samedi 30 mars 2013

Le 33e Salon du livre de Paris, j'y étais !


Quel lecteur (et acheteur de livre) compulsif peut passer à côté de ZE évènement littéraire majeur de l'année ? Je parle bien sûr du Salon du livre de Paris qui a célébré cette année sa 33e édition, du 22 au 25 mars 2013. L'occasion de faire des découvertes, rencontrer des passionnés, et surtout, des auteurs qu'on aime !

Comme le titre de cet article l'indique fièrement, j'y étais, et du côté des coulisses, puisque j'ai eu la chance de travailler sur un stand d'éditeur pour me faire un peu d'argent (et quelques relations) et vivre une belle expérience. J'y avais déjà travaillé l'année dernière, et j'avais beaucoup aimé l'ambiance. Tous ces livres, c'est émouvant ! Mais terriblement tentant. Le porte-monnaie en ressort toujours plus léger et un peu triste.
Ainsi, j'ai rempilé pour cette année. Malheureusement, j'ai globalement trouvé le Salon moins attrayant que l'année dernière. Première déception : la liste des auteurs en dédicace, cinq américains et trois anglais qui se battaient en duel, ce n'était pas folichon du côté anglo-saxon. Grande déconvenue pour moi qui consomme quasi exclusivement de la littérature outre-manche et outre-atlantique. Surtout que les lettres roumaines à l'honneur ont été une surprise inattendue et un peu décevante pour ma part...
En ce qui concerne les chiffres, beaucoup de visiteurs se sont précipités pour faire la queue (+ 3 % par rapport à l'an dernier), mais ceux-ci ont moins acheté. Cela s'est en effet ressenti sur tous les stands. La tendance se confirme donc, à savoir, que les visiteurs se déplacent avant tout pour les dédicaces, véritable moteur du Salon.

Un 33e Salon du livre qui, je trouve, n'a pas été à la hauteur du 32e. J'avais tout de même eu une dédicace pour Polina de Bastien Vivès et une autre de R. J. Ellory pour Les Anges de New-York l'année précédente. Néanmoins, acheteuse compulsive que je suis, je n'en suis pas sortie les mains vides, même si j'ai été très raisonnable cette année. Voici mon tableau de chasse :



  • Histoire des États-Unis de François Durpaire et La Guerre de Sécession de Farid Ameur chez PUF (il faut dire qu'ils étaient juste à côté de nous, donc la tentation était maximale !). J'ai profité de l'offre pour 2 Que sais-je ? achetés, une carte des cinémas Gaumont offerte ! Comment résister dans ces conditions ?
  • Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes chez Flammarion. Je l'avais repéré grâce à la très belle chronique de Sia, et j'ai craqué en le voyant.
  • City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur de Mike Davis chez La Découverte.
  • Crime de Meyer Levin chez Libretto, cadeau de mon chéri qui me l'avait conseillé. J'adore cet éditeur, leurs livres sont magnifiques et leur catalogue excellent.

Voici pour les trouvailles ! Vous voyez, j'ai été sage...
Enfin, j'ai tout de même vécu une seconde belle expérience cette année, fatigante, mais très plaisante. Les journées ont été longues, avec plus de dix heures de travail, intenses, surtout lors de l'installation et du rangement du stand. Le dernier jour est toujours triste, malgré le champagne, car c'est une aventure qui se termine. Mais qui recommence l'année suivante.

Et vous, avez-vous foulé la moquette rose du Salon cette année ? Qu'en avez-vous pensé ? Partagez votre expérience !

5 commentaires:

  1. Ah, excellent choix pour Algernon, je l'ai lu au lycée et il m'avait beaucoup touchée.

    RépondreSupprimer
  2. J'y étaus aussi et pour la première fois donc je ne peux comparer ;-) j'ai bien aimé les stands et l'ambiance et en suis ressortie les mains vides ouf ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En sortir les mains de vide ? Je t'admire, quel exploit ! Il en faut de la détermination... :-)

      Supprimer
  3. "Des fleurs pour Algernon", je le veux!!! =). Moi j'ai acheté 5 livres, dont 2 dédicacés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je te comprends, j'ai hâte d'entamer Des fleurs pour Algernon ! Tout le monde en dit beaucoup de bien en plus. Qu'as-tu acheté si ce n'est pas indiscret et quelles dédicaces as-tu pu avoir ?

      Supprimer