samedi 25 janvier 2014

Caprices de lectrice #5 : le livre est notre meilleur ami

Bien le bonjour, petite lectrice et petit lecteur,

Presqu'un mois a filé depuis les derniers caprices ! Je sais, c'est honteux, mais avec les fêtes, la rentrée, les partiels et tout le tintouin, mon emploi du temps a été bien occupé. J'en profite pour préciser que, depuis une semaine, Tumblr me fait un petit caca nerveux avec le mode photo, et je suis donc obligée de passer par le mode article afin de pouvoir alimenter le blog. Ce petit souci technique a donc légèrement retardé cette présente édition mais la ruse a eu raison de ce cafouillage.
Enfin bref, nous revoilà avec nos petites manies, centrées cette fois autour des joies du livre. Vous le savez mieux que quiconque, elles sont nombreuses et ô combien enivrantes ! Ouvrir un livre, c'est commencer une aventure en soi, entrer dans un autre monde. L'objet et le texte sont ainsi sources de plaisirs infinis, et notre addiction peut parfois nous faire passer pour des fêlés du bulbe, aux yeux des gens « normaux ». La vérité, c'est que nous avons juste une vision différente du monde : une vision romanesque et créative.
Lorsque tu commences un nouveau livre.

Quand tu ouvres un bouquin, c'est un peu comme le 14 juillet. Tu plonges dans un nouvel univers, tu en prends plein les mirettes, et tu oublies tout ce qui t'environne. Quel plaisir de découvrir de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues rocambolesques !

Parce qu'un livre papier, c'est tellement bon à tripoter.

Navrée pour les défenseurs des liseuses, mais tout de même, tripoter un bon vieux bouquin est tellement plaisant ! Tu caresses la couverture (s'il y a un titre gaufré ou un vernis sélectif, c'est le paradis), tu le soupèses, tu testes la résistance de la reliure, tu découvres le grammage du papier... C'est un moment-clef de l'appropriation du livre, même si tu peux passer pour un pervers fétichiste qui prend son pied en caressant un bout de papier. Chacun ses petites manies ! Personnellement, j'adore tester la résistance du livre, sentir le brochage bouger sous mes doigts (surtout si ça fait un petit bruit, je suis en extase), sentir un titre gaufré, et jouer avec le coin des pages quand je bouquine.

Et parce que ça sent booooon ! Certains aiment l'odeur des livres neufs, d'autres celle des vieux bouquins moisis, qu'importe, il y en a pour tous les nez.

Allez, qui n'a jamais plongé son petit nez dans un bouquin parce qu'il sentait délicieusement bon ? On m'a parfois regardée bizarrement parce que je le faisais en librairie, mais tant pis, j'adore. Il y a certains types de papier qui mériteraient d'avoir un parfum à leur nom. Mon péché mignon, ce sont les livres neufs, mais certains préfèrent les vieilles reliques qui sentent le champignon. A chacun son plaisir !

Non, tu n'es pas une créature bizarre, tu lis juste beaucoup. Nuance.

Est-ce qu'on t'a déjà fait remarquer que ce n'était pas normal de lire autant ? De nos jours, le nombre de gros lecteurs diminue tandis que celui des petits lecteurs augmente, et une forte assiduité peut parfois étonner les gens. Tu es susceptible de passer pour un timbré, une sorte d'ermite sauvage qui doit nécessairement porter des lunettes triple foyer et avoir peur du monde extérieur.

Parce que la lecture n'est pas qu'un simple passe-temps pour tromper l'ennui, c'est une drogue qui conditionne ta vie, te fait planer et te ruine, accessoirement.

Ah, quel doux enivrement... Ta séance de lecture quotidienne, c'est ta petite seringue personnelle qui te procure rêverie, bonheur et plénitude. Tu n'es jamais rassasié et il t'en faut toujours plus. C'est ton compte en banque qui trinque, à cause de ton dealer, ce libraire pernicieux qui te fait découvrir plein de petites perles.

Car oui, la lecture te fait voyager et te prend aux tripes. Damné soit celui qui sous-estime le pouvoir de l'imagination et des mots !

Certains pensent que la lecture est ringarde, ennuyeuse et sans intérêt ? Pfeuh ! Tu n'as pas besoin d'aller voir un blockbuster pour voyager. Plonger dans un texte est une expérience nettement plus puissante. Grâce au pouvoir des mots, tu te crées ton propre film et ton voyage est unique. Il n'y a que ceux qui manquent d'imagination qui ne peuvent s'en rendre compte.

Pour toi, c'est ça, voir la vie en rose.

Tu essaies de vivre ta vie comme un roman, mais ce n'est pas tous les jours facile. Enfin, heureusement, tu peux expérimenter des choses merveilleuses et terribles à travers les personnages de fiction et vivre des milliers de vies en une seule.

Parce qu'après une journée éreintante, la séance lecture est ton petit refuge.

Béni soit le moment où tu peux oublier ta vie et te plonger dans un récit trépidant. Dans ces moments, la lecture est un petit abri anti-atomique où rien ne peut t'atteindre et où tu peux faire le vide.

Quand ta journée a été bien pourrie et que tu rêves d'un peu d'évasion.

Ta journée de boulot a été merdique ? Tu as envie de te jeter sur les rails de ton métro bondé ? Pourquoi ne pas se diriger vers la voie 9 3/4 et délaisser la bien terne réalité pour t'évader dans un monde magique et merveilleux ? La lecture, un puissant anti-dépresseur (moins onéreux et sans effets secondaires) !

Finir un livre, c'est dire au revoir à un tendre ami.

Ah, quel moment de solitude et de tristesse lorsque tu finis un livre que tu as dévoré... C'est comme une petite mort, il te faut faire le deuil avant de passer à autre chose. Certains enchaînent directement sur un autre livre dans la minute qui suit, mais d'autres ont besoin d'un temps de recueillement. Je fais partie de la deuxième catégorie, et je ne peux pas passer à un autre livre sans un petit délai. J'ai besoin de laisser mijoter ma lecture, de digérer la fin, avant de pouvoir me lancer dans un nouveau monde.

*

Rendez-vous bientôt pour une nouvelle édition autour de la relation entre lecteurs et auteurs !

13 commentaires:

  1. Quel bel article passionné et passionnant ;) En ce qui concerne le numérique, je suis persuadé qu’il s’agit d’une lecture complémentaire du papier, pas forcément opposée (il me semble qu’une étude montrait que les possesseurs de liseuses étaient de gros consomateurs de livres papiers). Je pense qu’il y aura toujours des objets-livres (heureusement ! J’adore mon « Necronomicon » ), mais que le numérique va de plus en plus se démocratiser vu ses avantages indéniables : pouvoir emporter sa bibliotthèque dans sa poche à l’autre bout du monde, le gain de place, le prix réduit, la possibilité de lire dans le noir…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi sur le numérique ! Je ne pense pas non plus que ce soit l'ennemi juré du livre papier, et il faut bien que les choses évoluent avec notre temps (j'imagine que les gens ont dû gueuler contre le codex lorsqu'il est apparu et a peu à peu remplacé les volumen). C'est vrai que les avantages sont vraiment alléchants, notamment pour le gain de place et la possibilité d'emmener des milliers de livres pour quelques grammes, ça fait rêver. En revanche, je ne me vois pas trop tripoter ma liseuse, mais dans une même optique, je pourrais tout à fait la "chouchouter" et prendre soin d'elle sous une autre forme... Finalement, le développement du numérique incitera peut-être les éditeurs à faire de très beaux livres papier pour compenser et inciter à l'achat, comme le Necronomicon, qui est absolument magnifique, en effet !

      Supprimer
  2. Joli joli :-)
    Je te rejoins pas mal encore :-)
    Pour le numérique (vu qu'on en parle ici), je suis passée du côté obscur! Bon sauf que ça ne pourra jamais remplacer le papier pour moi!
    Ca a des côtés assez pratiques (genre quand ton livre est trop gros pour ton sac, bin l'avoir en numérique en plus, te permet de l'emmener avec toi). Et puis, c'est aussi un très bon compagnon quand tu vas pédaler une heure (euh à la salle je veux dire).... comment allier l'utile à l'agréable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, le côté obscur ! Je pense que je succomberai bientôt (car ma bibliothèque crie à l'aide), mais pour privilégier les titres épuisés ou uniquement en format ebook.
      C'est sûr que les côtés pratiques sont vraiment tentants, je n'avais pas pensé à l'utilité pendant le sport mais tout à fait ! (Je t'avoue que je t'ai imaginée au départ lisant sur un vélo normal et je me disais que tu étais bien douée, héhé)

      Supprimer
    2. Mais je suis acrobate moi madame!! :-)

      Supprimer
  3. Pour ma part, je suis une lectrice bi ;) Je lis aussi bien du papier que du numérique.
    Ce n'est pas "tu peux passer pour un pervers fétichiste" mais plutôt "tu es fétichiste" :D Je préfère l'odeur des livres neufs moi aussi.
    Ton billet est très vrai et j'aime beaucoup les gifs animés que tu as choisis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Lectrice bi" est un terme rigolo et bien approprié je trouve, je vais l'adopter ! Il va falloir que je me décide à m'acheter une liseuse, décidément, mais je ne saurais même pas laquelle choisir...
      Merci pour les gifs, je suis contente qu'ils plaisent !

      Supprimer
  4. Voilà une jolie dissection en règle du book addict :)

    J’avoue que je fais partie des perverses fétichistes du livre : je tâte, je soupèse, je caresse, je respire l’odeur du papier et je joue avec les pages :) J’adore ma liseuse mais je reconnais que aspect-là manque avec elle !

    Depuis que je sais lire, il y a toujours eu quelqu’un pour me faire remarquer à quel point c’était bizarre de lire autant... et quand j’étais enfant, ce sont mes parents qui se prenaient des remarques du genre « quand même, ce n’est pas sain qu’une gamine de son âge passe autant de temps à lire » - grrrrrrr !

    La comparaison avec la cocaïne est tellement juste...D’ailleurs une de mes librairies a mis comme slogan sur ses marques-pages publicitaires « prescripteur de saines addictions » j'ai trouvé ça très drôle. Et je crois en effet que beaucoup de gens qui n’aiment pas lire sont des gens qui n’ont pas beaucoup d’imagination, je l’ai souvent constaté.

    Ah là là, pareil, finir un livre coup de cœur est un vrai déchirement ! Tu as envie de savoir comment ça se termine mais en même temps tu voudrais que ça ne finisse jamais... Et c’est encore pire pour les séries, quand tu sais que c’est le dernier tome et qu’après il n’y en aura plus - je n’ai jamais surmonté le traumatisme du dernier tome de Harry Potter, d’où mes multiples relectures de la série ! XDDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil, ma chère Caro !

      Je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule énergumène bizarre aux yeux des autres, héhé, notre communauté est soudée dans son étrangeté. :) Mais tout de même, venant des parents, c'est un peu révoltant, eux qui se plaignent si souvent que l'enfant ne lit pas assez !

      Le slogan de ta libraire est génial, j'aime beaucoup aussi !

      Ahhhhhh, ne me parle pas de la fin d'Harry Potter, je pleurais comme une fontaine dans le chapitre dix-neuf ans plus tard... Ça me rassure de voir que c'est un traumatisme commun, parce que j'y pense encore souvent. C'est vraiment déchirant de terminer un bouquin qu'on a adoré, mais en même temps, ne pas connaître la fin est encore pire... Cruel dilemme !

      Supprimer
  5. ah ah j'adore!!! Ce tumblr m'avait manqué !! Oui pour l'odeur des livres (je l'ai fait aussi et je le referai!) oui aussi pour les amis que l'on trouve/retrouve/quitte... ah le bonheur quand même d'un livraddict ;) Oh et j'ai hâte de voir le prochain sujet (comme c'est bizarre...) ;-) Bon samedi la Miss !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait un vide quand je saute plusieurs semaines, ça m'a fait du bien aussi de le retrouver ! Je vais essayer de tenir le rythme d'un chaque semaine mais me connaissant, c'est pas gagné. Héhéhé, comme j'ai pensé à toi pour le prochain sujet... :) Bon weekend à toi également !

      Supprimer
  6. Toutes ces émotions très connues ma rappellent une très belle citation de Colin Firth qui disait que, quand il était happé par un livre vraiment excellent, sa vision du monde changeait comme s'il restait dans un rêve éveillé et cette impression, lorsqu'elle est vécue, est juste magnifique !

    En parlant de manque d’imagination, je me « disputais » gentiment au travail avec des collègues qui disaient que la Fantasy, c’était pas la réalité, c’était naze, les histoires de dragons et de princesses, c'était vu et revu, qu’ils aimaient pas l’Histoire des ancêtres non plus… « Et sinon, vous aimez rêver de temps en temps ou ça aussi, c’est naze ? ». Mentalité bien triste ;3;
    Le plus grave, c’est que j’accorde tant d’importance à la passion de la lecture que j’ai déjà coupé les ponts ou mis des râteaux juste parce que les personnes dénigraient la lecture. Toutes les lectrices et lecteurs sont avant tout en couple avec leur bibliothèque (et aucune négociation n'est possible) et je ne supporte aucune critique négative sur ce premier amour qui durera toute la vie ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est beau et très vrai ce que dit Colin Firth, je suis bien d'accord ! C'est toujours un moment de pure magie quand on lève le nez de son livre et que son univers continue de vivre dans notre quotidien.

      Aaaaaargh, ça, c'est malheureusement fréquent quand on aime des littératures dites « de genre », notamment la fantasy, les gens ont tout de suite pas mal de préjugés. On ne peut pas tout aimer, mais on peut laisser les autres aimer ce qu'ils ont envie de chérir tendrement.
      Hahaha, c'est une jolie métaphore que le couple du lecteur avec sa bibliothèque... et pas fausse du tout ! ;)

      Supprimer