre~

    Ooooh, la technique de noter un cœur dans la marge est sympathique ! J’ai tendance à noter la page dans un p’tit carnet (j’en ai tellement…) mais pour le coup, j’ai bien envie d’adopter le coup de crayon rapide et subtil ! ♥
    (et quand on feuillette par nostalgie, c’est LE détail qui fait fondre)

    Allez, j’ai hâte de voir pour quel Malzieu tu craqueras !
    Personnellement, j’ai lu ensuite Métamorphose en Bord de Ciel qui est très proche dans l’esprit et la plume est, évidemment, toujours aussi belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rah oui, je ne m'attendais pas à une si belle rencontre avec Malzieu et je brûle depuis de lire ses autres récits ! Pour le coup, ce mec a un talent absolument fou, et une telle poésie que je suis bien d'accord avec toi sur les phénomènes éditoriaux français... C'est rageant de voir une telle perle rester dans l'ombre des Levy et compagnie, même si Malzieu tire tout de même son épingle du jeu.
      Voui, j'adore mettre des petits coeurs et en effet, c'est super de les redécouvrir des années plus tard et de relire les phrases qui m'ont marquées. :)
      Du coup, je pense craquer pour Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, mais je note Métamorphose en bord du ciel ! :)

      Supprimer