vendredi 6 septembre 2013

Quand le danger rôde (La Communauté du Sud), Charlaine Harris


Pour Sookie Stackhouse, la vie n'est pas tous les jours facile. Sans diplôme, elle bosse comme serveuse au Merlotte, et pour la communauté de la petite ville de Louisiane prénommée Bon Temps, elle passe un peu pour la blonde débile et cinglée. Car Sookie a un... handicap, comme elle l'appelle ; elle est télépathe et peut s'immiscer dans l'esprit de ses pairs. Ou plutôt, ce sont les pensées des autres qui lui sautent à la figure, des pensées qu'elle préférerait ne pas connaître. Mais, lorsqu'un étrange et séduisant vampire débarque au bar, son coeur s'emballe. Ce premier vampire, elle l'a longtemps attendu, l'existence des créatures nocturnes ayant été récemment révélée au grand public et plus ou moins acceptée par les citoyens américains. Et ce vampire va chambouler sa vie. Littéralement, puisque les cadavres de jeunes filles fricotant avec des vampires s'amoncellent dans la petite bourgade.

Quoi de mieux pour s'attaquer à la bit-lit, crocs devant, que la célèbre série La Communauté du Sud de Charlaine Harris ? Assidue de la série True Blood, tirée des romans et mettant sur le devant de la scène la mignonne Anna Paquin, j'étais bien curieuse de découvrir les romans à la source du show télévisé. Curieuse et un peu nerveuse, car j'arrive rarement à apprécier un roman après avoir vu son adaptation, ciné ou télé, ce qui s'achève régulièrement sur un désagréable sentiment de frustration. Enfin, j'ai mis toutes les chances de mon côté et ai choisi l'édition de Pygmalion, m'étant aperçue que les traductions de J'ai lu avaient pris quelques libertés dérangeantes, notamment dans le nom de personnages et du célèbre bar Fangtasia.

Autant le dire de suite, j'ai accroché (a-crocs-ché, hahaha, bref). La fidélité de la première saison de la série au livre m'a tout d'abord étonnée, et je ne pourrais donc pas juger objectivement du déroulement narratif de l'oeuvre textuelle, puisque la trame ne m'a laissé que peu de surprises et déviances. Je craignais donc de m'ennuyer ferme, connaissant dès le départ l'enchaînement des évènements. Et pourtant, j'ai pris mon pied à lire ce premier tome. Certes, je n'avais pas les hoquets de surprises que j'aurais eus si je n'avais pas vu la série, mais je suis tombée sous le charme de la petite Sookie. J'ai adoré son caractère bien trempé, son assurance et sa force. Pas facile d'être télépathe, chaque jour est une épreuve. Mais la serveuse fait face et encaisse, toujours avec le sourire. Bon d'accord, il lui arrive parfois de craquer, mais elle a de bonnes raisons, et personnellement, je pense que je me serais tiré une balle depuis belle lurette à sa place (façon de parler, bien sûr). Le ton de sa narration et le mordant de ses expressions m'ont donc ravie du début à la fin, et entraînée dans l'histoire sans un moment de relâche. J'ai trouvé fort agréable d'être plongée dans l'esprit de cette jeune fille si authentique, aux questions prosaïques mais communes à tous, et dont la fraîcheur étonne toujours. Simple mais directe, Sookie ne passe jamais par quatre chemins, et paie parfois le prix de sa franchise. Dans tous les cas, elle est courageuse, et si elle n'est pas la plus cultivée de Bon Temps, elle possède néanmoins un réel feu qui l'anime, et un bon sens qui lui sauve de nombreuses fois la mise. En comparaison, je trouve le jeu d'Anna Paquin très juste et lui tire mon chapeau. Seule ombre au tableau, il faut parfois avouer que ses caprices, notamment envers son cher et tendre Bill, donnent envie de lui balancer une claque. Mais on lui pardonne — pour ce premier tome, du moins.

Puis, d'un point de vue plus global, j'ai trouvé le roman bien ficelé, sans être saisissant, mais le récit fonctionne bien, et on prend plaisir à suivre les pérégrinations de la serveuse qui en voit de toutes les couleurs. Mais ce qui m'intéresse le plus est le point de vue de l'auteur. Dans La Communauté du Sud, les vampires sont donc révélés « au grand jour », si je puis dire, et vivent comme des Américains plus ou moins normaux, grâce au sang de synthèse qui leur permet de ne pas se nourrir d'humains. Toutefois, s'ils ne représentent plus une menace directe, il est intéressant d'étudier le racisme anti-vampire qui gangrène la ville, en écho au racisme latent des états du Sud des Etats-Unis. Pourtant, le vampire de Bon Temps, Bill, tente de s'intégrer dans la communauté, et souhaite y résider de façon permanente — un souhait qui s'intensifie de par sa rencontre avec Sookie. Le couple que les deux personnages forment est tout aussi croustillant, car nombreux sont les reproches et les regards réprobateurs voire écoeurés lancés par ses proches et les habitants de la bourgade. Comment peut-on vouloir s'envoyer en l'air avec un mort ? Personne ne voit d'un bon oeil la relation naissante entre Sookie et Bill, non conforme aux valeurs bien pensantes et puritaines de la société américaine (et pas que). Car, ayant toujours souffert de sa télépathie avec les garçons (comment ne pas détaler en courant quand on entend son prétendant se demander si on est une vraie blonde ?), Sookie goûte pour la première fois au plaisir charnel avec Bill. Sexe et bit-lit sont presque indissociables, mais si ce n'est jamais inutilement vulgaire, les scènes torrides promettent de nourrir quelques fantasmes ! Je n'ai pu, par ailleurs, retenir mon élan de surprise en découvrant l'âge de l'auteur... Comme quoi, Mrs Harris n'a rien d'une sage et prude grand-mère !
Sous ses apparences légères de roman populaire, Quand le danger rôde n'est donc pas qu'un récit de bit-lit narrant la relation amoureuse entre un vampire et une humaine. Comme Sookie, qui se révèle bien plus fine que ce que les habitants de la ville ne le suggèrent, ce texte offre également une vision très critique et lucide du Sud des Etats-Unis et de leur dangereux conservatisme. Et Charlaine Harris, d'un trait de sa plume sulfureuse, envoie valser tous ces bons préjugés. Et nous, on s'en délecte.

Quand le danger rôde (La Communauté du Sud, parties 1 et 2), Charlaine Harris, Pygmalion, 672 pages.

5 commentaires:

  1. Mauvaise nouvelle d'ailleurs, il me semble avoir lu que la série allait bientôt s'arrêter ?

    J'avais adoré les premiers tomes...les couvertures en VO étaient vraiment sympas, c'était que la série prennent de l'ampleur. Les derniers tomes sont moins réussis, on sent que la série s’essouffle, c'est vraiment dommage.

    Alors, pro-Bill ou pro-Eric ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? Je crois que Charlaine Harris a en effet écrit le dernier tome, paru aux USA, si mes souvenirs sont bons, mais je n'en suis plus très sûre. En revanche, je trouve les couvertures en VO (celles avec les illustrations) un peu trop voyantes, mais c'est sûr qu'elles sont originales ! J'ignore d'ailleurs si Pygmalion va continuer à retraduire les tomes suivants, car je ne pense pas continuer si ce n'est pas le cas, ou alors, je me tournerai vers la version originale si j'ai le temps. Dommage pour l'essoufflement de la série vers la fin en tout cas, il faut dire qu'il y a un sacré paquet de tomes !

      Et sinon, je suis pro-Eric, héhé, car Bill a tendance à me gonfler, même si je le trouve plus fun dans les bouquins. Et toi ? :)

      Supprimer
  2. ah pour ma part, je l'ai trouvé "bien mais sans plus". San doute parce que je n'adhère pas vraiment au couple Sookie/Bill et que cette dernière n'a pas réussi à me toucher (même chose pour la série d'ailleurs, même si j'aimais des persos comme Tara ou Lafayette ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mince, dommage que tu n'aies pas accroché !
      C'est sûr que pour avoir vu la série tv, le couple Sookie/Bill paraît bien fade, notamment en comparaison avec Eric ! Ahh, j'aime beaucoup Lafayette aussi et ses réparties uniques ! Pour le coup, Sookie m'énerve souvent dans la série (surtout à partir de la deuxième saison), il y a un moment où elle enquiquine tout le monde avec ses caprices, héhé. Mais j'ai trouvé le personnage plus dégourdi dans le premier bouquin, ce qui m'a plu. On verra avec la suite !

      Supprimer
  3. Je suis assez d'accord avec ton avis.
    Une Sookie un peu neuneu, mais pas trop. Du cul, mais pas trop.
    Une agréable lecture :-)

    RépondreSupprimer