vendredi 20 décembre 2013

Caprices de lectrice #4 : le défi de lire dans les transports

Coucou à vous,

Chargée, cette semaine ne m'a guère laissé le temps de bouquiner à mon envie, mais elle n'aura pas été tout à fait infructueuse. En effet, alors que je perdais mon temps dans les transports (car en dehors du temps passé, on ne compte plus les paralysies du trafic), j'ai eu envie de m'intéresser au défi que représente la lecture dans ces moments souvent peu commodes.
Il n'est pas rare de voir des gens lire dans les transports, que ce soit sur papier ou sur une liseuse, mais ce n'est malheureusement pas à la portée de tout le monde. En tout cas, ce n'est pas à la mienne, car j'ai besoin de tranquillité et d'un silence absolu pour bouquiner. Autrement, c'est un combat permanent contre les bruits parasites extérieurs qui m'empêchent de me concentrer et de savourer ce que j'ai sous les yeux. J'ai essayé pendant un moment, car j'ai vraiment l'impression de perdre mon temps dans le train et le métro, mais je ne peux plus. Peut-être ne suis-je pas la seule ? Il y a  des lecteurs qui adorent lire dans les transports, d'autres qui détestent ça. Je penche donc du second côté et voici mes instants d'agacement, d'horreur et de désolation dans les transports en commun qui m'ont conduit à cesser totalement de lire dans ces machines infernales. Et puis quelques joies quand même.


Quand tu essaies de bouquiner dans le métro, malgré les gens, leurs discussions, le signal sonore des portes, les odeurs et les mouvements désagréables.

Eh oui, pas facile la vie de lecteur hors de son petit cocon ! Tu sors de ton petit havre de paix livresque où rien ne vient te déranger pour t'engouffrer dans un ouragan de gens et de bruit qui s'amplifie à chaque station. Tu crois que lorsque tu vas ouvrir ton livre, tu vas pouvoir te concentrer et faire abstraction, mais tu te fourvoies ! Parce que tu as de la chance de pouvoir t'asseoir, mais c'est sans compter sur les gens qui vont te déranger pour passer (éventuellement en donnant un coup dans ton livre au passage, ce qui mérite un sortilège impardonnable), le bruit strident de la rame et des discussions des gens, bref, tu as intérêt à t'accrocher.

Quand des gens se mettent juste à côté de toi pour parler et que tu luttes pour te concentrer.

Si la rame est bondée, c'est normal, et tu prends sur toi. Mais parfois, les gens sont pervers et alors qu'il y a tout un tas de places libres qui feraient leur bonheur (et le tien), ils choisissent celles de ton carré rien que pour le plaisir de t'enquiquiner avec leurs bavardages. Pourtant, ils n'ont pas pu ignorer le livre que tu tiens entre les mains. Alors, vice ou simple impolitesse ? Personnellement, ça me donne des envies de Jack l'Eventreur. 

Et que tu essaies de les chasser ou de les faire taire par un regard courroucé.

Faute de pouvoir laisser libre cours à mes noirs instincts, je leur lance donc un mortel regard noir bien étudié. Une fois ça a marché, les gens sont partis. Héhéhé.

Lorsque tu sors un livre de ton sac et que tous les regards se braquent sur toi comme si tu étais une créature étrange et dangereuse.

Cela peut arriver quand tu es le seul de ton espèce dans ledit transport. Les gens sont rivés sur leur téléphone, la musique dans les oreilles, et tu sors un objet antique : un livre ! Tu peux t'attirer des regards étonnés voire franchement surpris. Mais qui diable lit encore aujourd'hui ?

Quand quelqu'un tente d'apercevoir le titre de ton livre ou lit par-dessus ton épaule.

Pour le titre d'un bouquin, je suis la première curieuse dans les transports. Quelqu'un sort un livre ? Tac, tous les regards se tournent vers lui pour glaner un nom d'auteur ou quelques mots du titre, c'est un pur réflexe. Et ça ne me dérange pas. Sauf si je n'assume pas totalement ma lecture, là, j'essaie de me cacher. En revanche, lorsque la personne d'à côté s'empresse de lire par-dessus mon épaule, irritation maximale ! Il n'y a rien de plus agaçant, et si je fulminais dans mon coin avant, j'ai décidé depuis peu de regarder la personne dans les yeux (avec un petit haussement de sourcils). Radical. Et non, je ne suis pas une psychopathe...

Quand quelqu'un montre un mépris ostensible pour le livre que tu as entre les mains.

OK, la personne est toute fière d'avoir pu capter le titre de ton bouquin, et il se trouve qu'elle ne l'aime pas (qu'elle l'ait lu ou non). Haussement de sourcils ostensible, regard accusateur, petite exclamation outrée, lèvres pincées par le dédain... Les signes de mépris sont nombreux. Et en plus d'être vexants, ils donnent des envies de meurtre. Le pire, c'est que ce sont souvent des gens qui, eux, n'ont pas de livre. Qui sont-ils donc pour juger ?

Quand il y a vraiment trop de monde, que tu es tout étriqué et que tu dois abandonner ta vaine tentative de lecture pour survivre dans la jungle du métro.

Soit tu as le malheur d'avoir pris un strapontin (faute de mieux), soit grand prince, tu as laissé ta place à une personne âgée/enceinte/handicapée, ou bien c'est tout bonnement l'heure de pointe et le train/métro est bondé : bref, tu dois ranger ton bouquin parce que tu es tellement serré comme une saucisse que tu ne contrôles plus tes bras (ni le reste de ton corps, d'ailleurs).

Lorsqu'un musicien décide d'enjoliver ta vie avec un air d'accordéon défectueux.

Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il y avait du silence, les gens étaient respectueux et tu étais heureux. Sauf qu'un musicien est monté dans ta rame pour te faire un petit air désaccordé de musique et qu'il est impossible de te concentrer à travers les fausses notes qui te percent les tympans. Trop, c'est trop.

Ce que tu ne peux pas faire dans le métro, tout bouleversé que tu es...

Ce livre est magique, la fin horrible, et tu as envie de chialer à t'en crever les yeux. Sauf que tu es dans les transports, que tu es entouré de bonnes gens, et que faire une scène d'hystérie te vaudra de drôles de regards... Quelle frustration !

Alors tu essaies de rester digne dans ta souffrance, et de retenir tes émotions tant bien que mal.

C'est dur, mais tu peux y arriver ! Tu as les yeux humides, le menton qui tremble mais les larmes ne coulent pas et c'est une victoire !

Quand quelqu'un sort un livre, ton radar le repère automatiquement.

C'est bien un truc avec des pages que tu as remarqué du coin de l'oeil ? Eh oui, personne ne peut tromper ton radar et tu es irrésistiblement attiré par cette chose de papier (ou numérique). Ce livre et ce lecteur inconnus sont autant de mystères qui t'intriguent et que tu aimerais percer à jour. Sauf que tu dois t'abstenir pour ne pas passer pour un fou.

Quand quelqu'un lit un livre que tu as adoré et que tu as envie de l'enlacer.

Parfois ça arrive, tu croises un autre lecteur qui tient un bouquin qui t'a vraiment marqué. Euphorie totale à l'horizon ! Cette personne est donc géniale et tu as envie de lui faire un câlin pour lui communiquer ton enthousiasme. Sauf que bon, tu te retiens, et si tu es un peu courageux, tu lui fais un petit sourire et essaies d'entamer la conversation, ou si tu es gêné, tu exultes dans ton coin en le bénissant.

Quand tu croises un autre lecteur.

Tout de suite, il y a une connivence qui se crée. Ou pas, ça dépend des personnes après tout. Mais c'est toujours un moment de petite joie, où ton estomac se serre de plaisir et tu essaies de montrer à l'autre qu'il n'est pas tout seul, que vous formez une communauté soudée.

Quand il y a plus d'un autre lecteur dans ta rame, c'est la fête !

Certes, un lecteur te met déjà en émoi, mais quand ils sont plus, c'est la folie ! Tu n'en reviens pas, mais tu es tout content, tout fier de rencontrer des gens de ton espèce et de faire partie de cette merveilleuse communauté. Bref, la vie est pleine de bonnes surprises, parfois.

*

21 commentaires:

  1. J’adore la dernière image ! :D

    Blague à part, je constate qu’il y a de plus en plus de liseuses dans les transports en commun. Tout n’est pas perdu pour le genre humain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, c'est vrai que cette chouette est vraiment drôle !

      En effet, je l'ai également constaté pour les liseuses, un bon point pour le livre ! Pas plus tard qu'aujourd'hui, j'ai vu une petite mamie qui a sorti un Kobo en attendant le bus... Et l'air de rien, on voit quand même pas mal de lecteurs dans le métro, donc l'avenir n'est pas aussi noir qu'on pourrait le penser. :)

      Supprimer
  2. Caro Bleue Violette20 décembre 2013 à 17:43

    J’ai la chance d’être capable de lire au milieu de n’importe quel boucan sans problème (l’avantage d’avoir été élevée dans une maisonnée bruyante ^^). Je peux aussi lire dans les moyens de transport sans être malade, train, avion, bateau (j’ai même testé le ferry en pleine tempête sans souci)...à part en voiture, je n’ai jamais compris pourquoi ! Vivant dans une petite ville, le seul transport en commun que je prends régulièrement c’est le bus mais je ne peux pas lire dedans parce que ça cahote trop, les lignes sautent devant mes yeux :) Pour le métro, je l’ai déjà pris à l’étranger...c’est la foire à la sardine, ça doit être en effet difficile d’y lire.

    Sinon les regards étonnés quand je sors un bouquin, j’y ai droit tout le temps, personne ne lit en public chez moi (à part l’été à la plage). Même dans les salles d’attente, les gens lisent des magazines, ils sont rares ceux qui lisent un bouquin. Cela dit, j’ai remarqué que quand c’est ma liseuse que je sors, on me regarde moins bizarrement que quand c’est un livre papier !

    Haha pour le radar, j’en ai un aussi, à croire qu’on a un truc qui bipe dans notre cerveau dès qu’un bouquin surgit dans les parages ! Je suis aussi la première à espionner quand je vois quelqu’un lire, à la plage je me fais souvent capter en train d’essayer de déchiffrer le titre du bouquin de mes voisins, certains rigolent, d’autres me regardent comme s’ils avaient envie d’appeler la police XD.

    Eh oui, ce sont souvent les gens qui n’ouvrent jamais un livre de leur vie qui se sentent obligés de juger tes lectures...c’est un fait que j’ai constaté tout au long de ma vie de lectrice – j’ai renoncé à comprendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance tu as de pouvoir lire dans n'importe quel contexte ! Comme je t'envie... Moi c'est vraiment impossible, il faudrait que je m'achète des bouchons comme pour la bibliothèque. Le pire c'est que même avec de la musique, je ne peux pas, donc l'option MP3 est exclue.
      En effet, lire dans le bus c'est vraiment épique, héhé !

      Tiens, c'est curieux pour la différence de regard selon le livre papier ou numérique... Ce serait à creuser ! Peut-être parce que les gens l'apparentent plus à une tablette qu'à un livre dans leur esprit ? Vu que les objets électroniques sont de plus en plus banalisés, ça pourrait l'expliquer mais c'est tout de même bizarre. Finalement, c'est l'électronique qui apparaît plus légitime que le bon vieux livre papier.

      Tu me fais rire avec ton côté espionne ! J'imagine que certains doivent trouver ça bizarre, ou gênant, mais bon ce n'était pas comme si tu étais en train de mater les fesses de quelqu'un. :D

      Supprimer
  3. Oh les regards quand je sors mon livre ou ma liseuse, j'en ai peu. Par contre des questions, de la curiosité sur le reader, quelques unes :) Et c'est chouette de pouvoir échanger rapidement. Il y a des fois où je n'arrive vraiment pas à me concentrer et d'autres où je fonds littéralement entre les pages ; et ce, indépendamment du nombre de décibels environnants. Je ne dirai pas que j'aime ou que je déteste lire dans les transports, je le fais. Et puis, comme ça je ne perds pas mon temps et avance parfois même drôlement. Raaah, trop de monde dans le métro pour ne même pas pouvoir sortir son reader, ça c'est le drame !
    C'est très vrai ce radar que nous avons :)
    Je pleure rarement, mais alors sourire durant ma lecture m'arrive souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, c'est sympa que les gens entament la discussion à propos de ta liseuse ! C'est sûr que les transports permettent de maximiser le temps de lecture et d'avancer, mais il faut pouvoir savourer... Je préfère garder ma lecture pour un moment où j'en profiterai vraiment.
      Je te rassure, je pleure rarement également (d'autant plus que j'ai arrêté de lire dans les transports), et je souris plus souvent. Mais ça m'est arrivé d'être très mal quand même, ou alors, d'avoir un hoquet de surprise devant une chute. Du coup, les gens à côté semblaient intrigués (ou perplexes).

      Supprimer
  4. ah ah je suis fan ! Le coup de "je ne dois pas pleurer même si le roman que je lis vient de me briser le coeur" je l'ai déjà eu et c'est juste horrible! Même chose d'ailleurs avec un fou rire provoqué par un bouquin (ca a bien duré 20 minutes pour me remettre :D )
    Tu illustres vraiment bien ça, la Miss, ton tumblr est juste génial !!

    RépondreSupprimer
  5. ah et j'en oublie de te souhaiter de très belles fêtes la Miss (si tu ne postes plus d'ici là ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciii Cindy, tes compliments me font super plaisir, héhé, je suis toute flattée !
      Rah oui, dans le genre, le fou rire peut aussi nous faire passer pour des dingues... Tu as dû t'attirer des regards perplexes pendant 20 minutes (quand même), mais ça devait être drôle ! Surtout que le rire peut être très contagieux...

      C'est trop mignon pour les fêtes, je te remercie ! J'essaierai de poster d'ici-là mais je te souhaite également un joyeux Noël en avance ainsi qu'à la petite boule de poils ! :D J'espère que vous serez gâtées !

      Supprimer
  6. Je lis toujours dans le métro (ou ailleurs, n'importe ou, n'importe quand, même en marchant parfois), et je n'ai jamais remarqué de regards étonnés ou surpris. En fait, il y a même beaucoup de gens qui lisent (dans le train de banlieue), sur liseuse ou sur papier, voire sur téléphone. Je pense que c'est une majorité, du coup, ça n'étonne personne.
    En revanche, l'envie de saisir le titre, le sourire quand on le connaît / l'a aimé, etc, ça, c'est clair, c'est énorme (et frustrant parce que je suis timide) !
    Je me demande comment je réagirais si, un jour, je voyais quelqu'un lire mon livre. Je me demande si j'oserais aller lui parler :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aelys !

      Pour le coup, je te tire mon chapeau pour la lecture en marchant, je l'ai déjà fait quand j'étais à fond dans un bouquin, mais c'est vraiment ardu (un peu comme dans le bus, ça bouge beaucoup). Et puis déjà que je suis maladroite, alors si je ne regarde pas où je marche...

      Oh oui, ce doit être un moment magique pour un auteur de voir quelqu'un lire son livre, il doit se sentir tout fier et flatté. Et ressentir un peu de pression, j'imagine. Je comprends ta timidité en tout cas, ce n'est pas facile de débarquer et dire "Salut, c'est moi qui l'ai écrit, une petite dédicace ?" En même temps, en tant que lectrice, j'adorerais que l'auteur m'aborde, ce serait extra ! Alors pourquoi pas ? :)
      Par ailleurs, coïncidence, j'ai vu quelqu'un acheter ton livre hier en librairie. :D Ce qui m'a encore plus donné envie de me laisser tenter...

      Supprimer
    2. Punaise, je suis super à la bourre, mais je viens juste de voir que tu avais répondu (oui, je viens enfin de comprendre où Google envoyait les notifications de commentaire ^^).

      Pour la lecture en marchant, ça ne fonctionne que sur les trajets que je connais par coeur, bien sûr. Dans les correspondances entre deux métros si le bouquin est vraiment génial, ou bien sur le trajet jusqu'à chez moi. Mais je marche nettement moins vite que d'habitude ^^

      Oui, c'est clair, moi aussi en tant que lectrice j'adorerais que l'auteur m'aborde (ou je croirais à un canular ? ^^), ptet bien que ça me pousserait à vaincre ma timidité !

      Et pour mon livre... *rougit* *prend un truc pour hypnotiser* *chante : Tu te laisseras avoir, tu te laisseras avoir, et en plus tu vas aimer le roman...*
      :-D Quoi, c'est pas comme ça qu'on fait de la pub ? ^^

      Supprimer
  7. Personnellement je ne prends pas beaucoup les transports en commun mais je crois que je serais comme toi parce qu'il me faut un calme absolu autrement rien à faire je lis trois fois la même phrase et sans m'en souvenir u.u
    En tout cas tu m'as fait bien rire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance de pouvoir éviter les transports ! En tout cas, ça me rassure de trouver une autre lectrice qui dépende de son environnement. Jusqu'ici, les autres lecteurs qui ont donné leur avis n'y sont pas sensibles et ils ont bien de la chance ! Il n'y a en effet rien de plus improductif que de lire sans concentration, quelle frustration que de lire trois fois le même paragraphe sans même y prêter attention !
      Je suis ravie que cette nouvelle fournée t'ait fait rire ! :)

      Supprimer
  8. Pour avoir vécu ( il y a quelques années ) le « Quand quelqu'un lit un livre que tu as adoré et que tu as envie de l'enlacer » , je peux témoigner qu'il s'agit d'une situation hautement *frustrante*

    Car on est partagé avec le désir profond d'entamer la conversation de suite avec cette personne totalement inconnue ( vous en êtes à quel passage ? Est ce que çà vous plaît ? Et là, vous en avez pensé quoi ? )

    Et l'idée que cette démarche ( enthousiaste et sans aucune malveillance évidemment ) puisse être mal interprétée par l'inconnu(e) en question …

    Finalement la dite personne est descendue avant moi, ce qui a coupé court à ces tergiversations intérieures. Un grand moment de solitude ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça !

      Malheureusement, on ne peut jamais prévoir la réaction des gens et ils pourraient trouver ça louche, ou du moins, se sentir envahis dans leur intimité... C'est dommage, mais je sais que ça m'a arrêtée plusieurs fois également. Alors que ça part d'un bon sentiment et que ça pourrait égayer notre déplacement. :)

      Supprimer
  9. Yop! Pas de transport en commun pour moi :-)
    Mais j'adorais lire quand je prenais le bus pendant mes études. Avec 50 bonnes minutes de lecture (2 fois par jour), y avait moyen d'avancer (bon okay... souvent on papotais avec les quelques potes qui étaient sur la même ligne, mais j'ai bien profiter des moments lectures).
    Me font bien rire tes petites vignettes ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks Valeriane ! :)
      Aaah, la chance de ne pas prendre de transports... Purée, je ne sais pas comment tu faisais dans le bus, c'est un peu comme de lire dans une fusée spatiale je trouve ! :) En tout cas, c'est sûr que tu devais bien avancer à force de deux heures pas jour.

      Supprimer
    2. Walk-man était mon meilleur ami aussi :-)
      Il m'arrive encore de lire parfois quand je suis coincée dans un bouchon ;-)
      Mais bossant à 4km de chez moi... bin ça limite le temps passé en bagnole :-)

      Supprimer
  10. C’est magnifique comment on peut se reconnaître dans la plupart des situations ! J’en parlais avec des amis et j’avais l’impression d’être la seule à pouvoir lire dans les transports en commun (je lis même plus en prenant le tram, le métro, etc, qu’au lit où je suis tellement crevée que je dépasse rarement la dizaine de pages). Disons que quand le livre arrive à me happer et que j’ai mon MP3 en route, impossible d’attirer mon attention (et j’ai raté plus d’une fois ma station d’ailleurs où je sortais complètement hagard comme si je venais de me réveiller).

    Par contre, pour le "Lorsqu'un musicien décide d'enjoliver ta vie avec un air d'accordéon défectueux.", j’ai laissé passer une fois car j’ai eu la chance d’entendre Очи чёрные (oui, je suis badass, je l'ai copié./collé en russe) à l’accordéon en lisant Crime et Châtiment, pour le coup, ça collait tellement bien à l’ambiance que j’ai mis mon MP3 sur pause.
    Cela dit, une personne a commis l'erreur de balancer son prospectus une fois sur mon livre (si, si, je lisais, tête baissée et il a interrompu ma lecture en me collant sous le nez son papier). Je lui ai dit "vous savez qu'il n'y a rien de plus dangereux que d'embêter un lecteur avec son livre ?". Parce qu'il faut le reconnaître, les livres sont des armes, surtout quand ils font plus de 600 pages *-*

    Et rencontrer d’autres lecteurs, c'est unique. Un gars lisait Le Trône de Fer une fois et en m’approchant, je lui ai sorti « L’Hiver vient », il a rigolé et répondu « Les Autres nous en préservent », c’est le genre de moment où tu te dis que la littérature, y a que ça de vrai :) Et l’auteur peut être fier, se dire que ses livres permettent ce genre de rencontres sympas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, je suis ravie que tu t'y retrouves, cher vampire aigri (et toute contente de te voir ici) !

      Je suis pareille que toi pour la lecture le soir, en général, je pique du nez au bout de trois pages et le lendemain, je ne me souviens de rien...
      En revanche, mais quel toupet de t'importuner pendant ta lecture dans les transports ! Ta réplique m'a bien fait rire (même si je doute qu'il en ait été de même pour l'autre personne), je n'avais jamais pensé à me défendre avec un livre, peut-être parce que j'aurais trop peur de l'abîmer, mais c'est vrai que c'est une arme redoutable (surtout si on arrive à fourrer un coin dans l'oeil de son adversaire, tiens ça donne des idées tout de suite)...
      Géniale ton anecdote sur le Trône de Fer, c'est vraiment extra ce genre de petits moments. Ce n'est pas grand-chose, mais l'air de rien, ça illumine une journée ! :)

      Supprimer