mardi 7 janvier 2014

Mécanhumanimal, Enki Bilal à la croisée des mondes


Le temps d'une poignée de mois, Enki Bilal prend ses quartiers au Musée des Arts et Métiers pour un voyage étrange nommé « Mécanhumanimal » autour d'une centaine de ses planches originales, dessins et toiles, juxtaposés à des objets à l'aspect et au rôle bizarroïdes, exhumés des réserves obscures du musée et sélectionnés par les soins de l'artiste en personne.

Autoportrait de l'artiste
Si l'illustre nom du maître Bilal m'était bien sûr familier, j'étais une bien piètre connaisseuse de son œuvre. Néanmoins, son univers titillait autant ma curiosité que son style, très particulier, m'interpellait. L'occasion pour moi de rattraper ma méconnaissance de l'artiste et de m'initier à son trait si spécial, en découvrant une exposition au titre diablement intrigant.
Mécanhumanimal — essayez donc de le prononcer à haute voix, puis plusieurs fois à la suite — qu'est-ce donc que cette étrange association ? Rencontre entre le mécanique, l'humain et l'animal, ce parcours retrace les ambitions communes de Bilal et du musée qu'il décrit comme « un ensemble de rencontres par la mécanique autour de l'inventivité humaine, et que l'Homme n'est jamais loin de l'animal qu'il a été. La mécanique, les machines qui y sont présentées ont beaucoup emprunté à la physique, à la morphologie de l'humain et de l'animal. » Un titre qui apparaît donc comme une évidence lorsqu'on déambule dans les curieuses rêveries de l'artiste, où les hommes altèrent leurs corps d'éléments mécaniques et où les hybrides franchissent toutes les frontières.

Toiles et machines se côtoient dans une logique toute mécanique

La Femme piège
Entrer dans le monde de Bilal, c'est entrer dans un monde parallèle incertain, en mouvance, sordide et toujours inquiétant. La tête de zèbre qui nous accueille à l'entrée donne le ton ; ici, tout est étrange, renversé, étonnant, et il importe de laisser son bon sens derrière soi. L'exposition, bien pensée bien que légèrement frustrante de par sa brièveté, nous emmène sur les traces de personnages en proie aux passions humaines — amour, meurtre, souffrance, notamment avec le Roméo et Juliette métamorphosé de Julia & Roem — aux conflits, mais aussi sur les chemins de l'animalité et de l'hybridation, en parallèle des rêves de machines. Les couleurs froides aux tons bleutés ne se laissent réchauffer que par les touches écarlates du sang, et les images grouillent de détails et de mouvement.
Enfin, l'art ne se savoure pas qu'avec les yeux, l'exposition étant également pensée pour les mal-voyants qui peuvent découvrir l'œuvre de Bilal grâce à des explications en braille et des images en relief, où l'on peut sentir le trait de l'artiste du bout des doigts.

Exposition Enki Bilal Mécanhumanimal, prolongations jusqu'au 2 mars 2014.
Musée des Arts et Métiers, 60 rue Réaumur, Paris 3e arrondissement.

*

Extérieur du musée
Je ne peux m'empêcher d'écrire quelques mots sur le Musée des Arts et Métiers en lui-même, que j'ai découvert pour la première fois, et qui m'a tout simplement enchantée ! Comportant pas moins de 2400 inventions (rien que ça !), la collection permanente est fabuleuse, et le parcours chronologique très riche, mêlant sept collections : les transports, la mécanique, la communication, l'énergie, la construction, les matériaux et les instruments scientifiques.


L'église Saint-Martin-des-Champs
J'ai eu un énorme coup de cœur pour la partie mécanique ainsi que pour la petite salle des automates qui me mettent certes mal à l'aise mais sont saisissants. J'ai bien sûr adoré toutes les pièces liées à l'impression et son évolution, de la presse à deux coups à la presse rotative offset. Enfin, la partie des instruments scientifiques au deuxième étage est sensationnelle, avec la recréation du laboratoire de Lavoisier et une galerie magnifique de globes, d'horloges et même de pascalines (la calculette du cher Blaise) !
Pour couronner le tout, les bâtiments du musée sont magnifiques, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, notamment l'église de Saint-Martin-des-Champs, véritable merveille où l'architecture religieuse se mêle à la modernité, avec le pendule de Foucault en son centre, les avions qui planent dans les hautes sphères et les échafaudages métalliques qui exposent des voitures à l'ancienne. Bref, un petit bijou de musée.

8 commentaires:

  1. Yop yop! Rien à voir, mais taggée chez moi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! Je vais voir ça de ce pas ! Merci d'avoir pensé à moi, héhé :)

      Supprimer
  2. Toujours pas vu cette expo sur Enki Bilal ( dont l’intrigante affiche me rappelle à l'ordre à chaque fois que je la croise dans Paris ou le métro ... )

    Néanmoins, le thème de cette expo ( hybridation homme-animal-machine ) m'intrigue au plus point.

    Et le musée des Arts et Métiers en lui-même ( Steampunk inside ) semblait tout à fait propice à un article enthousiaste et rigoureux comme le vôtre.
    ( You did well ! )

    A noter également, la librairie et boutique cadeaux du musée toute petite mais fort sympathique. Elle fut d'ailleurs d'une aide indéniable pour dénicher les toutes dernières bricoles de Noël il y a tout juste quelques semaines ( avis aux amateurs de sciences, techniques et mécaniques ^^ )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est grâce aux affiches du métro que je l'ai découverte, moi aussi, coïncidence ! Je la trouve réussie d'ailleurs, elle représente parfaitement le thème de l'expo.

      Oh oui, je suis vraiment tombée sous le charme du musée et la vaporiste qui sommeille en moi a eu sa ration de rouages steampunk, en effet ! La boutique est une petite mine de merveilles, bien qu'un peu chère pour mes modestes revenus, mais certains modèles miniatures sont très beaux.

      Supprimer
  3. Oh, bonne adresse ;) Je retiens le musée pour une prochaine sortie parisienne tiens (non pas que celles-ci soient fort nombreuses, mais on ne sait jamais ^^ )
    Bonne journée la Miss ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'y encourager en effet ! Je n'y avais jamais mis les pieds mais une fois là-bas, j'ai bien compris mon erreur. Ce musée est bien trop méconnu, je trouve, alors qu'il est juste extraordinaire. En plus, l'entrée n'est pas très chère. (Ils doivent compenser avec la boutique du coup)
      Moi je trouve que tes sorties parisiennes devraient être plus nombreuses. :D La la la, je dis ça comme ça...

      Supprimer
  4. Le musée a l’air splendide ! Merci pour cette (double) découverte, ça donne envie d’aller à Paris ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est pour moi. :) C'est vraiment une petite pépite, alors si tu as l'occasion de passer dans la capitale, c'est incontournable !

      Supprimer