vendredi 22 novembre 2013

Froid comme une tombe, Jeaniene Frost file la chair de poule


Si tu n'as pas lu les premiers tomes,
HALTE, PETIT LECTEUR : SPOILERS.
Il faut croire que les vampires se sont passé le mot, car depuis peu, Cat est démasquée à chacune de ses missions, et cela ne présage rien de bon. En effet, la Faucheuse rousse devient un peu trop célèbre à son goût, ce qui met sa couverture en péril. Toutefois, les ennuis ne s'arrêtent pas là, et son père décide de lui rendre une petite visite dans le but d'éliminer toute descendance, laissant entendre que sa disparition profiterait à d'autres créatures. Et alors que Mencheres propose à Bones d'unir leurs forces et leurs lignées en vue de la guerre qui se prépare dans les rangs surnaturels, la cérémonie tourne au carnage. Délaissant la thèse de la pure coïncidence, Bones découvre qu'une vieille connaissance a décidé de régler ses comptes. Sans laisser de survivant.

Froid comme une tombe... Le titre fait frémir, et c'est avec une certaine fébrilité que j'ai attaqué ce troisième tome, diablement intriguée. Pourtant, une fois n'est pas coutume, la liaison de Cat et Bones est au beau fixe. Pour prouver la puissance de son amour, le vampire profite même de cette accalmie pour demander la main de Cat d'une façon plus romantique que leur mariage vampirique expédié à la hâte. Mais l'accalmie ne dure pas, et le mariage devra être reporté en vue des évènements funestes qui se profilent à l'horizon. Jeaniene Frost nous prouve une nouvelle fois qu'elle a plus d'un tour dans son sac et refroidit les ardeurs du duo devant la catastrophe imminente. Une guerre impitoyable se prépare, et face aux ressources de l'ennemi, la victoire semble hors de portée.

Dès le premier chapitre, le chronomètre est enclenché et le compte à rebours commence son effroyable course. Frost livre un récit sans cesse en mouvement, où l'action prédomine sans lasser une seule fois le lecteur, pris dans l'infernale tourmente. Et des péripéties, il y en a à foison, et notre Cat n'en sortira pas toujours indemne. Ce troisième opus se révèle différent des deux précédents : plus sombre, plus terre-à-terre et peut-être plus fataliste. L'héroïne traverse des épreuves qui la marqueront à jamais, mais à travers le blizzard et le désespoir, elle se relèvera toujours, prête à assumer son rôle et à se faire respecter. Bones le comprend : inutile de lui ordonner de rester en arrière, Cat transgresse toujours les règles pour se mettre en première ligne, là où est sa place. Mais alors que tout semble se désagréger autour d'eux, la relation du couple prend un nouveau tour et leur amour s'intensifie encore davantage, ce qui donne lieu à de très belles scènes nourries d'émotion et de tendresse, mais également à des passages de braise. Car l'amour est bien au coeur de ce troisième tome, la relation liant Mencheres à Patra, la méchante de l'histoire, se faisant le miroir déformé de la puissance de l'amour entre Cat et Bones. En effet, si l'amour rend parfois aveugle, il n'en demeure pas moins indestructible, et la détresse de Mencheres vis-à-vis de son amour perdu est particulièrement touchante et donne à réfléchir sur le contrôle que nous avons sur nos sentiments. En ce qui concerne la fameuse Patra, somptueuse et terrible Egyptienne qui n'est pas sans rappeler la figure d'Akasha d'Anne Rice, elle est entourée d'ombres et de mystères, mais elle se fait hélas trop discrète au fil des pages. En effet, j'ai regretté que l'on n'en découvre pas davantage sur son passé et sur sa liaison avec Mencheres, qui aurait pu densifier le récit et lui apporter une autre profondeur. Le décor égyptien était en outre prometteur, et j'aurais aimé que l'auteure exploite cet angle nouveau et ne soit pas si avare concernant l'histoire de cette très ancienne vampire, assurément très riche en vue de son incroyable longévité. D'un autre côté, Frost épice le récit avec une autre figure emblématique de la littérature de vampires et joue de ses codes et de ses stéréotypes avec intelligence et dérision, preuve de la richesse et du potentiel de cette série.

Avec Froid comme une tombe, Jeaniene Frost livre ainsi un récit haletant et finement mené, porté par un duo de protagonistes toujours aussi attachant et un rythme frénétique qui nous maintient en haleine jusqu'au dénouement final. Ce troisième volume est très abouti et donne une nouvelle dimension à la série pour la consacrer comme une petite perle du genre. Je me suis vraiment entichée de Chasseuse de la nuit, car loin de s'essouffler, la série se renouvelle sans cesse et s'approfondit à chaque volume, toujours servie par de magnifiques couvertures. Un excellent présage pour la suite !

Froid comme une tombe (Chasseuse de la nuit, tome 3), Jeaniene Frost, Milady, 411 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire