samedi 26 octobre 2013

Un pied dans la tombe, Jeaniene Frost à pleins gaz


Si tu n'as pas lu le premier tome,
HALTE, PETIT LECTEUR : SPOILERS.

Bye bye la tueuse du dimanche en mini-jupe et sans culotte qui écumait les bars, Catherine Crawfield est devenue Cristine Russell et se salit désormais les mains au nom du gouvernement américain. Recrutée par son patron, Don, il y a quatre ans, elle n'a pas eu d'autre choix que de quitter Bones et d'abandonner son ancienne existence pour prendre la tête d'une unité spéciale, qui a pour mission de nettoyer les rues du pays des cadavres ambulants. Et son équipe a de quoi faire. Son nouveau contrat s'appelle Liam Flannery, et alors que Cat lui botte gentiment les fesses, elle découvre qu'il n'est autre que Ian, l'un des fantômes du passé de Bones et pas des moindres, puisqu'il s'agit de son créateur. Celui-ci laisse alors entendre que Bones est toujours vivant. Abasourdie, Cat le laisse filer, mais l'avenir lui réserve une surprise encore plus empoisonnée. La voilà contrainte de s'envoler pour sa ville natale, où un couple a été retrouvé sauvagement assassiné dans l'ancienne maison de ses grands-parents, avec une dédicace qui lui est tout spécialement dédiée. Et tous les indices pointent vers le même suspect : Bones.

Embarquer dans cette deuxième aventure de la Faucheuse rousse, c'est partir pour une folle course au méchant, rythmée par les attaques sournoises de ses nombreux ennemis et de ses frasques amoureuses dantesques ! Dès le premier chapitre, l'action nous prend aux tripes et le récit s'emballe à toute berzingue, enchaînant les péripéties et les rebondissements. Jeaniene Frost ne nous laisse que peu de répit, et l'on chevauche cette deuxième épopée de Cat & Bones comme la moto de ce dernier, à toute allure. Et on en veut toujours plus !
J'avais vraiment accroché au premier tome, Au bord de la tombe, qui m'avait totalement emballée, et c'est avec un régal teinté de curiosité que je me suis plongée dans ce deuxième volume, au titre particulièrement intrigant. Et croyez-moi, il en réserve, des coups de théâtre, ce second opus ! A nous en faire pâlir de peur et d'envie...

OK, ce deuxième tome pulse à mort, et j'en perds même mon bon français ! A l'ouverture du récit, on se trouve néanmoins un peu perplexe ; quatre ans se sont écoulés depuis la fin du premier tome, et notre Cat est une nouvelle Cat, endurcie mais désespérément solitaire. Elle s'est construit un semblant de stabilité ; elle se donne à fond dans son boulot et apprécie les mecs qui sont sous ses ordres, et sort se changer les idées avec son amie Denise de temps à autres. Sauf que le passé ne meurt jamais vraiment, surtout quand il implique un mort-vivant. Et dénuée de l'amour de sa vie, la Faucheuse est malheureuse. On est donc ravi lorsque l'intéressé débarque enfin ! D'autant plus que les choses sont loin d'être réglées entre les deux, et une petite mise au point s'impose. Perplexe nous le restons cependant, car Bones nous apparaît froid et distant, et le bougre a ses raisons puisqu'il a été largué par la dame. Tandis qu'elle s'accorde une petite pause pour célébrer le mariage de Denise entre deux cataclysmes, qui croise donc Cat parmi les invités de la cérémonie ? Le coup est aussi terrible qu'inattendu, mais il est bel et bien là, en chair et en os ; Bones. Si elle a combattu pendant quatre ans afin de refouler ses sentiments, il suffit d'un seul regard pour qu'ils s'affolent et partent en courant dans tous les sens, comme au bon vieux temps. Mais pas le temps de jouer aux retrouvailles, Bones est là pour sauver ses fesses, et lui apprend que quelqu'un fait miroiter l'appât d'une récompense à toute créature qui lui arrachera le coeur, et que de surcroît, Ian, fasciné par sa nature d'hybride, a décidé de faire d'elle l'un des joujoux de sa précieuse collection. Décidément, c'est bien sa veine ! Et en plus, Bones est bien décidé à savoir si le coeur de sa dulcinée lui appartient toujours ou s'il doit s'éclipser. Il la met donc à l'épreuve, et Cat ne peut résister plus longtemps contre cet amour qui la consume.
Car Cat sans Bones, est-ce seulement concevable ? On prend un malin plaisir à les observer se tourner autour et à espérer que le premier craque. Cela dit, rien n'est joué, et l'on se languit comme on redoute les conséquences qu'a le retour de Bones dans la vie de Cat... Car bien qu'elle l'aime encore à s'en damner, il met en péril son job et son intégrité vis-à-vis de son équipe. Sans parler de sa mère, fervente activiste anti-crocs ! Comment leur avouer qu'elle est amoureuse d'un mort-vivant ? Sont-ils seulement capables de l'accepter ? La partie s'annonce rude, et la rousse va se heurter au regard dégoûté ainsi qu'au jugement hâtif de ses proches. Mais pas question de cacher Bones dans un placard, cette fois, elle doit assumer, car elle n'est pas prête de le laisser encore lui échapper. Cat suit ainsi une belle évolution tout au long de ce tome, et le lecteur entre totalement en empathie avec cette héroïne en proie à un amour impossible et un tiraillement entre ce qui est raisonnable et ce qu'elle désire en son for intérieur. C'est ainsi qu'elle décide de jouer le tout pour le tout et de prendre le risque. Au fil des pages, notre rousse endurcit sa carapace et prend sa vie en main, imposant ses conditions et jouant ses propres cartes. C'est une héroïne d'un autre niveau, plus affirmée, qui ne cesse de se dépasser. Sauf que pour couronner le tout, le père de Cat décide d'envenimer encore davantage la situation en débarquant dans sa vie, mais pas de la manière dont elle l'espérait... Encore une bombe à maîtriser. Décidément, Jeaniene Frost ne ménage pas son héroïne ! Mais la belle en ressortira plus forte, et pour la première fois depuis quatre ans, en phase avec elle-même.
Et si nos deux chasseurs de vampires en voient de toutes les couleurs au fil de leurs missions, ils en font également l'expérience au lit, bien que dans un autre registre. Dans le précédent opus, l'auteure nous avait concocté plusieurs scènes torrides et peu prudes, et bien que les scènes charnelles soient ici plus rares, elles n'en sont pas moins volcaniques ! N'oublions guère que la frustration de nos amants est à son comble, après quatre ans d'abstinence. Pendant de nombreux chapitres, ils s'effleurent, se contrôlent, réfrènent les pulsions qui les démangent, jusqu'au moment fatal — et quel moment ! Jeaniene Frost nous livre un récit en constant crescendo, et joue avec nos attentes et nos envies comme de celles de ses deux amants. Ce jeu du chat et de la souris ne fait qu'attiser notre plaisir, et lorsque le feu d'artifices éclate enfin, l'explosion en vaut le détour. On m'avait prévenue que le fameux chapitre 32 était d'anthologie, et c'est le moins que l'on puisse dire, car la plume de l'auteure se fait chaude comme la braise et a de quoi faire rougir ses lectrices. Alors qu'il prenait une place peut-être trop importante dans le premier, le sexe est néanmoins mieux dosé dans cet opus, car avec une plus grande parcimonie mais une sensualité encore plus brûlante, l'auteure rend ces envolées érotiques véritablement mémorables.

Mais la série Chasseuse de la nuit ne se résume bien évidemment pas qu'à ses scènes embrasées, loin de là. Comme son prédécesseur, ce deuxième tome est porté par le ton franc et sarcastique de Cat, dont l'ironie et le sens de la répartie donnent lieu à des dialogues délicieusement épicés. Le franc-parler de Bones n'est pas en reste, et l'on se surprend à pouffer devant les répliques qui fusent et s'entrechoquent. C'est toujours un plaisir de suivre les pensées brutes de Cat, souvent hilarantes, d'autant plus qu'elle jouit désormais d'une vision toute en nuances, contrairement à ses collègues de boulot qui sont, eux, encore plongés dans un manichéisme hermétique. Et il est très intéressant de confronter ces deux points de vue, en se souvenant que Cat est elle aussi passée par ce stade en noir et blanc, avant que Bones ne lui ouvre véritablement les yeux. La plume de Frost n'a donc pas perdu de sa verve et ne cède guère à la facilité. Distillant une dose d'humour et de suspense qui vivifie la narration, l'auteure façonne un récit très vivant, toujours en mouvement. L'histoire fourmille quant à elle de détails et d'indices qui bernent notre bon sens, et mêle adroitement plusieurs fils parallèles afin de les entrelacer à la fin en un tout cohérent. Les scènes d'action se succèdent et les pièces du puzzle se mettent progressivement en place, dévoilant une intrigue solide et ficelée avec habileté. Avec ses chapitres courts et le ton enlevé de notre narratrice, Un pied dans la tombe s'affirme comme un véritable page-turner que l'on ne parvient pas à lâcher et auquel on s'accroche jusqu'à la fin.

Jeaniene Frost signe un deuxième opus du tonnerre qui, une fois dévoré, nous laisse haletants et avides. A la hauteur de son prédécesseur, Un pied dans la tombe donne ainsi une nouvelle dimension à ses protagonistes et promet un avenir radieux pour la série. Ce qui tombe bien, car je suis accro, et je veux une nouvelle rasade de Cat & Bones, et vite !

Un pied dans la tombe (Chasseuse de la nuit, tome 2), Jeaniene Frost, Milady, 478 pages.

3 commentaires:

  1. Bon, OK, tu m'as convaincue, je vais dénicher le premier tome aussi vite que possible ^^ Tiens, je comprends mieux alors les allusions à ce fameux chapitre 32 :-) Je vois que tu lis Kean, sinon. Je serais curieuse d'avoir ton avis dessus (oui, encore plus curieuse qu'à l'ordinaire ^^) Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh, je suis ravie d'avoir été si persuasive ! J'espère que tu vas aimer, j'ai la pression du coup... En tout cas, ça a été une vraie bouffée d'air frais après Jaz Parks, ce qui explique peut-être aussi mon enthousiasme. Je m'attaque à Kean aujourd'hui, beware ! Bon dimanche à toi aussi ! :)

      Supprimer
  2. Je te le dirai en tout cas quand je m'y attaquerai ! Oh yeah, beware :)

    RépondreSupprimer