mardi 25 septembre 2012

Haute fidélité, Nick Hornby


Dans la vie de Rob Fleming, disquaire de trente-cinq ans, les choses ne vont pas fort. Propriétaire bougon du magasin Championship Vinyl (qui n'attire pas un client en semaine et prend la poussière dans une rue déserte de Londres), il voit un matin sa compagne Laura, celle qui le maintient à bout de bras, faire ses valises et passer la porte de son appartement pour emménager avec leur ancien voisin. Car, s'il a toujours soigné sa précieuse collection de vinyles, Rob a parfois négligé ses amours et n'a pas toujours tout compris aux subtilités féminines. Pour tenter de comprendre ce qui a cloché dans sa relation avec Laura, il se retrouve ainsi à faire le bilan – un peu désastreux – de ses précédentes relations amoureuses, tout en faisant face à son nouveau quotidien de célibataire.

Comment diable Nick Hornby parvient à nous faire rire avec une histoire aussi déprimante que celle de ce trentenaire fauché en crise ? Eh bien, grâce à un sacré talent ! Le roman s'ouvre sur le résumé du passé amoureux de Rob, où l'intéressé constate les dégâts causés par ses cinq ruptures les plus dévastatrices. Et Nick Hornby donne de suite le ton : drôle, cynique, émouvant, authentique, humain.
Décontenancé depuis qu'il a été largué par sa copine, Rob est un peu paumé, et sa situation professionnelle peu reluisante n'arrange rien. Son magasin de disques fait en effet lentement (mais sûrement) faillite, tandis que de son côté, il commence à prendre de l'âge et finit toujours par se faire plaquer. Quel est donc son problème, à la fin ? C'est le mystère que Rob va tenter de percer. Néanmoins, the show must go on, et en plus de souffrir du vide causé par le départ de Laura, Rob doit ainsi faire face au déclin de la boutique en compagnie de ses deux employés loufoques qui ne lui facilitent pas la tâche. Pas étonnant donc qu'il broie un peu du noir...
Avec le personnage de Rob, Nick Hornby dresse le portrait d'un trentenaire banal, désemparé et désillusionné. Et malgré son aspect peu affriolant, Rob est très attachant car il est d'une humanité et d'une sensibilité criantes. Anti-héros, il est bourré de faiblesses, de fragilités et de défauts. Peu à peu, il a perdu ses illusions de jeune garçon – comme il l'explique avec ironie en citant le mythe mensonger de la lingerie fine puisque, une fois un couple en concubinage, celle-ci disparaît au profit de dessous moins séduisants. J'ai donc été particulièrement sensible au personnage de Rob, à son mal-être, ses angoisses, ses faux-pas si humains. Il se montre volontiers cynique et de mauvais poil, mais est doté d'un sens de l'humour salutaire ! Son autodérision, ses réflexions et ses répliques, acerbes mais lucides, sont cocasses et vraiment désopilantes. Les autres personnages sont également très réussis et hauts en couleurs, notamment les employés du magasin de disques, Dick et Barry. Le premier fend le cœur par sa timidité et sa profonde gentillesse et le second agace terriblement, même s'il est finalement très mal dans sa peau. Nick Hornby n'utilise aucun fard pour embellir ses personnages tout comme les situations auxquelles il les confronte. Les gens sont ce qu'ils sont, prennent des gifles tout au long de leur vie, et réagissent tantôt de façon honorable tantôt de façon peu louable. Leurs rêves de jeunesse s'évanouissent peu à peu pour laisser place aux regrets. Et ils continuent de se chercher, longtemps après l'adolescence. Rob, lui, ne voit que par la musique, veut absolument garder « toutes les possibilités ouvertes » et peine à s'engager. Mais pour récupérer Laura, une introspection ne serait pas du luxe.

Nick Hornby signe donc avec Haute fidélité un roman délicieusement prenant, blindé d'humour et de remarques hilarantes sur la vie, l'amour, et les situations de tous les jours. Le tout servi par un style vif et décapant, rythmé par de nombreuses références musicales rarement anodines. Une excellente découverte, donc, avec ce très bon roman britannique.

Haute fidélité, Nick Hornby, 10/18, 7,50 euros, mai 2010.


1/3

3 commentaires:

  1. J'avais bien aimé juliet naked. Celui-ci va venir grossir la liste de mes livres à lire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille vivement, en effet, surtout si tu as déjà eu une bonne expérience avec Hornby ! Je n'en ai pas lu d'autres pour ma part, mais j'ai vraiment accroché avec Haute fidélité !

      Supprimer
  2. J'avais adoré About a boy, tu me donnes vraiment envie de lire celui-ci !

    RépondreSupprimer