mercredi 12 mars 2014

Potter is not dead. Ϟ

Amis moldus, je vous salue,

(Eh oui, car si nous étions les chosen ones, nous ne serions pas là à bavarder mais bien à Hogwarts, en train de vivre une vie exaltante et merveilleuse. En attendant de recevoir la fameuse lettre avec un peu — beaucoup — de retard, nous avons toujours les livres pour nous réconforter et espérer...)

Il y a peu, le blog se dénudait de son ancien manteau pour se parer d'une nouvelle cape, celle de la célèbre sorcière Hermione Granger. Et à vrai dire, en tombant sur l'illustration qui orne désormais la bannière, j'ai pris une nouvelle fois conscience de l'importance que la série Harry Potter a revêtue dans ma vie de lectrice. Des années après avoir refermé l'ultime tome, l'univers de J. K. Rowling est encore incroyablement vivace dans mon esprit, et le fait de choisir Hermione comme emblème de mon blog est loin d'être innocent ; à mes yeux, Hermione est la lectrice ultime, un modèle et l'un des personnages de ma vie. Puis, en parcourant le net ces derniers temps, cette présence de la série dans l'actualité m'a sauté aux yeux. Qui a dit que la fin est proche pour notre précieuse saga ? Non. Harry Potter is not dead.

Parce que Harry se relève toujours, yeah !
Car on nous a fait croire que le phénomène Harry Potter s'essoufflait. Qu'il était voué à s'amenuiser, avant de n'être qu'un souvenir poussiéreux de la littérature jeunesse. C'est par exemple ce qu'indiquait prudemment Actualitté en relayant l'enquête de la British Library qui recensait les 10 livres jeunesse les plus empruntés dans tout le Royaume-Uni et dont Harry Potter était le grand absent, à la surprise générale et pour la première fois depuis plus de dix ans. La fin d'une ère avait-elle sonné ?
Nous pouvons désormais nous gausser gentiment car le mois suivant, le même site partageait l'étude de la société Renaissance Learning, qui avait pour l'occasion interrogé 400 000 enfants britanniques au sujet de leur livre préféré. Je vous laisse deviner ? HP, bien sûr. Alors, oui, Rowling encore et toujours ! Et je n'ai pu m'empêcher de ressentir une petite pointe de triomphe personnel en lisant le second article : l'univers créé par J. K. a encore de beaux jours devant lui.

Car la magie Harry Potter ne s'est jamais éteinte, et continue d'illuminer la vie de millions de personnes dans le monde entier. L'actualité l'a encore une fois démontré, et sept ans après la publication du dernier volume, les passions continuent de se déchaîner lorsqu'il est question du sorcier à lunettes.
Un exemple ? Le séisme qu'a provoqué le « Hermione Gate », à la suite des propos de Rowling herself lors d'un entretien mené par Emma Watson pour Wonderland, à propos de la relation entre Hermione et Ron que l'auteure jugeait peu crédible avec le recul. Eh oui, finalement, Hermione serait mieux assortie avec Harry... Personnellement, je l'ai toujours su, mais passons, à chacun sa petite opinion ! La réaction des fans a en tout cas été immédiate et impressionnante, ceux qui étaient pro-Harry/Hermione clamant leur victoire et les pro-Hermione/Ron leur indignation à coups de phrases bien senties sur les réseaux sociaux. L'intérêt des fans, essoufflé ? Mmh ? Si depuis, les propos de l'auteure ont été replacés dans leur contexte et les fans légèrement apaisés, la nouvelle a fait l'effet d'une bombe et a souligné l'impact encore incroyablement tenace de la série sur les esprits. On osait toucher au sacro-saint livre ?!


Encore plus récemment, un autre « Potter Gate » a violemment secoué la communauté des lecteurs : la tribune au vitriol d'une certaine Lynn Shepherd, auteure ratée déplorant l'omnipotence de J. K. Rowling sur le marché du livre. Selon la dame, J. K. empêcherait d'autres auteurs de connaître la lumière du succès. Ainsi, en plus d'avoir le culot d'affirmer dans sa tribune n'avoir jamais lu le moindre tome de la série, Shepherd déclarait avec amertume que « Si J. K. Rowling aime l'écriture, elle devrait arrêter d'écrire ». En d'autres termes : désolée, J. K., tu as eu trop de succès, maintenant, fais de la place aux autres.
Qu'importe qu'elle ait donné le goût de la lecture à des millions d'enfants et redoré la littérature jeunesse, non seulement aux yeux des enfants mais aussi des adultes. En effet, Shepherd déplorait également l'intérêt des adultes pour Harry Potter, alors qu'il y avait selon elle de nombreux autres livres certainement plus stimulants pour les plus âgés... C'est connu, la littérature jeunesse et adolescente n'est lue que par les enfants. Nous n'avons jamais vu d'adultes lisant Harry Potter, Twilight ou Hunger Games, non jamais, madame ! C'est pour ça que le Young Adult s'est autant développé, bien sûr. Shepherd déclarait ainsi avec autorité que Rowling peut tout à fait continuer à écrire pour les enfants, « mais en ce qui concerne la littérature adulte, tu as eu ta chance ». Mais au fait, qui es-tu donc, petite dame, pour déclarer que J. K. doit se retirer ?
Critiquer un auteur parce qu'il vend trop de livres est franchement indécent, à l'heure où le monde du livre est d'une inquiétante instabilité. Selon Shepherd, Rowling aurait « asphyxié»  le marché du livre et empêcherait les autres auteurs d'y trouver leur place. Seulement, il ne faut pas oublier que ce sont les ventes de Mrs Harry Potter qui ont fait et font tourner le marché de l'édition en lui donnant un nouveau souffle. Que c'est grâce à des titres comme les siens que des éditeurs peuvent prendre le risque de publier d'autres livres moins grand public. Shepherd s'attaque surtout à la facette Robert Galbraith, arguant avec aigreur : « Souviens-toi du moment où l'Appel du Coucou s'était vendu à quelques exemplaires, et pense à ceux d'entre nous qui sont coincés dans cette situation, parce que nous ne pouvons pas avoir une baguette magique, et faire de nos ouvrages des best-sellers en une nuit, simplement en prononçant le mot magique. » La dame aurait-elle oublié que J. K. ne souhaitait pas que le secret soit éventé ?  En outre, il y a un moment où il faut se remettre en question. Visiblement, cette dame n'a jamais douté de son talent et accuse Rowling de lui voler tous ses lecteurs potentiels. Au lieu d'attaquer ses pairs, Shepherd ferait donc mieux de se demander si ses propres livres méritent d'êtres publiés, vendus et lus, et de revoir sa stratégie de communication au plus vite. Car avec sa plume digne de l'infâme Rita Skeeter, elle s'est simplement attiré les foudres de toute la communauté potterienne. Et ça fait un très gros nombre de lecteurs... Pour preuve, plus de 700 commentaires ont été publiés sur l'article en question ! Et c'est sans compter sur le soutien d'autres auteurs et professionnels du livre à Rowling, notamment celui de la romancière Anne Rice, qui a plaidé en sa faveur.
Perdu, donc, Ms Shepherd.
La solidarité des lecteurs et des professionnels autour de Rowling dans cette affaire souligne encore une fois l'importance de Harry Potter dans les cœurs et les esprits. Indéniablement, Rowling a laissé une empreinte indélébile, qu'aucun autre ne pourra effacer.

De façon plus anecdotique, je suis tombée la semaine dernière sur l'article 19 Problems Only Book Nerds Will Understand de BuzzFeed, qui reprenait des phrases du Tumblr Problems of a Book Nerd (l'ayant découvert grâce à cet article, je vous le conseille d'ailleurs vivement, d'autant plus que j'y ai vu de nombreuses ressemblances avec les Caprices de lectrice !) en les illustrants de gifs.
Ce qui m'a frappé dans cet article, c'est de voir que sur les 19 problèmes, 18 étaient illustrés par Harry Potter, et si vous avez dévoré la série, vous vous y retrouverez certainement ! L'équipe du site aurait pu choisir d'autres œuvres jeunesse majeures, comme Twilight ou Hunger Games. Pourtant, c'est Harry Potter qui cristallise tous les enjeux de lecture et qui est considéré comme l'expérience ultime de lecture.

Et l'aventure n'est pas terminée, chers amis, de nouveaux rebondissements et découvertes nous attendent ! Car tous les chemins mènent à Harry Potter, oui.
Il y a un moment déjà, Rowling a donné quelques tours à son retourneur de temps grâce à Pottermore, plateforme en ligne qui nous permet de revivre l'expérience des livres de manière inédite et augmentée. Une façon ingénieuse et originale de retrouver l'univers et ses personnages.


Mais l'expérience qui est susceptible d'enflammer le cœur des potteriens est sans conteste la visite des studios Warner Bros Harry Potter au Royaume-Uni, où l'on peut déambuler le long du Chemin de Traverse, s'asseoir sur les bancs de la Grande Salle, fouiner dans le bureau de Dumbledore, la classe de potions, le Terrier, marcher dans Privet Drive ou encore monter sur un balai ou bien déguster une bièraubeurre ! Vos yeux brillent, n'est-ce pas ? Les miens pleurent d'envie...
Bien sûr, c'est sans compter sur la visite du parc The Wizarding World of Harry Potter à Orlando, en Floride, qui là, fait littéralement baver d'excitation. Marcher dans Pré-au-Lard, flâner le long du Chemin de Traverse, entrer chez Gringott's, prendre une petite photographie devant la réplique du château... Bref, l'imaginer est une délicieuse torture. Si les deux expériences sont situées à l'étranger, particulièrement coûteuses et peut-être inaccessibles à certains, elles promettent d'être exceptionnelles et les fans en sortent généralement transis. Je nourris l'espoir d'y mettre mes petits pieds moldus, un jour...

De plus, avec deux nouveaux projets autour de l'univers de la série en préparation, le Monde Magique n'a pas dit son dernier mot !
D'un côté, il y a bien sûr l'adaptation cinématographique des Animaux Fantastiques, à la fois très attendue et un peu redoutée. Comment rester dans l'atmosphère tant chérie tout en employant un matériau différent ? Mmh, mission périlleuse mais non pas impossible. Nous verrons cela en salles, dans ce qui nous paraîtra une éternité...
De l'autre, il y a le projet de la pièce de théâtre, centrée sur l'enfance d'Harry, produite par J. K. Rowling. La pièce est encore entourée d'ombres et de mystères, mais elle promet de créer de nouvelles vagues chez les fans.

Enfin, certains pourraient se demander s'il faut alimenter le phénomène à tout prix à travers de nouveaux projets sur différents médias... Généralement, on voit le système de franchise d'un œil mauvais et il est vrai que cela se solde parfois sur un échec cuisant. Cela dit, l'univers de Harry Potter contient tant de magie qu'il continue de nous enchanter, qu'importe la forme qu'il prend. Car Rowling surveille son rejeton de près, et l'on fait confiance à la grande dame.

Toute cette effervescence constitue ainsi autant de preuves soulignant que le phénomène HP est loin d'être mort. Bien au contraire.


9 commentaires:

  1. "Critiquer un auteur parce qu'il vend trop de livres est franchement indécent, à l'heure où le monde du livre est d'une inquiétante instabilité ».

    Tu as tout dit… Je pense que le vrai problème, c’est qu’on aurait besoin d’une dizaine de J.K. Rowling pour sauver le monde de l’édition ! Plus y aura de best-sellers, et mieux ce sera pour les auteurs, les éditeurs… et bien sûr les lecteurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien dit, nous sommes sur la même longueur d'ondes !
      C'est tout de même curieux cette diabolisation du best-seller... En fait, les gens tendent à oublier que les best-sellers se vendent parce qu'ils sont achetés par des gens qui ont envie de les lire. Et où est le mal ? :)

      Supprimer
  2. J’aime cette série d’amour et Rowling est ma déesse personnelle...Je trouve son histoire super inspirante, puis ce qui est remarquable c’est qu’elle n’a jamais pris la grosse tête !

    Comme pour toi, Hermione est l’un des personnages de ma vie. Par contre, je suis scandalisée par tes propos (XD), Harry et Hermione n’auraient jamais fait un bon couple ! Pour moi, ça a toujours été Hermione et Ron, depuis le premier tome. Harry moi je voulais qu’il finisse avec Luna, je n’aime pas trop Ginny.

    J’ai lu l’article de Shepherd (que je connaissais pour avoir deux de ses livres dans ma wish-list) et j’ai bien ricané. Non seulement il n’y a pas d’âge pour lire des livres jeunesse, mais de plus pour moi HP n’est pas une série jeunesse, quand on voit la « sombritude » et la complexité des trois derniers tomes !

    J’ai relu la série en entier l’année dernière, pour la énième fois, et c’est toujours un véritable bonheur ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Caro, dans mes bras, je suis bien d'accord avec toi ! Cette femme a une histoire personnelle incroyable et pourtant, elle reste si humble... Pas comme d'autres qui vendent deux exemplaires et prennent la grosse tête.

      Hahaha, je suis désolée de t'outrager ainsi par mon hérésie ! :) Mais moi, Romione, ça n'a jamais fonctionné, je n'ai pas ressenti la magie. En même temps, j'ai toujours trouvé ça cool que le personnage principal féminin ne finisse pas avec le héros. Donc bon, je m'incline bien bas devant le choix de la grande dame. Ce n'est pas une mauvaise idée pour Luna et Harry, je n'y avais jamais pensé (je n'apprécie pas trop Ginny non plus)... Cela dit, j'ai l'impression que Harry a besoin d'être un peu "cadré", et avec Luna, ce serait un peu le bazar. :D Mais ça pourrait être cocasse ! Et elle ne serait pas prise de tête, au moins.

      Oh, tiens, as-tu lu l'un des bouquins de Shepherd depuis ? Je n'avais jamais entendu son nom, de mon côté, et je suis un peu curieuse, du coup. En tout cas, je suis à 100 % d'accord avec toi sur le lectorat de HP. Les premiers tomes sont abordables pour les enfants, certes, mais les derniers sont vraiment sombres et violents.

      Enfin, je compte moi aussi relire la série dans sa totalité cette année, mais en version originale cette fois-ci ! J'ai déjà acheté le premier tome, et je trépigne d'avance !

      Supprimer
  3. Non pas lu les bouquins de Shepherd, mais elle a une austenerie autour de Mansfield Park que j'avais noté et aussi un roman qui tourne autour de Dickens, The Solitary House.

    RépondreSupprimer
  4. Ah cela m'étonnait que le phénomène s'était essouflé au point de ne plus paraitre parmi les 10 titres jeunes les plus empruntés. Je me demande quand même très sérieusement pourquoi Rowling a tenu de tels propos concernant Hermione et Harry... si ce n'est qu'une envie marketing :/ Par contre, je n'avais pas suivi l'affaire Sheperd et ça me fait bien sourire :) Tu sais quoi ? j'ai voulu m'inscrire sur Pottermore : j'ai eu un souci avec mon code, apparemment il y a eu un bug entre deux comptes. J'ai laissé tomber. Si les studios me paraissent accessible, la visite du parc à Orlando, beaucoup moins.
    Très chouette article, en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses que les propos de J. K. à propos d'Harry et Hermione ne sont que du marketing ? Je ne sais pas... C'est le problème d'être si connue, en même temps, car dès qu'elle dit quelque chose sur son oeuvre, ça prend des proportions incroyables alors qu'elle ne fait que partager ce qu'elle ressent. Et puis vu le tapage que ça a causé, je ne suis pas sûre que la stratégie marketing ait été judicieuse... :)
      Ah merde pour Pottermore, c'est vraiment dommage ! Cela fait des années que je me dis que je dois m'inscrire mais je ne trouve jamais le temps de le faire... Un jour !
      Merci à toi pour ton commentaire et on se croisera peut-être aux studios, alors ! :D

      Supprimer
  5. Ahlala, cet article est un régal! Tout ce qui parle d'Harry Potter est merveilleux, j'adore en apprendre toujours plus, savoir ce que d'autres en pensent, et rencontrer (même virtuellement) d'autres Potterheads... Donc merci <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille mercis Pitiponks, un commentaire aussi mignon me va forcément droit au coeur ! J'adore rencontrer d'autres Potterheads également, et partager cette passion que nous avons encore des années après ! :-) Au plaisir de te relire par ici !

      Supprimer