mercredi 23 janvier 2013

Au bout de la nuit, Tess Gerritsen


Alors que tout semble paisible à l'institut médico-légal de Boston, le docteur Maura Isles finit sa longue journée de travail et ne pense qu'à rentrer chez elle pour un repos bien mérité. Saisie d'un doute pendant qu'elle rédige le rapport de sa dernière autopsie, elle retourne vérifier le corps dans la chambre froide. Mais son sang se glace lorsqu'elle entend un faible bruit. Est-ce la fatigue qui lui joue des tours ? Maura s'empresse de dézipper les housses mortuaires à la hâte, et découvre une jeune noyée qui n'a pas encore été examinée. Et, quand elle se penche sur son visage pour détecter une respiration, le cadavre ouvre les yeux. La suite des évènements s'enchaîne à toute vitesse : transport de la femme à l'hôpital, résistance de celle-ci face aux médecins, et pour combler le tout, les journalistes entrent en scène et se mettent à harceler Maura pour obtenir des informations croustillantes. Pendant ce temps, l'inspecteur Jane Rizzoli, enceinte jusqu'aux yeux, entre à l'hôpital après avoir perdu les eaux et attend son obstétricienne, qu'elle s'étonne de ne pas voir revenir. Furieuse, elle se dandine jusqu'à la salle d'attente et réalise que quelque chose cloche. Évadée de sa chambre et retranchée dans la salle, la femme ressuscitée séquestre Jane avec cinq autres otages. Et les premières contractions arrivent...

Vous l'aurez compris, le roman démarre en trombe. Tess Gerritsen ne laisse pas un moment de répit à son lecteur pour comprendre la situation, et l'entraîne sur la route d'une intrigue palpitante sans lui laisser le temps de souffler. L'ouverture ne manque pas d'originalité, un cadavre qui se réveille à la morgue, c'est assez inaccoutumé ! Au départ, la confusion règne donc entièrement : qui est cette Jane Doe, cette femme non-identifiée à l'accent slave ? Quelle est son histoire ? Pourquoi cherche-t-elle absolument à s'enfuir de l'hôpital ? Au fur et à mesure, le chaos ne cesse de croître crescendo, jusqu'à ce que Jane Rizzoli devienne l'otage de l'inconnue. Alors qu'elle est sur le point d'accoucher, chaque minute compte et son mari, Gabriel Dean, agent fédéral, cherche désespérément à la sauver. Toute la police de Boston est sur le coup, mais bientôt arrive le FBI, suivi par les forces antiterrorisme, laissant croire que la situation relève de la sécurité nationale.
Au fil des chapitres, Tess Gerritsen nourrit adroitement le suspens en entremêlant la narration de l'intrigue, riche des différentes focalisations de Maura, Jane et Gabriel, à la narration de Mila, une jeune Biélorusse échappée de son pays natal venue tenter sa chance en Amérique, poussée par l'espoir d'une vie meilleure et qui raconte au lecteur son voyage et son aventure. Néanmoins, Mila est condamnée à un tout autre destin, et verra ses rêves voler en éclats à peine la frontière franchie. Ces deux narrations se croisent tout au long du roman et finissent par se rejoindre, à l'image de ces différents personnages qui vont se lier les uns aux autres. Ceux-ci sont pour la plupart réussis, tant pour les personnages principaux que secondaires – mention spéciale aux journalistes plus immoraux les uns que les autres et que l'auteur dépeint avec peu de tendresse ! J'ai retrouvé avec joie l'intrépide Jane Rizzoli, personnage entier mais attachant, avec son caractère franc et fougueux et ses nombreuses réflexions sardoniques. Ce roman présente cependant une Jane plus fragile, non moins courageuse mais plus humaine, car son assurance faiblit face à son nouveau rôle de mère. Si Jane est ici au cœur de l'intrigue, Maura Isles, au centre du précédent Lien fatal, est quant à elle plus discrète dans ce nouvel opus. C'est regrettable, car c'est un personnage très attendrissant ; scrupuleuse et dévouée à son métier, c'est une âme esseulée qui se laisse aisément influencer et manipuler. Le personnage de Mila, bien que difficilement saisissable, est également touchant. Cette jeune fille de dix-sept ans qui rêvait de trouver un avenir meilleur aux États-Unis rencontre un destin bien plus terrible que celui que lui offrait sa Biélorussie natale. Son récit est dur, douloureux, et écœurant. Mais malgré l'horreur, l'espoir de Mila s'accroche et résiste.

Plus abouti que les deux précédents romans que j'avais lus de l'auteur, La Reine des morts et Lien fatal, Au bout de la nuit – pourtant desservi par un titre et une couverture ratés – m'a captivée jusqu'au final. Lentement, Tess Gerritsen met ses pions en place, révèle de petites poignées d'indices en brouillant habilement les pistes. Au départ simple prise d'otages, l'affaire prend petit à petit des proportions inattendues, et un possible complot national se dévoile au fil des chapitres. En outre, le style est plus travaillé et nettement plus agréable à lire, et l'intrigue plus subtile et complexe que dans les deux derniers opus, ce qui s'annonce prometteur pour la suite ! Enfin, Au bout de la nuit n'est pas un simple thriller : Tess Gerritsen dépeint avec finesse les États-Unis d'après le 11 septembre, traumatisés, paranoïaques et en déclin, et dénonce la puissance des groupes d'armement et le trafic d'êtres humains, qui sévit malheureusement dans un pays se voulant civilisé et défenseur des libertés. Un autre visage de l'American dream.

Au bout de la nuit, Tess Gerritsen, Pocket, 442 pages, août 2011.

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais ni l'auteur, ni ces titres (mais je vois que certains sont à la bibliothèque) : je note! Ta chronique donne diablement envie d'aller jeter un œil à ce roman. D'ailleurs : on peut les lire indépendamment?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Sia !
      Oui, tu peux tout à fait lire les différents titres de la série indépendamment, car les intrigues sont à chaque fois indépendantes. Il y a parfois quelques éléments qui font référence aux tomes précédents mais ils sont peu nombreux et sont surtout liés aux relations entre les personnages, donc on peut suivre l'histoire sans problème sans avoir lu ce qui précède. Je te conseille en effet vivement ce titre, plus que les deux d'avant qui sont moins réussis à mon goût. J'espère qu'il te plaira !

      Supprimer
  2. Super !! J'ai découvert lundi que mon père avait un titre de Tess Gerritsen dans sa bibliothèque! Je vais donc me lancer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente nouvelle ! Je suis ravie que tu tentes l'aventure et j'espère de tout cœur qu'il te plaira ! Bonne lecture !

      Supprimer