mercredi 26 février 2014

Laissez les bons temps rouler : une page de Louisiane

Hi guys,

Hop, me voilà revenue du pays de l'oncle Sam ! Cette semaine de hiatus vous a peut-être semblé interminable (avouez donc !)... Pour ma part, elle a filé comme une flèche et c'est en transe que j'ai parcouru la terre divine. The United States of America. C'était la première fois que je posais mes petits pieds de néophyte sur le sol américain et c'est un rêve qui s'est réalisé, celui de parcourir le Nouveau Monde, de voir sa démesure, ses paysages à couper le souffle, ses habitants uniques et cette atmosphère si particulière, qui m'environne depuis toujours grâce aux romans, films et séries qui me passionnent. C'est donc heureuse et des étoiles plein les yeux que je rentre au bercail, les souvenirs encore frais se bousculant dans ma mémoire.

L'occasion est trop belle pour ne pas vous en donner un petit aperçu, vous en conviendrez, je vous propose donc un petit tour dans le Sud des États-Unis, direction la Louisiane, cet état jadis français, peuplé par les Acadiens et où le mélange des cultures françaises, espagnoles, créoles, africaines et britanniques imprègne chaque parcelle de cet État si bigarré. Un lieu unique en Amérique, car justement, très peu américain...


Journal de route

Autant le savoir, si vous souhaitez vous rendre à la Nouvelle-Orléans, il n'existe pas de vol direct depuis Paris. Problématique ? Oh que non !
C'est donc à Houston, Texas, que notre périple a commencé. Le temps de sauter dans la voiture de location (une Chevrolet Impala, pour les curieux), direction la Louisiane, et le panneau Bienvenue en Louisiane nous accueille bientôt sur la highway. On le sent déjà : ici, ce n'est pas vraiment l'Amérique, c'est un melting pot. Première étape : Lafayette (eh oui, un gars de chez nous !). Premier constat : les Stars & Stripes et les burgers sont omniprésents. Les drapeaux américains flottent au vent et les fast-food abondent. On a déjà un petit goût d'Amérique dans la bouche.

Les premiers jours sont consacrés à la visite de Lafayette, notamment de son église et de l'arbre tricentenaire qui la jouxte. On prend ensuite le large pour visiter Vermilionville, une ville historique reconstruite qui nous plonge au temps des Cajuns et de leurs petits baraquements. Le midi arrive, et bien sûr, la faim avec ! Direction Breaux-Bridge et son célèbre Café des Amis, qui sert une nourriture locale délicieuse (un peu épicée, of course), situé sur l'avenue principale, très mignonne avec ses boutiques d'antiquaires. S'ensuit une balade le long de Lake Martin, où l'on serpente sur des pontons de bois à travers les bayous verdâtres, emplis de cyprès rouges impressionnants.

Lake Martin
L'aventure n'attend pas, et nous attaquons le lendemain le bayou, le vrai. Nous voilà chez McGee's, un local qui fait visiter le bassin d'Atchafalaya. Février oblige, le temps est trop frais pour que les alligators pointent le bout de leur nez, et les arbres nus offrent une atmosphère spectrale. Le bayou ne semble jamais aussi funeste et fait littéralement froid dans le dos. Les vieilles légendes ne sont pas loin...

L'après-midi, nous débarquons à New Iberia, une ville au charme simple mais imprenable, et qui ne sera pas inconnue des férus de polar. En effet, c'est la ville fétiche de l'écrivain James Lee Burke. On ne pouvait donc passer à côté de la célèbre cafétéria Victoria, où Dave Robicheaux, son héros, vient déjeuner. Et on le comprend, car la cuisine, sans prétention, est à tomber (je me souviendrai longtemps de ce poulet merveilleusement pané). Bien entendu, le tour à la librairie qui se situe à deux pas était aussi inévitable. Le petit plus ? Le chat qui se prête volontiers aux caresses ! S'ensuit une longue balade dans les rues de la ville, bordées de maisons aussi énormes que magnifiques, sous un délicieux soleil. Nous en profitons pour visiter la plantation Shadows on the Teche, sobre mais non moins belle. Son jardin abrite de très beaux arbres et donne directement sur le bayou. Un paysage de rêve !

New Orleans
Ensuite, nous nous dirigeons enfin à la Nouvelle-Orléans pour quelques jours, où nous logeons dans le French Quarter, aussi appelé le Vieux Carré. Le fameux Mardi Gras se déroule dans deux semaines, et à défaut de pouvoir y assister, nous avons la chance d'observer les décorations qui ornent déjà la ville, qui s'échauffe avec des mini-parades jusqu'à trois semaines avant le coup d'envoi. On ne peut échapper aux incontournables : Royal Street, la rue principale, très jolie avec ses nombreuses boutiques, et bien sûr, Bourbon Street, la délurée. Sa réputation la précède et les gens y sont ivres dès huit heures du soir... D'où le parfum d'excréments qui plane sur la ville. Eh oui, la carte postale a bien un revers ! Malgré les effluves nauséabondes de la ville, nous parcourons ses rues aux maisons colorées, bordées de balcons de fer forgé et décorées avec beaucoup de soin pour le carnaval. En passant par Jackson Square, nous allons manger des beignets au Café du Monde, très réputés, et ils le méritent hautement ! La brume s'étale sur le Mississippi, mais bientôt, le soleil chasse les nuages. Le soir, petite balade dans le quartier de Garden District, où les maisons, magistrales, dépassent tous les rêves.

Un air de jazz à Jackson Square
À voir également, le cimetière de Saint-Louis (1), où l'on trouve la tombe de Marie Laveau, grande prêtresse vaudou. Ou plutôt ses tombes, car les habitants se querellent sur son lieu de repos. Deux tombes sont ainsi vénérées par les habitants, qui déposent alcool et babioles au sol et marquent son sépulcre de trois croix lorsque leur souhait est exaucé... C'est aussi dans ce cimetière qu'est tournée la fameuse scène sous acide d'Easy Rider.

Enfin, on ne peut découvrir la Louisiane sans visiter ses plantations. C'est peut-être ce que j'ai préféré de tout cet incroyable voyage, et ces souvenirs resteront longtemps gravés en moi. Nous avons commencé par Laura Plantation, une demeure nommée en hommage à l'une de ses gouvernantes, qui a laissé son journal et un témoignage unique de la vie du lieu et de ses habitants. Notre tout jeune guide était simplement exceptionnel et un sacré bon comédien, mignon comme tout et drôle de surcroît — demandez Ethan si vous avez l'occasion !
Mais la plus connue est sans doute Oak Alley, LA plantation par excellence, rendue célèbre par le film Entretien avec un vampire. Son nom vient des deux rangées de chênes tricentenaires qui la bordent et offrent une vue mémorable. La visite, effectuée par une guide certes en costume d'époque mais nettement moins enthousiaste qu'à Laura Plantation, ne vaut hélas pas forcément le détour. Cependant, la plantation est incontournable et l'on peut la parcourir librement. La photographie parle d'elle-même...

Oak Alley
Pour finir, nous avons profité de notre rapprochement vers Houston pour faire une petite escale à Galveston, et fouler la plage du Golfe du Mexique. Un moment magnifique pour sceller cet incroyable voyage.

Golfe du Mexique
__________________________________________________

Journal de lecture

Très sage, je n'ai emporté qu'un livre dans ma valise : Âmes perdues de Poppy Z. Brite, qui figurait depuis un moment sur ma wish-list. Comme je m'en doutais, je l'ai peu avancé et le savoure encore pour prolonger un peu le voyage ici...
Les livres se déroulant à la Nouvelle-Orléans et en Louisiane sont nombreux, et si votre intérêt est piqué, voici quelques idées de lecture qui vous mettront dans l'ambiance, ainsi que des adaptations cinématographiques, films et séries qui pourraient vous mettre l'eau à la bouche :

Entretien avec un vampire
Anne Rice
Genre : fantastique
Dans une pièce sombre se déroule lentement l'histoire d'un être que le temps délaisse et que le soleil blesse... De nos jours, à la Nouvelle-Orléans, un jeune homme a été convoqué dans l'obscurité d'une chambre d'hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire.


Je vous conseille également de voir le film, Interview with a Vampire, réalisé par Neil Jordan. Très esthétique, le scénario, rédigé par Mrs Rice en personne, est extrêmement fidèle au livre. La brochette d'acteurs peut être un moteur supplémentaire : Brad Pitt, Tom Cruise et Kirsten Dunst.

La saga des sorcières
Anne Rice
Genre : fantastique
Sous le porche d'une vieille demeure à l'abandon de La Nouvelle-Orléans, une femme frêle et muette se balance dans un rocking-chair : Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu'on lui a retiré, à la naissance, sa fille Rowan pour l'envoyer vivre à San Francisco. Et derrière la grille du jardin, un homme. Aaron Lighter, observe inlassablement Deirdre, comme d'autres avant lui, pendant des siècles, ont secrètement surveillé la famille Mayfair. Car ils savent que, de génération en génération, les femmes du clan se transmettent leurs maléfiques pouvoirs et que la terrifiante et fabuleuse histoire de cette lignée de sorcières ne fait que commencer...

Âmes perdues
Poppy Z. Brite
Genre : fantastique
À quinze ans, Nothing, adolescent rebelle et mal dans sa peau, s'enfuit de chez ses parents. Sa route croise celle des Lost Souls, créatures étranges, vêtues de noir, qui boivent une liqueur au goût de sang. Insatiables, sensuels, sauvages, ce sont des prédateurs sans loi qui n'obéissent qu'à leurs instincts. Avec Molochai, Twig et Zillah, Nothing part en quête d'amour, de sexe et de violence au son de longs riffs lancinants dans les boîtes punk de La Nouvelle-Orléans, et découvre la vérité sur ses origines...

Dans la brume électrique
James Lee Burke
Genre : policier
Une équipe de cinéma s'est installée à New Iberia pour y tourner un film épique sur la Guerre de Sécession, avec la star hollywoodienne Elrod Syes. Arrêté par Dave Robicheaux pour conduite en état d'ivresse, l'acteur affirme qu'il a vu, pendant le tournage d'une scène dans un marais, le corps momifié d'un Noir enchaîné. Dave est tenté de croire à ce récit invraisemblable car, trente-cinq ans plus tôt, il a été le témoin impuissant de l'assassinat d'un homme de couleur par deux Blancs. Le corps n'avait jamais été retrouvé. Le shérif se moque bien d'un crime vieux de trente-cinq ans. Mais lorsque Dave est face au squelette de la victime, il comprend que le souvenir de ce meurtre n'a cessé de le hanter... En fait, il comprend que la Guerre de Sécession ne s'est jamais arrêtée et que la bataille de New Iberia continue. Avec une rare violence.

Le film a été porté à l'écran par Bertrand Tavernier avec Tommy Lee Jones.

Jane Yellowrock
Faith Hunter
Genre : bit-lit, urban fantasy
L’année dernière, Jane a frôlé la mort en anéantissant une famille de vampires qui semait la terreur parmi la population locale. Après des mois de convalescence, la voilà de retour, prête à se battre à nouveau. Sauf que cette fois-ci, elle a été engagée par ceux qu’elle a l’habitude de tuer : des vampires. Jane Yellowrock est la dernière de son espèce : une porteuse de peau de la tribu des Cherokee qui peut prendre l’apparence de n’importe quelle créature et qui chasse les morts-vivants pour gagner sa vie. Néanmoins, cette fois elle est engagée par l’une des vampires les plus puissantes de toute la Nouvelle-Orléans pour chasser un vampire renégat. Entre une maison close, pleine de véritables « filles de la nuit », et un motard cajun sexy, qui porte une panthère tatouée sur l’épaule et qui réveille son désir, Jane doit rester concentrée pour remplir sa mission… ou la prochaine peau qu’elle devra sauver pourrait bien être la sienne.

Et Katrina arriva...

Cette terrible catastrophe imprègne désormais la culture de la Nouvelle-Orléans et a déjà fait l'objet de plusieurs livres. En voici quelques-uns :

La nuit la plus longue
James Lee Burke
Genre : policier
A l’été 2005, un terrifiant ouragan dévaste le sud de la Louisiane. Son impact sur La Nouvelle-Orléans évoque la bombe atomique qui a anéanti Hiroshima. Envoyé en renfort dans la métropole sinistrée, Dave Robicheaux, adjoint au shérif de New Iberia, découvre un univers de cauchemar : les pillards y font la loi, la désorganisation a permis l’explosion de toutes les formes de violence, la société moderne civilisée et policée a régressé au stade d’une jungle primitive où rôdent les prédateurs. Chacun se cache et survit comme il le peut. Dans ce tableau apocalyptique, où des corps dérivent à l’abandon pendant que d’autres attendent, empalés sur des branches, une hypothétique sépulture, Robicheaux est chargé d’élucider deux meurtres commis dans un quartier riche, habituellement protégé. Les deux victimes s’étaient imprudemment attaqués à la demeure d’un puissant mafieux, qui poursuit désormais de sa vindicte leur complice. Obligé de le retrouver le premier, Robicheaux se lance sur la piste de violeurs en série, d’un prêtre morphinomane ou d’un vigile probablement plus dangereux encore que les criminels qui écument la cité en ruines.

Bois Sauvage
Jesmyn Ward
Genre : littérature générale
Bois Sauvage, Mississippi, en 2005. Depuis que sa mère est morte en couches, Esch, quatorze ans, s'occupe des hommes de sa famille : son père Claude, ses deux aînés, Randall et Skeetah, et Junior, le petit dernier. Esch a du mal à trouver sa place : elle couche avec les copains de ses frères pour leur faire plaisir mais c'est de Manny qu'elle est amoureuse. Et dont elle est enceinte. À qui le dire ? Skeetah n'a d'yeux que pour China, son pitbull adoré qui vient d'avoir une portée de chiots ; Randall s'entraîne pour le match de basket qui pourrait lui valoir une bourse sportive et Junior traîne dans ses pattes, en quête d'un peu d'attention. Quant à leur père, il tombe régulièrement dans la bière pour oublier qu'il est seul. Alors Esch se réfugie dans son livre favori, sur la mythologie grecque, et fait des rêves où sa mère prend les traits de Médée. Et les journaux annoncent l'arrivée imminente d'une tempête.


Ouragan
Laurent Gaudé
Genre : littérature générale
Au cœur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte des sacrifiés, le chant des rescapés.



& aussi, ciné/tv

Dracula 2001
Patrick Lussier
En l'an 2000, l'abbaye de Carfax a laissé place à un important immeuble à bureaux, propriété de Matthew Van Helsing, l'un des descendants d'Abraham. En dépit d'une mystérieuse maladie, il veille à la protection du précieux bien qui sommeille sous les fondations. Les problèmes surviennent lorsqu'un groupe de voleurs experts en haute technologie parvient à s'introduire dans la chambre forte et tente d'ouvrir une crypte extrêmement bien protégée, celle de Dracula. Et le comte s'éveille à nouveau.

Ce film de série B, assez mauvais, à petit budget et mettant en avant une très piètre actrice comme protagoniste, vaut cependant le détour pour le parti pris sur l'histoire de Dracula, très originale et les décors de la Nouvelle-Orléans. N'y cherchez pas davantage, vous risqueriez d'être déçu !

Treme
David Simon
Des musiciens, membres du même groupe, tentent de reconstruire leurs vies dans la Nouvelle-Orléans post Ouragan Katrina. Le doué tromboniste de jazz, Antoine Batiste, est coincé dans une vie avec sa partenaire et leur bébé, alors qu'il court secrètement après son ancienne épouse, Ladonna. Celle-ci est cependant occupée à essayer de maintenir son bar à flot. De son côté, Albert Lambreaux, un grand chef de la White Feather Nation, essaie de ramener les membres de la tribu à la maison.

Pour les férus de jazz et les bonnes bandes-son !

The Originals
Julie Plec
Le vampire originel Klaus fait son retour au Vieux Carré, un quartier français de la Nouvelle-Orléans. Dans cette ville qu’il a aidé à construire quelques siècles plus tôt, il y retrouve son ancien protégé, le diabolique et charismatique Marcel. Dans l’espoir d’aider son jeune frère à trouver la rédemption, Elijah est contraint de s’allier avec des ennemis de Marcel...

Pour ceux qui ont les crocs et les aficionados de TVD... I know, I'm one, je n'ai pas honte de le dire. Mon prochain met télévisé, donc ! D'autant que les critiques sont très élogieuses.

True Blood
Alan Ball
Ayant trouvé un substitut pour se nourrir sans tuer (du sang synthétique), les vampires vivent désormais parmi les humains. Sookie, une serveuse capable de lire dans les esprits, tombe sous le charme de Bill, un mystérieux vampire. Une rencontre qui bouleverse la vie de la jeune femme...

Tirée des romans de Charlaine Harris, La Communauté du Sud, la série True Blood suit au départ le fil directeur des livres mais s'écarte vite de ces derniers pour trouver sa propre identité. Le générique donne bien le ton, avec cette musique addictive et ses images du sud à la fois fascinantes et dérangeantes. Hélas, au bout de six saisons, la série s'essouffle à mon goût... Pour donner un avant-goût du sud, ses différentes villes (Shreveport, Jackson), sa chaleur et son atmosphère !


Enfin, François Busnel a rencontré deux auteurs de Louisiane lors de ses Carnets de route.

Vous pouvez visionner son entretien avec Eddy Harris, centré sur la Nouvelle-Orléans (et voir de belles images de la ville), ainsi que celui avec la grande Anne Rice ! Busnel a également interviewé James Lee Burke, mais la vidéo n'est pas en ligne, il vous faudra commander le coffret pour la voir.

__________________________________________________

Et voilà ! J'espère que la balade vous aura plu ! Et peut-être donné envie ? Si vous voulez encore plus d'informations et d'idées de vadrouille, vous pouvez aller faire un tour sur Café Powell, avec la To-do list spéciale Louisiane, et le mode d'emploi de la Nouvelle-Orléans signés Emily, très complets.


Enfin, je vous retrouve ce week-end pour la petite surprise prévue pour Une page s'ouvre... Mais d'ici-là, motus et bouche cousue !

18 commentaires:

  1. Cool ça !

    Bonnes vacances, profites-en bien ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Profites bien !! (j'aimerais beaucoup être en vacances comme toi^^)
    Et vivement ton retour pour la surprise promise :)

    RépondreSupprimer
  3. Have fun ! Je t'envie tellement :) Je suis toujours très nostalgique de cette ville !

    RépondreSupprimer
  4. Que de mystères ! Tu as beaucoup de chance, amuse toi bien :D

    RépondreSupprimer
  5. Merci de m'avoir (re)fait voyager en Louisiane le temps de la lecture de ton article. J'ai hâte d'en parler avec toi de vive voix. Merci pour les liens. J'espère que ça t'aura aidé un peu.

    Quelques commentaires en passant :
    - Nous, on a eu un mal fou à trouver le Lake Martin. Même le sheriff local ne connaissait pas, et le lac était inconnu au bataillon pour le GPS
    - Je valide le Café des amis et Vermillionville !
    - J'ai une photo qui ressemble beaucoup à ta photo de Jackson Sq. A croire que ce sont les mêmes gars.
    - Je crois bien que j'ai aussi eu Ethan à Laura, il était vraiment bon et enthousiaste. J'ai adoré cette visite, vraiment bien menée. Mais Oak Alley est mon fond d'écran. Cette plantation est juste magique.

    En somme je suis toujours méga nostalgique de la Louisiane et de la chaleur de plomb du mois d'août. J'aime ce pays, c'est fou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raaah, tu sais que j'ai souvent pensé à toi ?! Je dois avouer qu'avec le mois de janvier chargé et le début du stage, je n'ai pas eu le temps de me documenter avant de partir, et j'ai découvert la Louisiane sur place avec les guides, mais j'ai retrouvé plein de choses dans tes articles, c'est fou !
      Je suis d'accord pour les plantations, la visite de Laura était exceptionnelle, mais sur le plan de la beauté seule, c'est Oak Alley qui remporte la victoire. Que de magie dans cet endroit ! J'en ai encore des frissons.

      Il me tarde qu'on en papote davantage ensemble ! Et je comprends si bien ton amour pour les USA... On est tellement sous le charme qu'on projette de repartir cet été. Direction la Californie ! :)

      Supprimer
  6. Haha, j'allais te demander si tu avais vu des alligators :)

    Merci pour ce petit bout de voyage, tu nous fais rêver, la Nouvelle-Orléans fait partie de ces villes américaines que j'aimerais visiter (principalement à cause d'Autant en emporte le vent, même si AEELV se déroule en Georgie - le truc c'est qu'on m'a dit qu'Atlanta faisait moins typique du Vieux Sud) même si ceux qui connaissaient la ville avant Katrina disent qu'elle a beaucoup changé.

    Et dis-donc, Bourbon Street est effectivement bien nommée :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rigolo, tout le monde me demande au sujet des alligators ! Hélas, je les déçois tous... Les bougres étaient bien cachés au chaud.

      Je suis ravie de vous offrir une petite évasion ! C'est une ville très attractive, en effet, beaucoup de gens y sont naturellement attirés. Il faut dire que le sud possède une aura particulière ! J'imagine qu'Atlanta a dû perdre de son patrimoine, en effet, tandis qu'il est bien préservé en Louisiane (que de plantations !). En tout cas, tu y retrouverais tout à fait l'ambiance d'Autant en emporte le vent ! :D

      Ah oui, Bourbon Street, c'est une drôle d'expérience... Je dois avouer que je ne m'y suis pas sentie à l'aise, mais pour les fêtards, c'est le paradis !

      Supprimer
  7. Quel beau voyage! Merci de le faire partager!
    Ah bin tiens, Poppy dans ta valise :-)
    J'adore Poppy (surtout sa série Alcool, la Belle rouge et Soul kitchen... je te les conseille au passage. On n'est pas dans le fantastique, mais ça donne une belle vue de la ville!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je prends note pour Poppy ! Je suis toujours dans Âmes perdues, je traîne comme un escargot mais j'aime beaucoup, donc je continuerai à explorer son univers. Merci pour tes conseils, je garde ça précieusement !

      Supprimer
    2. Tu verras, ça donne envie de manger :-) (si tu veux voir quoi, j'en ai parlé chez moi - sans obligation hein :-))

      Supprimer
  8. J'ADORE! Ah quel compte rendu... Ca me fait envie ! Et j'imagine très bien l'ambiance dans la plantation Oak Alley. Tu réveilles des souvenirs (lointains) avec le Golfe du Mexique... Merci d'avoir apporté un peu de chaleur du Sud au coeur de l'hiver (enfin oui, je sais, il n'est pas super froid cette année, mais tout de même ! )
    Contente de retrouver tes articles, ton blog et ta présence bien sûr (oui, je radote!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rah oui, quel pied d'y aller en février ! Il faisait super doux (entre 17 et 25 °C) et ensoleillé... Bref, le retour a été rude, comme tu peux l'imaginer, car même si ce n'est pas un hiver très froid, ça caille quand même !
      Tiens, quel voyage as-tu fait pour goûter aux vagues du Golfe du Mexique ? :D Raconte, je suis curieuse !

      Supprimer
  9. Un voyage en Floride, quand j'étais gamine, pour visiter les parcs d'attraction. Et si mes souvenirs sont bons (hé hé!) on s'était arrêtés à Tampa, station balnéaire de ce côté-là. <3 Ah ma pauvre, j'imagine bien le décalage! Prends soin de toi surtout, va pas nous choper qqch ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ça devait être énorme ! Je n'ose même pas imaginer la démesure de leur parcs d'attraction, ce doit être quelque chose... Ah, comme j'aimerais faire le parc Harry Potter d'Orlando, d'ailleurs ! Tu as dû en garder d'incroyables souvenirs !
      Je me suis enfin remise du décalage, mais ce fut assez chaotique les premiers jours, héhé... Je pense que zombie était le qualificatif approprié.

      Supprimer
  10. Tu as réussi à résister aux antiquaires de Breaux Bridge ? C'est là que Kévin a craqué pour sa porte de frigo Coca...

    RépondreSupprimer