dimanche 29 juillet 2012

Quatre filles et un jean, Ann Brashares

Quatre filles et un jean, l'histoire d'une amitié. Celle qui lie Lena Kaligaris, Carmen Lowell, Bridget Vreeland et Tibby Tomko-Rollins, quatre adolescentes de quinze ans habitant à Bethesda, dans la banlieue de Washington. Et pourtant, toutes sont dissemblables les unes des autres. Lena est d'une beauté à couper le souffle, mais également d'une grande timidité. Carmen, Portoricaine par sa mère, a le sang chaud, râle sans cesse et s'irrite aisément, malgré son goût pour les devises philosophiques. Quant à Bridget, à l'éblouissante chevelure blonde, c'est une sportive née, passionnée de football. Et Tibby, silhouette frêle introvertie, est la fille un peu « bizarre », parfois nerd sur les bords, portant un intérêt particulier à la réalisation cinématographique.
Cet été, les filles le passeront séparées pour la première fois de leur vie. Et cela s'annonce comme une épreuve, car depuis leur naissance, elles sont toujours fourrées ensemble. Mais avant leurs départs respectifs, les filles découvrent un jean oublié dans la chambre de Carmen, et après l'avoir essayé à tour de rôle, constatent avec surprise qu'il leur sied à merveille à chacune d'elles. Fascinées par la magie du jean, les quatre amies décident de faire un pacte et promettent de se le transmettre durant l'été et d'inscrire à leur retour les évènements qui les ont marquées sur le tissu magique. Puis, les filles partent chacune de leur côté. Bridget va à Bahia California dans un camp pour jeunes footballeuses. Carmen est, elle, impatiente d'aller chez son père Al en Caroline du Sud, qu'elle voit peu depuis le divorce de ses parents. Lena s'envole pour la Grèce afin de rendre visite à ses grands-parents, et Tibby est condamnée à rester à Bethesda pour l'été, ayant trouvé un petit boulot miteux au Wallman du coin.

Série culte de quatre tomes, Quatre filles et un jean est publié pour la première fois en version intégrale à l'occasion de la parution du dernier et cinquième volume, Quatre filles et un jean pour toujours. Gallimard a sauté sur l'occasion pour redonner un coup de jeune à la couverture et au fameux jean qui y trône, ce qui était, avouons-le, bien nécessaire ! Les couvertures des tomes originaux avaient effectivement mal vieilli. Ayant fait peau neuve, le livre attirera les jeunes adolescentes d'aujourd'hui qui se reconnaîtront dans ce jean slim résolument moderne. Toutefois, l'esprit et l'essence des premières couvertures restent intacts, puisqu'on retrouve les couleurs des tomes (jaune pour le premier, bleu pour le second, rose pour le troisième et orange pour le dernier) à l'identique.
Je n'avais jamais lu la série étant adolescente, et j'ai donc profité de la sortie de l'intégrale pour réparer cette erreur et m'y atteler pendant l'été, cet imposant pavé d'un peu de moins de mille pages (mais presque !) garantissant de nombreuses heures de lecture. De quoi m'accompagner tout l'été.

Ce premier tome, Quatre filles et un jean, m'a charmée dès les premières pages. Ann Brashares parvient à accrocher son lecteur dès le prologue grâce à un ton simple, direct, léger et saupoudré d'une touche d'humour efficace.
La force de ce roman repose entièrement sur ses personnages, éventail de personnalités auxquelles les lectrices pourront s'identifier et se retrouver selon leur propre tempérament, Lena, Bridget, Tibby et Carmen étant très différentes, parfois même opposées dans certains de leurs traits. Elles forment ainsi quatre figures disparates, pouvant paraître stéréotypées mais finalement très attachantes, chacune ayant ses forces et ses fragilités, son passé et ses blessures. Difficile donc de rester insensible face à la tendresse qu'elles éprouvent les unes pour les autres. L'amitié particulièrement intense qui unit les quatre adolescentes, chacune d'un style singulier, est réellement émouvante. L'auteur nous plonge au cœur de leur intimité et de leur profonde complicité en partageant, par exemple, de petits bouts de leur correspondance épistolaire et électronique. Ces petits instants personnels dérobés contribuent à crédibiliser les personnages le récit passant alors d'une narration à la troisième personne à la première, leurs quatre voix s'alternent successivement. De plus, chacune a une écriture bien particulière qui reflète sa personnalité, détail sympathique et bien pensé !
On suit donc avec plaisir leurs vacances durant ce premier été, en partageant leurs joies, leurs déceptions, leurs rencontres. En un mot, leur évolution, semée d'obstacles que la vie dresse sur leur chemin et qu'elles franchissent avec plus ou moins de brio. Certaines de ces blessures resteront par ailleurs profondes et les marqueront à jamais. Mais c'est cela, l'apprentissage de la vie. Être blessé et continuer à avancer. Et à la fin de l'été, les quatre amies auront bien changé. Elles grandissent, et nous, lecteurs, avec. En plus d'être une belle chronique amicale, Quatre filles et un jean est également un roman d'apprentissage qui surprend par sa fraîcheur. Chaque chapitre commence ainsi par une citation ou un proverbe, qui forment de petites leçons de vie disséminées tout au long du roman et qui provoquent la réflexion du lecteur. Car, contrairement au jugement que l'on pourrait hâtivement concevoir, la guimauve et la niaiserie sont aux abonnés absents. Ce qui aurait pu être un roman accumulant les stéréotypes et les clichés pour adolescentes nunuches et naïves s'avère en effet étonnant de maturité. Les différentes histoires des filles sont, certes, simples, dans le sens où elles sont marquées par des préoccupations de leur âge, mais elles sont néanmoins teintées d'un parfum authentique. Ce premier volume saura ainsi séduire les adolescents tout comme les jeunes adultes et les adultes. Pour preuve, si les quatre tomes de la série sont estampillés « Gallimard Jeunesse », le cinquième tome où l'on retrouve les quatre amies dix ans après est quant à lui dépourvu du « Jeunesse » et cible donc les deux lectorats.
Autrement, j'ai été particulièrement sensible au symbole du jean magique que j'ai trouvé fort et émouvant. La magie de celui-ci tenant en ce qu'il leur sied parfaitement à toutes les quatre malgré leurs silhouettes disparates, le jean devient ainsi l'incarnation de leur amitié, concrétisée par le pacte. Ainsi, les filles étant séparées pendant l'été, elles se l'envoient à tour de rôle pour qu'il partage leurs aventures, faisant le lien entre chacune d'elles. Le jean devient progressivement un personnage à part entière, puisqu'il est le témoin des aventures des quatre adolescentes. Littéralement, puisqu'elles inscrivent leurs souvenirs sur le jean au retour des vacances. La symbolique est donc touchante, et on se surprend nous-mêmes à affectionner ce jean au même titre que les personnages de Lena, Tibby, Bridget ou Carmen.

Enfin, j'aimerais ajouter un petit mot sur l'aspect matériel du livre. Publier les quatre tomes en un seul volume était un réel défi et pour cela, je tire mon chapeau à Gallimard. Si le livre est très épais, l'intérieur reste agréable à lire, grâce à la mise en page ni trop compacte, ni trop étroite. Le poids de l'ouvrage est cependant conséquent, et pour cette raison, il est peu aisé à transporter. Il faut également le manipuler avec beaucoup de soin si vous ne voulez pas voir son dos se briser après quelques séances de lecture. Attention donc aux maniaques comme moi, qui chérissent l'objet. On regrettera également quelques coquilles. La réédition offrait pourtant la possibilité de revoir l'ensemble du texte et de toutes les éliminer...

En guise de conclusion, cela faisait un bon moment que je n'avais pas été si enthousiaste à la lecture d'un livre, et que je me sentais si proche de ses personnages et de leurs histoires. La journée, je n'attendais que la soirée pour rentrer et retrouver Lena, Bridget, Tibby, Carmen et leur été. Réel souffle de fraîcheur, un roman très divertissant, mais surtout attendrissant, qu'on ouvre avec plaisir et referme avec nostalgie. Et qui laisse un arrière-goût un peu mélancolique, sucré et addictif.
Un premier tome qui donnera à plus d'un lecteur l'envie d'aller chiner pour dénicher un jean magique à soi, et après l'avoir enfilé, ne plus le quitter, comme un compagnon de route, et partir à l'aventure.

Quatre filles et un jean, l'intégrale de la série, Ann Brashares. Gallimard Jeunesse, 26 euros, octobre 2009.
Existe aussi séparément en poche au pôle Fiction, Gallimard.

4 commentaires:

  1. Eh bien, Flora, merci pour cette critique très complète et très bien écrit. Tu es née pour la critique littéraire en fait :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre est juste génial, j'ai lu aussi la suite qui nous précise comment cette fabuleuse aventure. J'ai ADORE!!! Personnellement, je conseille ce livre!!! = )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré cette série également, on se prend vraiment d'affection pour les quatre filles, et même pour leur jean ! J'ai aussi la suite, mais je ne l'ai pas encore lue... je pense que ce sera pour l'été prochain, car c'est une bonne lecture estivale. Merci d'être passé(e) par ici et pour ce conseil ! :)

      Supprimer
  3. Whaou ! Une superbe chronique qui me donne vraiment envie de lire cette saga ! Je pense quand même attendre l'été prochain ;)

    RépondreSupprimer