dimanche 25 mai 2014

Imaginales 2014, une treizième édition sur les ailes d'un dragon espagnol

Amis fantaisistes,

Cette semaine, bien loin d'être ordinaire, était placée sous le signe du dragon. Mais pas n'importe lequel, un dragon vert aux ailes de papillon jaunes, imaginé par l'illustrateur espagnol Juan Miguel Aguilera. Car c'est sur le dos de cette belle bête que les Imaginales nous ont proposé un treizième voyage, prenant place du jeudi 22 au dimanche 25 mai 2014
Avec l'Espagne comme pays invité, les Imaginales ont fait très fort pour cette année ; Juan Miguel Aguilera et Leandro Àvalos Blancha représentaient notamment l'étendard espagnol, mais les invités d'honneur regroupaient également les grands Christopher Priest, Joe Abercrombie et même l'auteur de bit-lit Chloe Neill ! Il en venait donc de tous les horizons et il y en avait pour tous les goûts.

Le voyage vous dit ? Grimpez sur votre fidèle destrier à écailles, et suivez-moi direction Épinal !

L'affiche de la 13e édition, réalisée par Juan Miguel Aguilera

Pour une fois, j'ai réussi à ne pas me débrouiller comme un scroutt à pétard et je me suis organisée comme une chef : billets de trains achetés plusieurs mois à l'avance, rendez-vous pris avec les copains blogueurs et tout le tatouin. Pour la néophyte effarouchée que j'étais, cette treizième édition des Imaginales était pour moi une première, et autant le dire, je l'attendais de pied ferme ! Après tous les éloges dithyrambiques que j'avais entendus, ce rendez-vous immanquable des littératures de fantasy, science-fiction, fantastique et compagnie m'apparaissait comme le Saint Graal. Rien de moins.
C'est donc motivée comme jamais que je me suis levée — comme une fleur — à 5h20 (argh !), samedi matin, chargée comme une mule avec une dizaine de livres sur le dos, pour partir à la découverte de cet événement. Motivée, j'ai dit.

La bulle du livre
Au milieu de la matinée, notre train débarque à la gare d'Épinal, mais le soleil boude et le vent des Vosges se déchaîne. Les éléments ne nous seraient-ils pas favorables ? Qu'à cela ne tienne, nous bravons vaillamment le froid mordant jusqu'à ce petit bout de paradis, abrité au cœur d'un parc ombragé et bercé par le clapotis de la Moselle qui le borde. C'est tout mignon mais... c'est tout petit ! Heureusement, nous avions jeté la veille un œil impatient aux premières photographies du festival, nous avions donc vu que l'événement était de taille modeste, en comparaison avec nos rêves les plus fous (d'accord, on avait laaaargement exagéré la taille du truc, mais il faut dire que c'est tellement ZE référence de l'imaginaire qu'on se disait que ça devait être gigantesque. Au temps pour nous. Et fin de cette parenthèse.).

Bref, nous arrivons toutes pimpantes à la bulle du livre. Déserte. Bon, il est encore tôt, il y a à peu près cinq auteurs qui se battent en duel, mais les autres vont arriver. J'ai déjà mal au dos, d'ailleurs. Premier tour de la bulle, on repère plein de livres (forcément !), les désirs se développent, on se dit qu'on va réfléchir, puis repasser plus tard. On passe devant le stand des éditions Au Bord des Continents, et je tombe amoureuse. C'est ensuite au tour d'Antera, dont les peintures fantastiques me ravissent. 

L'artiste Antera et ses fabuleuses toiles...

Chez L'Homme sans nom, où j'ai envie de tout dévaliser, on salue Magali Villeneuve qui, charmante et souriante, fait partie des auteurs matinaux. Hop, une petite dédicace de mon premier tome de La Dernière Terre, Magali se montre très surprise devant le nombre de livres que je trimballe dans mon petit sac digne de Mary Poppins, et on reluque quelques-unes des illustrations de l'artiste, simplement à tomber. Quel talent !

Café littéraire sur les sagas en fantasy avec Joe Abercrombie, Jean-Philippe Jaworski,
Pierre Pevel et Régis Goddyn (Photo : Imaginales)

L'heure tourne, et on a envie d'entendre l'invité d'honneur, monsieur Joe Abercrombie, papoter lors du café littéraire de 11h « Trilogies, tétralogies, etc. Pourquoi la fantasy aime-t-elle les sagas ? », avec aussi Pierre Pevel, Jean-Philippe Jaworski et Régis Goddyn. Du beau monde ! Direction Magic Mirrors 2, magnifique petite salle circulaire aux allures de cirque et tapissée de miroirs. On est sous le charme, d'autant qu'on est confortablement installées sur une banquette de velours. La salle est comble et la conférence très intéressante, Abercrombie nous fait bien rigoler, tout comme Pevel dont l'amour pour les dragons ne passe pas inaperçu. On apprend la façon différente dont chaque auteur construit ses sagas, leur façon de construire leurs plans, leurs relations avec leurs éditeurs, la manière dont leurs histoires leur échappent, etc. Et c'est trop vite terminé !

Café littéraire sur l'imaginaire celtique avec Oliver Peru, Jean-Philippe Jaworski
et Krystal Camprubi (Photo : Imaginales)

Après s'être brièvement restaurées, on fait un nouveau petit tour sous la bulle, de nouveaux visages sont présents, mais beaucoup sont partis à la buvette pour goûter la cuvée des Trolls... Il est bientôt 14h, et le café littéraire qui nous passionne, « Récits celtiques... Fantasy grand public ! » avec Oliver Peru, Jean-Philippe Jaworski et Krystal Camprubi, va bientôt débuter. Hop, on prend place au Magic Mirrors 1, aussi belle que sa petite sœur, et c'est parti. Dès le départ, on nous dit que non, on ne va pas parler de récit celtique, parce que le récit celtique ne s'écrit justement pas... Diantre ! Heureusement, on va quand même papoter d'imaginaire celtique. C'est à nouveau foisonnant et passionnant, et Jaworski nous sidère, comme le dit Peru : « Cet homme sait tout ». La sensibilité artistique de Krystal Camprubi apporte une touche originale et Oliver Peru, même s'il croit ne pas être un savant de la taille de Jaworski, dit des tas de choses intéressantes et dévoile la façon dont il a créé Druide. Encore une fois, c'est bien trop court, et nous retournons à la bulle du livre.

Bulle du livre, l'après-midi. Il y a juste un peu de monde... (Photo : Imaginales)

Cette fois, on ne reconnaît pas l'endroit, c'est NOIR de monde. Ça va être compliqué de voir tous les auteurs avec qui on a envie de tailler une bavette. Soit, on relève le défi !
Priorité pour moi, faire la queue pour Oliver Peru et Patrick Mc Spare, dont je viens de finir le premier tome des Haut-Conteurs (dédicacé par le premier aux Rencontres de Sèvres) et que je vénère depuis. Je suis motivée à fond, je suis la première de la file et j'attends de pied ferme... pendant une heure et demie. Grmph. Peru se fait désirer, et pendant ce temps, je papote avec l'adorable Patrick Mc Spare. Parmi nos propos mémorables, il me raconte qu'il n'a pas de ligne de vie sur ses paumes (véridique, je l'ai vu de mes propres yeux), on plaisante sur nos piles de livres à lire respectives, on parle du très beau film La Comtesse de Julie Delpy (parce que patate que je suis, je n'ai pas eu le temps de dévorer son livre, pourtant dédicacé à Sèvres également), il me raconte le processus d'écriture des Haut-Conteurs, me dédicace mes tomes deux et trois de la série, avec la délicatesse de laisser de la place pour le coup de crayon d'Oliver, et je finis par céder et j'achète le premier tome des Héritiers, pour lequel il m'offre un très beau dessin. Bref, il finit même par appeler l'artiste absent au téléphone, en laissant le message suivant : « Flora t'attend ». Rien n'y fait.

Patrick Mc Spare et Oliver Peru, au boulot !

Je décide de faire un tour, et je repère Joe Abercrombie, seul à son stand. Hop, je me présente, je lui prends La Première Loi, un petit gribouillis, mais l'Anglais n'est malheureusement pas très loquace... 
Soudain, je relève la tête, et je vois des gens qui me font des grands signes : OLIVER PERU EST LÀ, BRANLE-BAS DE COMBAT ! Je cours, je saute, je vole et pof, un coup de fouet (clouté et rouillé) plus tard, l'artiste m'honore de son trait de crayon. J'ai même le droit de prononcer mes souhaits : j'ose demander les visages du Flamboyant et de Mathilde. Tout mignon, Peru n'arrête pas de s'excuser, il chasse une araignée de sa manche (qui passe sur celle de Mc Spare), et quand je leur demande s'ils auraient le temps, un jour, de m'accorder un entretien pour mon modeste blog, ils m'assurent qu'ils en seraient ravis. Danse de la joiiiiie ! Ah, mais qu'ils sont adorables, ces deux-là !

Avec Patrick Mc Spare et Oliver Peru, moment de jubilation ! :-)

Bon, l'air de rien, c'est que le temps file, et notre train est à 18h... Si je veux toutes mes dédicaces, ça va être la guerre. Hop, je me prépare à jouer des coudes et qui je croise en chemin ? La reine de la jeunesse de cette édition, ma chère Cindy Van Wilder, toute rayonnante avec son prix (et le champagne !) qui l'attend le soir-même pour son premier tome des Outrepasseurs. Je regrette vraiment de ne pas pouvoir partager son moment de gloire, et au lieu de trinquer avec une coupe de champagne, on partage un chewing-gum.

Gabriel Katz
Un câlin d'au-revoir plus tard, je saute sur Gabriel Katz — au figuré, bien entendu. Fort sympathique également, son regard fait tilt quand je lui dis que je viens de la part de ma copine Sia, et il en profite pour me glisser quelques conseils à la « future tueuse de l'édition » que je suis.

J'essaie entre temps de zieuter une jolie besace portée par un certain pirate, mais la foule est trop dense... Prochaine étape, je mets le grappin sur Magali Ségura, toute souriante et étonnée de voir ma vieille édition poche de Leïlan. Encore une auteure délicieuse et heureuse d'être présente !

Le joli sourire de Magali Ségura
Le temps file de plus en plus vite, et tout à coup, il est 17h30, l'heure de partir. À regret, je me dirige vers la sortie. Comme par hasard, c'est à ce moment que je vois de loin le joli corset d'Agnès Marot, à qui j'avais promis une petite discussion, mais le temps n'est plus et je dois courir prendre le train... Au même moment, ma copine Sia débarque, mais je suis déjà loin. Cruelle déception ! C'est donc avec tristesse que le train m'emmène loin d'Épinal tandis que le soleil commence à pointer le bout de son nez...

Ainsi, cette journée était bizarre. Très lente le matin, l'après-midi a filé à une vitesse supersonique et nous n'avons pas eu le temps de traîner comme nous le voulions... Oubliées les dédicaces de Christopher Priest, Charlotte Bousquet et Fabrice Colin, ce sera pour une autre fois. Néanmoins, la journée a été riche en émotions et pleine de découvertes et de rencontres passionnantes. Malgré la petitesse de l'événement à laquelle nous ne nous attendions pas, on en a bien profité et on a vu du beau monde ! Seul regret, ne pas avoir pu croiser les blogueurs que je me faisais une joie de rencontrer... Enfin, ce n'est que partie remise ! Aux Utopiales ?


Les Imaginales 2014, 13e édition du festival des mondes imaginaires.
Du 22 au 25 mai 2014, à l'Espace Cours d'Épinal.
Entrée libre et gratuite.
Site de l'événement.

Retrouvez le programme complet du jeudi 22, vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 mai 2014.

Lauréats des Prix Imaginales 2014 :
~ Roman francophone : Jean-Philippe JAWORSKI, Même pas mort - Rois du monde t.01 (Les Moutons électriques)
~ Roman étranger traduit : Nnedi OKORAFOR, Qui a peur de la mort ? (Panini Books), traduction de Laurent Philibert-Caillat.
~ Jeunesse : Cindy VAN WILDER, Les Outrepasseurs - Les Héritiers t.01 (Gulf Stream)
~ Illustration : Noëmie CHEVALIER, pour la couverture d'Arcadia de Fabrice Colin (Bragelonne)
~ Nouvelle : Ellen KUSHNER, Un jeune homme de mauvaise vie (Fiction n° 17, Les Moutons électriques)
~ Prix spécial du Jury : Krystal CAMPRUBI, Les Portes d’or - Oghams t.02 (Editions Porte Lune)
 

19 commentaires:

  1. Ouuuh, un billet déjà en ligne : fort impressionnée suis-je ! Bravo pour la patience en attendant Peru :) C'est vrai que n'y étant jamais allée, je vois cela comme un grand événement (aux proportions physiques, aussi) ; et je pense que je pourrai être surprise comme toi. Ce n'est pas évident de voir et papoter avec tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhé, je dois avouer que ma patience a payé pour Oliver Peru, mes dédicaces sont magnifiques... J'ai donc eu la monnaie de ma pièce ! :)
      Cela dit, il est vrai que je m'attendais à un truc démentiel, et qu'en fait c'est assez riquiqui. Mais du coup, c'est beaucoup plus chaleureux et intimiste, ce qui est franchement génial. On papote avec plein de gens, et l'ambiance est super agréable (même si effectivement, c'est compliqué de voir tous les gens qu'on souhaiterait prendre en otage...) !

      Supprimer
  2. Argh, en plus on a fait le même café littéraire ^^ Bon, ce n’est que partie remise pour l’année prochaine ;) Pour la petite histoire, j’ai demandé à une inconnue si elle était Flora du blog « une page s’ouvre », elle m'a regardé avec de grands yeux ébahis, mention spéciale aux deux éditrices qui ricanaient derrière moi depuis leur stand (c’était peu charitable !). Pour Cindy, j’ai réussi à filmer la remise de son prix, la vidéo est visible sur mon article ;) Sinon, bien d’accord avec l’idée qu’Agnès avait un look terrible ! L’année prochaine, on ne se loupe plus, promis ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh noooooooooooooon, c'est quand même incroyable qu'on ait été si près sans se remarquer... La prochaine fois, mets ta besace sur ta tête, ça devrait marcher, héhéhé. :D
      Ahhhhhh, ton anecdote m'a fait hurler de rire ! Mon pauvre, j'imagine l'énorme moment de solitude qui a dû s'ensuivre... Cela dit c'était courageux de ta part !
      Oh super, je vais aller jeter un coup d'oeil de suite à ton article, bien joué pour la vidéo, tu nous sauves la mise !
      Bon, pas question qu'on se loupe la prochaine fois, on affûtera nos boussoles ! :)

      Supprimer
    2. "Ahhhhhh, ton anecdote m'a fait hurler de rire ! Mon pauvre, j'imagine l'énorme moment de solitude qui a dû s'ensuivre..."

      :D Oui, c'était délicieusement pathétique ^^ L'année prochaine, c'est la bonne ;)

      Supprimer
  3. Désolée de t'avoir manquée, j'espère qu'on se reverra bientôt !
    Contente que tu te sois amusée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiii, j'étais super déçue aussi ! En plus, je n'ai eu ni mon exemplaire de La Couleur de l'aube, ni ma dédicace... Catastrophe ! Cela dit, j'ai vu qu'une dédicace à l'Antre-Monde se profile en juin... Je compte bien me rattraper, même si je vais devoir me débrouiller car je crois que ça tombe pendant les Médiévales de Provins. Bref, la prochaine fois, je te saute dessus dès ton arrivée. (Et je ne te laisse pas le choix.) :)

      Supprimer
    2. Ca me va très bien ^^
      Et oui, ça tombe pendant Provins et les futuriales, j'ai mal calculé mon coup... J'espère que tu pourras passer quand même ! *sort ses plus beaux yeux de Chat Potté*

      Supprimer
  4. Superbe article ! Je n'ai pas l'énergie de me mettre au mien. Nous sommes parties un poil plus tard que prévu (qui s'est transformé en gros poil), puis les GPS nous a lâchées... aux 2/3 de la route ! Bon, heureusement que l'autoroute ça reste assez simple ^^. Finalement, le temps de jeter les affaires à l'hôtel (on est passées devant donc on s'est arrêtées) et d'arriver (puis le temps que je déchiffre le parc-mètre et trouve de la monnaie) il était déjà 17h30 ce qui fait que samedi nous sommes arrivées à point nommées pour un premier petit tour, et la remise des prix.
    C'était mémorable, cette édition des Imaginales, j'espère remettre ça l'an prochain !

    RépondreSupprimer
  5. Bon, donc mon commentaire est parti avant que je le termine (cette journée me semble désespérément longue....!). Donc je voulais conclure en disant que cette fois, on ne se ratera pas !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Sia, quelle déceptiooon ! En effet, tes journées ont dû être épiques, avec toutes ces péripéties ! Tu as eu de la chance de pouvoir rester la nuit, j'en bave d'envie ! Je crois que la prochaine fois, j'essaierai de rester tout le week-end aussi, parce que ça a fait juste pour nous.
      Et y a intérêt qu'on se croise la prochaine fois, non mais, tu ne vas pas y échapper. ^^

      Supprimer
    2. On a trouvé un hôtel vraiment pas cher (offre spéciale WE), on s'en est sorties pour moins de 30 euros pour 2... on n'a pas hésité longtemps.
      Léger instant de panique quand le GPS s'est éteint en revanche, on ne voyait même pas de panneau Epinal (et je venais pour la 1ère fois dans la région donc pas la peine de compter sur mon sens de l'orientation !), mais on a réussi à s'en sortir. Au final, il n'y a que dans Epinal qu'on s'est fourvoyées (mais on a fait 1/2 tour de suite).
      La prochaine fois je tâcherai d'arriver plus tôt (pour faire plus de trucs) et on se fixera un vrai RDV, ah mais !

      Supprimer
  6. Mais le chewing-gum était délicieux, très chère ;) Ravie de t'avoir revue !!! et j'adore le titre tueuse de l'édition... Je sens que je vais le replacer hé hé ;-)
    Contente que tu aies apprécié le festival (du coup, tu m'inspires, je suis en train de m'atteler à mon compte rendu... Oui, ca va (encore) être une tartine, pourquoi ? )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahh, ça m'a fait tellement plaisir de te revoir aussi, tu es vraiment adorable ma Cindy ! Ce fut trop court hélas, et tu ne m'as pas vue sous mon meilleur jour... Avec cette chaleur, j'étais près de la liquéfaction. Enfin !
      Toi, écrire une tartine ? Ça m'étonnerait... ;)

      Supprimer
    2. Ta ta ta tu étais ravissante ;)
      Hum, je décèle une légère pointe d"ironie dans ta dernière phrase :D

      Supprimer
  7. Ça m'avait l'air fort sympathique tout ça ! Je ne désespère pas d'y assister un jour, à ces Imaginales, même si les Vosges, depuis la Bretagne, c'est un peu le bout du monde !^^

    Rendez-vous aux Utopiales, alors ? J'y serai, comme les quatre années précédentes... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, c'était vraiment chouette, c'est un pèlerinage à faire ! ^^ Après, c'est sûr que de la Bretagne, ça fait une trotte... Déjà que Paris-Epinal, ça représente presque six heures de train aller-retour, je n'ose pas imaginer le trajet !

      Et ouiii, volontiers pour les Utopiales, ce sera avec grand plaisir car je compte bien y aller pour la première fois cette année ! :D

      Supprimer
  8. Eh bien ! Apparemment, c'était THE place to be pour une fidèle lectrice et amoureuse des mondes imaginaires telle que vous !

    J'espere que vous étiez bien chaussée car le programme de cette grande journée, même si follement trépidante, m'a parue plus que chargée et remplie pour vous ...

    Dommage que vous n'avez pu ramener le dragon à ailes de papillon ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut dire mieux, c'était en effet un rendez-vous de taille à ne pas rater et mon seul regret est de ne pas avoir pu en profiter tout le week-end comme il se doit ! Mais je ne désespère pas pour l'année prochaine... :)
      Je suis sûre que ça vous plairait énormément également, le cadre de la Moselle, les auteurs de tous les horizons, les artistes, les gens costumés, l'ambiance... C'est à découvrir !

      Heureusement, j'étais chaussée de souliers bien confortables, sinon, la journée aurait été rocambolesque !
      Et oui, c'est une grande déception pour le dragon... D'autant plus qu'il m'aurait permis de rentrer à Paris bien plus vite que par la SNCF, hahaha !

      Supprimer