vendredi 28 septembre 2012

Les Contes de Beedle le Barde, J. K. Rowling


Un évènement littéraire longuement attendu marque ce 28 septembre : la publication du premier roman depuis la saga Harry Potter de J. K. Rowling, Une place à prendre, chez Grasset. La grande prêtresse britannique abandonne donc le domaine de la jeunesse pour faire son entrée (très surveillée) dans la cour des grands. Dans l'attente bigrement impatiente de découvrir ce nouvel ouvrage, je me suis replongée dans l'univers magique créé par J. K. Rowling avec Les Contes de Beedle le Barde. J'ai tout d'abord peiné pour me le procurer puisqu'il est en rupture de stock chez l'éditeur (ce qui me semble un peu scandaleux...). J'ai donc tenté ma chance du côté de l'occasion, avec succès.

Les Contes de Beedle le Barde sont composés de cinq contes destinés aux jeunes sorciers et sorcières, traitant de différents thèmes. Dans le premier, Le Sorcier et la Marmite sauteuse, nous rencontrons un jeune sorcier égoïste et antipathique qui refuse d'aider les gens de son village et qui est bientôt poursuivi par une marmite sauteuse en punition. Le second, La Fontaine de la Bonne Fortune, nous entraîne sur le parcours de trois sorcières et d'un chevalier malheureux vers une fontaine magique qui, selon la légende, octroie le bonheur à toute personne qui s'y baigne. Le troisième, Le Sorcier au cœur velu, retrace l'histoire d'un sorcier qui décide de vivre sans cœur afin de ne jamais s'aliéner par amour. Le quatrième, Babbitty Lapina et la Souche qui gloussait, nous renvoie dans un royaume au temps de la chasse aux sorcières, où un charlatan va se faire mage et berner le roi en quête de pouvoirs magiques. Enfin, le dernier et plus connu, Le Conte des trois frères, relate l'histoire de trois frères qui, après avoir érigé un pont par magie pour franchir des eaux dangereuses, obtiennent de la Mort trois présents en guise de récompense : la baguette de Sureau, la pierre de Résurrection et la cape d'Invisibilité – les Reliques de la Mort. Puis, les chemins des frères se séparent, mais la Mort n'est jamais loin...
On se laisse aisément enchanter par ces contes courts et captivants, dans lesquels J. K. Rowling invente plusieurs petits mondes pour endormir les jeunes sorciers le soir venu, et délivre une morale ainsi que des valeurs nobles. L'écrivain a également soigné la mise en scène du recueil. A la fin de chaque histoire, un commentaire d'Albus Dumbledore est ainsi livré, éclairant certains points historiques ou bien la morale du récit, avec quelques touches d'humour et une poignée d'anecdotes inédites concernant Poudlard. L'ajout des écrits de Dumbledore est une idée judicieuse, mais quelques (rares) notes d'arrogance de la part du professeur, de nature si humble et sage, ne sont pas convenables. C'est le seul petit défaut que j'ai trouvé à ce recueil de contes très plaisant. En outre, la traductrice du recueil n'est autre que... Hermione Granger ! Autant de détails astucieux qui raviront les jeunes lecteurs – tout comme les grands, avouons-le !

Par ailleurs, le livre est en lui-même un très bel objet et arbore une élégante couverture bleue, dont les éléments apparaissent gaufrés au toucher. L'édition française possède en bonus un étui cartonné illustré par Jean-Claude Götting, qui nous avait déjà accompagnés tout au long de Harry Potter. Mais la plus grande surprise est la découverte des illustrations exécutées par Mrs Rowling herself ! Les dessins étonnent en effet de par leur beauté et leur qualité. Je ne connaissais pas ce talent (encore un !) au célèbre auteur, qui a déjà ensorcelé des millions de lecteurs à travers le monde grâce à sa plume envoûtante.

Les Contes de Beedle le Barde, J. K. Rowling, Gallimard Jeunesse, 12,90 euros, décembre 2008.
Existe aussi en poche chez Folio Junior.

2 commentaires:

  1. Hum, voilà que ta chronique m'incite à déterrer cet ouvrage de ma PAL. Oui, vraiment, je sens que l'on n'aurait pas besoin de me pousser beaucoup plus pour que je l'en sorte illico!
    Honte sur moi, il y repose depuis des lustres. En ce temps pluvieux, ça ferait une lecture idéale avec un bon thé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas en effet à lui donner sa chance, il est très plaisant. De plus, il n'est pas long, et c'est un moyen de rentabiliser ce temps morose : avec une lumière tamisée, une couverture et un thé, on passe un excellent moment !

      Supprimer