mardi 12 novembre 2013

Le Cirque des damnés, Laurell K. Hamilton endiablée

Dans le monde d'Anita Blake, les journées commencent rarement sous le gazouillis tranquille des oiseaux. Après une nuit de boulot bien chargée, la réanimatrice a encore un rendez-vous à expédier : les chefs de la ligue anti-vampires Humains d'Abord veulent la peau du maître de la ville et sont bien déterminés à lui extorquer son petit nom... Après les avoir congédiés sans cérémonie et sans leur avoir donné satisfaction, Anita reçoit un coup de fil de Dolph. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la voilà obligée de se rendre sur une scène de crime pour examiner un homme nu portant des marques de morsures différentes. Les indices sont clairs. Un maître vampire renégat a débarqué à Saint Louis.

Avec la petite mais non moins féroce Anita, on s'ennuie rarement, et ce troisième opus des aventures de la célèbre Exécutrice ne déroge pas à la règle. D'emblée, le rythme effréné nous emporte et se calque sur le quotidien mouvementé de la réanimatrice. Pas le temps de voler deux malheureuses heures de sommeil avec son pingouin préféré sous la couette ; après une nuit d'enfer — souvent au premier sens du terme —, elle doit sauver l'univers ! Ou dans une moindre mesure, Saint Louis, mais c'est déjà du pain sur la planche. Car ces cadavres retrouvés exsangues ne sont pas le repas anodin d'un bébé vampire à qui l'on n'a pas appris à débarrasser proprement son assiette. C'est une menace directe adressée au maître de la ville, Jean-Claude. Et qui mieux qu'un autre maître vampire pour le défier ? Il semblerait en effet qu'un vampire très ancien ait posé ses bagages à Saint Louis, accompagné de sa meute, et le petit groupe sème allègrement les cadavres sur sa route. Ajoutez à cela les sombres desseins de la ligue Humains d'Abord, et vous obtiendrez une guerre civile. Car une fois la ville débarrassée de Jean-Claude, celle-ci sera à feu et à sang et l'équilibre précaire instauré par les vampires souhaitant s'intégrer sera balayé comme un fétu de paille. Un jeu de pistes sinistre pour Anita et la BRIS, qui chaque nuit, craignent de découvrir un nouveau corps... Le temps leur est donc compté. Et le nôtre avec, car Laurell K. Hamilton nous entraîne dans une aventure endiablée que l'on traverse d'une traite et dont on ressort pantelant !

Dès le commencement, l'histoire se dédouble et disperse ses tentacules diégétiques pour mieux nous jouer un mauvais tour. Anita n'a pas qu'une apocalypse à gérer, elle est présente sur quatre fronts : 1) éviter que Saint Louis n'implose sous la violence d'un nouveau maître vampire peu respectueux de la vie humaine 2) éviter que la secte Humains d'Abord n'élimine Jean-Claude la première 3) éviter de devenir la servante humaine de Jean-Claude 4) éviter de se faire tuer par tout le monde, gérer en plus son boulot, les reproches de son boss et prendre sous son aile le nouveau réanimateur. OK, quand on jette un coup d'oeil à notre propre routine, on se dit que finalement, tout va bien dans le meilleur des mondes parce que celle d'Anita est vraiment peu enviable... Néanmoins, la tueuse d'un mètre cinquante-huit ne se laisse pas marcher sur les Nike, et elle révèle une nouvelle fois aussi bien l'étendue de son audace que son mauvais caractère. Anita est en effet indissociable de ses piques et de son cynisme qui, en plus d'ajouter du piment aux dialogues, mettent en relief les travers de la société et de ses relations avec les hommes, viciées par les préjugés sexistes. Mais penser que Blake n'est qu'un gros roc sans émotion serait passer à côté du personnage. Car très lentement, le vernis craque et menace de s'effriter à tout moment. Son coeur de pierre est tout d'abord menacé par sa relation avec Jean-Claude, qui s'approfondit davantage bien que la tueuse continue obstinément de nier ses sentiments et le lien qui les unit. Cette facette de leur relation s'avère par ailleurs un peu pesante, puisque la jeune femme chante le même refrain depuis le premier tome, à savoir : « Je ne serai jamais votre servante humaine, plutôt mourir ». Hamilton nous fait baver d'impatience, mais il est un moment où celle-ci se mue en agacement... Toutefois, la tueuse se rend peu à peu à l'évidence : elle est indéniablement attirée par Jean-Claude. L'humanité d'Anita nous apparaît alors dans toute sa fragilité, par quelques mots arrachés, une pensée enfouie, un sentiment refoulé. Une part de lumière au sein de ce royaume d'ombres que révèle encore davantage la nouvelle recrue de sa boîte, le tout jeune Larry. A son contact, Anita regrette l'innocence dont elle a été elle-même dénudée par les horreurs de sa vie, et souhaite épargner ces peines à son nouvel acolyte. Naissent entre eux une relation de mentor-élève touchante que l'on prendra plaisir à voir s'épanouir dans les prochains tomes. Anita laisse ainsi sa carapace se lézarder et révèle un coeur battant, bourré de rêves et d'espoirs. Sa lente mutation s'avère prometteuse pour la suite, et l'on espère qu'elle révèlera de nouvelles brèches saillantes de son humanité.

Avec Le Cirque des damnés, Laurell K. Hamilton signe un troisième opus très réussi, nourri d'un rythme frénétique et sans essoufflements. Pour le plus grand plaisir du lecteur, l'héroïne baisse peu à peu ses défenses et nous laisse entrevoir de nouvelles facettes de sa personnalité, qui n'appellent qu'à s'épanouir pleinement dans les prochains volumes. Je m'étais fixé l'objectif de ne lire que les trois premiers tomes pour mon mémoire, mais Anita m'a finalement conquise, et je rempilerai avec grand plaisir pour les trois suivants.

Le Cirque des damnés (Anita Blake, tome 3), Laurell K. Hamilton, Milady, 379 pages.

3 commentaires:

  1. hé hé ! Et bien sûr, tu me donnes envie aussi de me lancer dans ce cycle :D Bon, ce ne sera pas pour tout de suite parce que ma PaL est bien fournie, mais je retiens..
    P.S: ton mémoire avance bien ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, je suis moi aussi une vile tentatrice, alors. :) Anita Blake, c'est un peu comme un goûter : pas un chef-d'oeuvre, mais c'est super pour se détendre !
      En ce qui concerne la "Bête", elle prend forme, lentement mais sûrement ! Je ne suis pas si en retard que ça et je vais bientôt attaquer la rédaction, donc c'est en bonne voie. Enfin, c'est sans compter sur les pépins qui débarquent toujours quand il ne faut pas...
      Pour finir, tu n'as rien dit sur le collier ! :D

      Supprimer
    2. Hey, c'est de la triche, ta photo est très discrète ^^ (et non, je ne suis pas du tout distraite ^^ ) Il est super joli en tout cas, tout en élégance, très bon choix :-)
      Cool pour ton mémoire et plein de bonnes ondes pour t'aider à avancer ;-)

      Supprimer